Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Le 10 avril 1917 mourait Yann-Ber Calloc’h

Le 10 avril 1917 mourait Yann-Ber Calloc’h

jean-pierre calloc'hMardi de Pâques 1917, la Bretagne vient de perdre une de ses plus belles figures bretonnes, un de ses plus grands poètes, une de ses plus belles élites, Jean-Pierre Calloc’h, tué par un éclat d’obus sur le front de la Somme ; il avait 29 ans, c’était il y a cent un ans …

Né le 21 juillet 1888  sur l’île morbihannaise de Groix, il en sera le chantre indépassable, se faisant connaitre sous le nom de Bleimor (loup de mer). Cet attachement à sa terre natale, il va le chanter dans son admirable « Me zo ganet e kreiz er Mor » (Je suis né au milieu de la mer), qui plus qu’un chant, en est presque un cantique qui dans une dévotion filiale, pleine de reconnaissance, rend hommage à l’humble vie de pécheur de son père : « un matelot, traîneur de filet, qui a vécu une vie obscure et sans gloire – Le pauvre dont personne ne chante ses gloires », de « sa mère aux cheveux blancs qui travaille pour gagner le pain ».

Jean-Pierre Calloc’h est un grand mystique, à vif, qui entend consacrer sa vie à Dieu et à la Bretagne. Sa devise sera celle de son compatriote morbihannais, le chef chouan Georges Cadoudal, «Doue ha mem Bro » (Dieu et mon pays). Une devise, un idéal, qui sera aussi celle de son ami l’abbé Yann-Vari Perrot avec sa variante « Feiz ha Breiz » (Foi et Bretagne). C’était ainsi à cette époque, où toute une élite bretonne profondément enracinée dans la Foi, ne pouvait concevoir la défense de la patrie bretonne sans s’y référer. Jean-Pierre Calloc’h en fera, tout comme l’abbé Perrot, la colonne vertébrale de son œuvre littéraire, de sa vie. Toute sa pensée spirituelle, bretonne, éclate dans son œuvre-titre la plus importante « An Daoulin » (A genoux). C’est toute sa foi chrétienne et bretonne qui, telle à l’image d’un vitrail, illumine chaque page, chaque poème qui sont autant de prières, de suppliques, voire  de plaidoiries à l’adresse de Dieu pour la Bretagne.

Pour lire la suite de notre article publié en 2017, cliquez ici

À propos du rédacteur Youenn Caouissin

Auteur de nombreux articles dans la presse bretonne, il dresse pour Ar Gedour les portraits de hauts personnages de l'histoire religieuse bretonne, ou encore des articles sur l'aspect culturel et spirituel breton.

Articles du même auteur

chapelle koat keo - scrignac

Profanation de la tombe de l’abbé Perrot & de la chapelle de Koat Keo : communiqué de Youenn Caouissin

La profanation de la tombe de l’abbé Perrot  et de la chapelle Notre- Dame de …

ABBE YANN-VARI PERROT, A WITNESS FOR OUR TIME

  When we talk about Father Perrot, whether it is the work of historians or …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *