Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Le BCRA a-t-il vraiment ordonné l’exécution de l’abbé Yann-Vari Perrot ?

Le BCRA a-t-il vraiment ordonné l’exécution de l’abbé Yann-Vari Perrot ?

assassinat abbé perrot par LangleizIl y a 2 semaines, Ar Gedour vous invitait à me poser vos questions suite à la parution prochaine de mon livre “J’ai tant pleuré sur la Bretagne“. Nombre de questions se limitent aux quatre années de guerre et à son assassinat, ce qui montre bien l’intérêt de publier un ouvrage redonnant une autre perspective.

Parmi les différentes demandes, nous en publierons quelques-unes, et notamment le sujet suivant, qui permettra d’éclaircir un point particulier qui revient régulièrement, comme nous le démontre cette question. Le livre lui-même l’évoque rapidement, mais j’y reviens plus précisément ici.

Question de Richard : Apres avoir lu plusieurs publications sur l’assassinat de Yann Vari Perrot, et notamment le livre de Désiré Camus,ou celui-ci déclarait que c’était le BCRA qui l’avait fait assassiner pour ses relations avec les allemands. J’aimerais en savoir plus sur cette version, vrai ou fausse ? 

Ma réponse : 

Pendant des années, la Résistance gaulliste basée à Londres a été soupçonnée d’avoir joué un rôle dans l’assassinat du recteur de Scrignac. Le mieux pour avoir l’information exacte est de s’adresser directement aux personnes concernées.

Après la parution des ouvrages de l’historien Ronan Caerléon, notamment “Complot pour une République Bretonne”, le résistant intègre et catholique, Gilbert Renault (alias colonel Rémy) et le colonel A. Dewavrin (alias colonel Passy) membres très actifs de cette résistance, démentiront catégoriquement l’implication de leurs réseaux dans ce crime sacrilège.

En mars 1979, un anonyme se prétendant « ancien chef  et liquidateur de réseaux  section des Forces Françaises Libres », certifiera sur l’honneur qu’en juillet 1943  “il avait en main l’ordre du colonel Passy, chef du BCRA (Bureau central de renseignement et d’action), transmis par le service anglais de radio sur la France occupée, l’ordre d’abattre l’abbé Perrot de Scrignac, convaincu de collaboration active avec l’occupant”. Ronan Caerléon, ayant eu connaissance de ce document aussi curieux que douteux, le transmettra au colonel Remy. Le colonel Rémy répondra : « c’est un faux », et de s’expliquer dans une lettre :

« Le colonel Passy, n’a jamais donné d’ordre d’exécution, ce qui n’était pas dans sa nature ; en agissant de la sorte, il aurait contrevenu aux consignes formelles du général de Gaulle qui entendait que toute personne accusée de collaboration fût jugée par un tribunal régulier. S’il avait estimé devoir passer outre à ces consignes, ce n’est pas au moyen de la radio qu’il aurait donné un tel ordre, mais par un message chiffré, ne fût-ce que pour éviter d’alerter la personne désignée. Je puis vous affirmer qu’à Londres, nous ignorions, tout comme moi, le nom de l’abbé Perrot. J’ai eu maintes fois l’occasion de dénoncer des crimes et exactions de toute sorte commis sous le couvert de la résistance, différente en tout point de celle que j’ai pratiquée. Le meurtre de l’abbé Perrot ne peut être en aucune manière  imputé aux  Forces françaises libres  dont j’ai eu l’honneur de faire partie » (extrait de la lettre du Colonel Rémy).

Le colonel Passy confirmera ce que dit le colonel Rémy dans divers courriers adressés à Ronan Caerléon, Herry Caouissin et Pierre Laurent  (lettres des 19 février 1984) :

« Je n’étais pas à Londres en juillet 43, j’étais à Alger, mais je peux vous affirmer qu’à ma connaissance, jamais le BCRA n’a donné l’ordre à qui que ce soit d’abattre un collaborateur. Donc ce qu’affirme cette personne est un faux. Si des collaborateurs ont été abattus, ce fut toujours par suite de décisions prises localement par les réseaux de renseignements  de telles ou telles organisations de résistances». (extrait de la lettre du Colonel Passy).

On notera que le colonel Rémy et le colonel Passy évitent de citer les auteurs de l’assassinat, les communistes.

 On sait désormais, à moins de « révélations  tardives » qui resteraient encore à être prouvées, que c’est la résistance communiste, et elle seule, qui donna l’ordre d’assassiner l’abbé Perrot, et d’ailleurs, elle s’en fera gloire. Comme elle assassinera en 1944 les abbés Lec’hvien, Rallier et le séminariste Philippon Le Ven, et cherchera aussi à assassiner Dom Alexis Presse.

Cependant, très perverse, la résistance communiste, fera couvrir l’assassinat par les Forces françaises libres, grâce à la complicité de Lenfant qui travaillait pour… le colonel Rémy, et qui le quittera pour venir en Bretagne créer son propre réseau (cf lettre de Ronan Caerléon du 20.10.82 à un nommé Raoul). D’une certaine manière, le doute persiste tout de même sur la responsabilité  directe ou indirecte de Londres dans ce crime… mais certainement pas du BCRA comme l’affirment quelques personnes dans leurs ouvrages.

Pour commander l’ouvrage avant le 5 octobre et recevoir le livre en avant-première et un cadeau exclusif (quantité limitée), rendez-vous sur ce lien.

À propos du rédacteur Youenn Caouissin

Auteur de nombreux articles dans la presse bretonne, il dresse pour Ar Gedour les portraits de hauts personnages de l'histoire religieuse bretonne, ou encore des articles sur l'aspect culturel et spirituel breton.

Articles du même auteur

croix celtique irlande

Le chant des Bretons face à la mort

[…] Nos cantiques expriment toute l’âme bretonne face à la mort. Mais justement, est-ce que, …

alouette

ALOUETTE DES CHAMPS, ALOUETTE DU CIEL

Une populaire chanson «Alouette, gentille alouette », qui a fait le bonheur des feux de camps …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *