Saints bretons à découvrir

La Sainte Trinité révélée aux tout-petits.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Trinité_RumengolNous fêtons ce dimanche la très Sainte Trinité. Le secret le plus intime du cœur de Dieu. Peut-être cela ne représente-t-il pas grand-chose pour nous ? Cela peut nous sembler lointain, inaccessible voire obscur !

Mais ne nous trompons pas ce mystère de Dieu qui est Père, Fils et Saint-Esprit est le grand secret de la foi chrétienne. Il est le secret gardé depuis la nuit des temps et qui se révéla progressivement pour atteindre sa plénitude dans le cœur de Marie. Nous le voyons par exemple annoncé mystérieusement dans le dernier livre au dernier verset de l’Ancien Testament quand Malachie prophétise : « Voici que je vais vous envoyer Elie le prophète (…) Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur de fils vers leurs pères. » (Malachie 2, 23).

La manière dont Dieu se révèle trois n’est pas abstraite ! Dieu a voulu se donner dans l’intimité de son mystère de Père, de Fils et d’Esprit dans le cœur de cette petite fille de Sion. En effet à l’Annonciation l’ange Gabriel intérieurement révèle à Marie le mystère de la Trinité : « Voici que tu concevras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et on l’appellera le Fils du Très Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père (…) L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très Haut te prendra sous son ombre, c’est pourquoi l’enfant sera saint et sera appelé Fils de Dieu » (Luc 1, 31-35).

C’est par Marie et en Marie que se révèle la Trinité ; c’est-à-dire que ce mystère ne peut se contempler que par ce désir d’une petite enfant toute aimante de Dieu. Dieu ne se révèle pas aux savants et aux théologiens, ni aux prélats de tous les niveaux hiérarchiques sinon à tous ceux (et ces derniers aussi peuvent être de cela) qui comme Marie ont un cœur d’enfant ! La Trinité ne se révèle qu’à ses enfants !

Et la vierge Marie insiste dans le prologue de st Jean pour nous rappeler que ce mystère de Dieu n’est accessible que pour les siens, tous ceux qui vivent dans l’intimité du cœur de Dieu : « Dans le principe était le Verbe (…) le Verbe était la lumière qui éclaire tout homme, il venait dans le monde (…) et le monde ne l’a pas connu. Il est venu chez lui et les siens de l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu. » (Jean, Prologue).

Chers frères, chères sœurs, ouvrons nos cœurs en cette très belle fête comme Marie à la descente de l’Esprit-Saint sur chacun d’entre nous. Qu’il nous prenne sous son aile pour nous révéler ces mystères insondables d’amour et de lumière qui vivent et jouent au cœur même du secret intime de Dieu Père, Fils et Saint-Esprit.

 

Rediffusion d’un article de 2015

À propos du rédacteur Père Philippe

Le Père Philippe est un prêtre breton qui a été missionnaire pendant de nombreuses années en Amérique du Sud. Il rédige régulièrement des homélies du dimanche, ou des articles posant question au lecteur sur des sujets religieux.

Articles du même auteur

Que signifie la Pentecôte pour nous aujourd’hui ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min   « L’Esprit Saint que le Père …

Trinité_Rumengol

La Sainte Trinité révélée aux tout-petits.

Nous fêtons ce dimanche la très Sainte Trinité. Le secret le plus intime du cœur de Dieu. Peut-être cela ne représente-t-il pas grand-chose pour nous ? Cela peut nous sembler lointain, inaccessible voire obscur !

4 Commentaires

  1. Dieu est infini. Il est donc Amour infini, et infiniment vivant et infiniment conscient. Si cela n’était pas le cas, alors Dieu ne serait pas infini donc il ne serait pas Dieu.

    Par conséquent, tout ce qui procède directement de lui en possède les mêmes attributs:
    – sa parole (ou pensée) est infiniment vivante, consciente et aimante. Elle fait partie d’elle tout en étant distincte. C’est le Fils.
    – son action est infiniment vivante, consciente et aimante: c’est le Saint Esprit. Il fait partie de lui, tout en étant distinct.

    Parce qu’il est infini, il est infiniment “grand” et infiniment “petit” (la notion d’espace-temps donc de taille ne pouvant être attribué à l’infini) donc tout ce qui existe est en lui et il est en tout ce qui existe. Et parce qu’il est amour infini, et autant infiniment “petit” qu’infiniment “grand”, il est infiniment humble.

    En se penchant sur la notion d’infini, cela n’est plus mystérieux mais tout simplement infiniment beau…

  2. En rigueur de réflexion, il est un peu dommage (ou énigmatique) d’illustrer par une représentation culturelle et datée – un vieux monsieur chenu et grisonnant – un article sur la Trinité.

    Certes on trouve ceci ici et là dans certaines églises et chapelles, mais je ne vois pas en quoi celà pourrait aider à avancer dans la réflexion. Idem, d’ailleurs , pour le triangle, sans doute plus récent (XVIII ou XIX° siècle?) que l’on voit aussi sporadiquement.

    Il y a mystère certes, mais celà n’interdit pas à l’intelligence humaine de déployer toutes ses capacités au préalable.

    L’être humain étant “créé à l’image de Dieu” (Genèse), il me semble que nous avons là une piste pour orienter notre réflexion. Si l’on veut généraliser et considérer que c’est toute la nature qui, d’une certaine manière, structurellement et logiquement, nous offre un reflet de la Divinité, alors je peux apercevoir, en regardant une simple feuille de chêne, par exemple, que celle-ci me dit quelque chose du mystère trinitaire. En disant celà, je ne me situe pas dans la poésie, ni l’esthétique, mais bien dans la réflexion fondamentale. Je veux dire que la structure de symétrie (en général d’ordre 2), si répandue dans le règne végétal comme dans le règne animal, mais qui peut aussi se décliner dans le règne minéral, cette structure n’est pas anodine.

    Pour moi, elle porte la signature de l’être divin.

    Voilà. Setu. Bez e c’hell forzh piv prederiañ, lenn un tamm eus ar Skritur (Bibl), selaou ouzh ar reoù desket braz war dachenn ar Feiz, ha sell tro-dro dezhañ evit mont pelloc’hig war hent dizoloiñ an Doue. Chacun peut réfléchir, lire un bout des Ecritures bibliques (ancien et nouveau Testament), profiter de l’enseignement de plus instruits dans l’ordre de la foi – attention à se préserver des gourous et faux-maitres. A fuir – , observer, et ainsi avancer, à son rythme et en fonction de ses possibilités, sur le chemin de la découverte du Dieu vivant.

    Pour ma part, j’ai cessé de considérer avec légèreté la prétendue foi du charbonnier, le jour où j’ai compris qu’il y a des gens qui ne disposent pas (ou peu) de l’outillage pour exprimer et parler du contenu de leur Foi – exercice qui de toute façon a des limites – et sont cependant dans une Foi très profonde.

    Même Jésus, en tant qu’homme, s’est heurté à cette difficulté. Et il a choisi de parler en paraboles…c’est à dire par analogie….

    • Eflamm Caouissin

      Votre propos est intéressant. Cependant l’illustration – qui est une photo d’une statue provenant de Rumengol – correspond en soi à ce que vous évoquez en fin d’article sur la foi du charbonnier. Je pourrais disserter avec vous de Trinité économique et de Trinité immanente, mais en soi peu suivraient. L’article et son illustration sont là pour le passant (qui pourra alors creuser plus avant), non pour le théologien.

  3. Cher Efflamm,

    Vous êtes diacre, et Ar Gedour est un outil sans équivalent en Bretagne et qui exige très certainement un gros travail. Je ne suis pas théologien. Simple laïc.

    Mais je suis fatigué aussi d’entendre les scientistes, athéistes, etc…afficher une supériorité de principe et considérer que si l’on est croyant c’est au prix de l’abdication de toute intelligence. Ce n’est pas le cas, et je suppose que vous en conviendrez.

    Sans doute ai-je été un peu maladroit ou perçu comme péremptoire dans mon message précédent. J’ai pris le risque d’exposer une part de réflexion.

    Ne vern. Ar pep pouezusañ eo bezañ er Feiz. Rak ur gwir veaj eo. Peu importe. Le plus important est de se situer dans la Foi, qui est un véritable voyage…J’ai bien sûr des questions en suspens, inabouties.

    A galon / Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *