Saints bretons à découvrir

Kavadennoù ar sakrist / les astuces du sacristain : les fleurs

Voici notre  rubrique spécifique aux astuces de sacristie, que vous retrouvez chaque lundi sur votre site préféré. Dans les paroisses, nous voyons parfois des calices ou ciboires ternis, des linges pas toujours propres, des fleurs fanées, des encensoirs pleins de suie, des bougies dégoulinantes, des aubes tachées…

“Kavadennoù ar sakrist”, ce sont des astuces qui feront de votre sacristie l’antichambre du paradis. Merci au Père Michel sans qui cette rubrique n’aurait jamais vu le jour.

 

arum

Il arrive que dans certaines églises et chapelles, des bouquets aux fleurs flétries tentent désespérément de combler un vide sur l’autel… Pourtant, en recevant un invité chez vous, il est de bon goût de poser quelque part dans la pièce un beau bouquet de de fleurs non fanées… Il ne nous viendrait pas à l’idée de laisser un vieux bouquet trôner sur la table….

1 – Saviez-vous qu’en versant une cuillerée à café de bicarbonate de soude dans le vase contenant vos fleurs, cela permettait de les conserver plus longtemps  ?

2 – Les fleurs peuvent être posées devant l’ambon et au pied de l’autel (et/ou des statues) mais pas sur l’autel, contrairement à ce que l’on voit souvent, celui-ci n’étant là que pour recevoir les objets du culte. En faisant attention à cela, nous évitons ainsi que l’autel soit considéré comme une simple table permettant de poser toutes sortes d’objets profanes.

En effet, voici ce que dit la PRESENTATION GENERALE DU MISSEL ROMAIN :

305. La mesure est à observer dans l’ornementation de l’autel. Au temps de l’Avent, l’autel est orné de fleurs avec la modération qui convient au caractère de ce temps, et sans anticiper sur la plénitude de joie de la Nativité du Seigneur. Au temps du Carême, la décoration florale de l’autel est interdite. Sont néanmoins exceptés le dimanche de Lætare (quatrième du Carême), les solennités et les fêtes.

La décoration florale doit toujours être mesurée, et est disposée autour de l’autel plutôt que sur la mensa.

Si la symétrie vous chagrine, mettez alors un cierge (ou plus en nombre pair, jusqu’à 6) de chaque côté de l’autel, comme indiqué dans les documents concernés. Les cierges étant de préférence placés auparavant sur des chandeliers.

Pour en savoir plus, voici un dossier bien fourni en cliquant ici.

(1ère diffusion de cet article le 20/01/2014)

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[REDON] Faisons renaître Saint Sauveur, joyau de l’architecture bretonne

L’association “Les amis de l’abbatiale” de Redon a été créée par des passionnés du patrimoine …

stone age

Stone Age sort un nouvel album intitulé “Bubry Road” (octobre 2020)

Après Stone Age, Les Chronovoyageurs, Promessa et Totems d’Armorique, quatre albums à succès (150 000 …

2 Commentaires

  1. Concernant les fleurs, j’oserais dire qu’il ne faut pas surcharger non plus sur les marches devant l’autel, afin qu’on puisse s’y agenouiller ou s’y prosterner sans être empêché dans nos mouvements par une composition florale encombrante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *