Saints bretons à découvrir

[LE BILLET DE PHILIPPE ABJEAN] CONTRE LA CANCEL CULTURE !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Née dans certains esprits décérébrés de quelques campus américains, la cancel culture ou culture de l’effacement se propose d’éradiquer – rien de moins – toutes les cultures nationales à seule fin d’imposer un même marché mondial. Cette maladie intellectuelle fait déjà des ravages dans la vieille Europe. La Bretagne doit s’immuniser la première et mener croisade, en donnant l’exemple, contre cet abêtissement  généralisé. Et proclamer combien elle est redevable à ses compatriotes d’exception qui ont habité – ou le font encore – la grande histoire bretonne. Devrions-nous en rougir ? Je me propose d’y prendre ma part et j’attends avec impatience le procès des béjaunes et des pisse-froids, unis dans un même ressentiment qui ne manqueront pas d’instruire à charge le procès de nos ancêtres : parce qu’ils sont partis à la conquête d’un monde qui n’était pas le leur, parce qu’ils défendaient une civilisation qui n’a plus cours aujourd’hui, parce qu’ils affirmaient œuvrer, pour beaucoup, pour la seule gloire de Dieu, parce qu’ils revendiquaient des libertés avec la morale de leur temps… O tempora, o mores !

Je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer : lors d’une rétrospective Paul Gauguin à la National Gallery, à Londres, le commissaire de l’exposition s’excusa de présenter les tableaux d’un homme qui fut « un prédateur sexuel » lors de ses voyages dans les îles tahitiennes. On en est arrivé là ! Pauvre Tristan Corbière coupable d’avoir traîné son mal de vivre dans les tavernes de Roscoff comme avant lui Baudelaire pour avoir exploré les paradis artificiels, Verlaine pour tentative d’assassinat et de corruption de la jeunesse, Rimbaud pour avoir fait commerce des armes… Et tous les autres génies sommés aujourd’hui, devant le tribunal de la bêtise, de rendre des comptes pour avoir été des cœurs purs mais pas sans histoires… Des cœurs pétris de boue peut-être mais indéfendables à leurs yeux car leur évocation fait ressortir en creux la consternante médiocrité des sycophantes anonymes qui appellent à l’épuration sur la toile…

Je prends tout de l’héritage. Les ombres et les lumières. Et puisque nous sommes riches de leurs expériences, nous avons tous le devoir de partager et de transmettre à notre tour ce qui se nomme tout simplement la culture.

C’est pourquoi je rêve de composer un panthéon breton des poètes disparus avec Tristan Corbière, Saint-Pol Roux, Max Jacob et tous les autres qui proposeront encore et toujours leurs vers incandescents. Avec les peintres comme Mathurin Méheut, Yves Tanguy, Charles Filiger le mystique… Et les philosophes où deviseront à nouveau  Renan, Maupertuis et Jules Lequier…Bien sûr aussi les explorateurs car les yeux des enfants s’ouvriront comme des atlas, en entendant les récits de Bretons qui furent, au gré des aventures, maharajahs et nababs aux Indes ou mandarins en Chine, égyptologues ou chercheurs d’or… L’un fut le premier maire de Santa Fé au Nouveau Mexique, un autre président du Mato Grosso et combien d’autres, pêle-mêle, ministre égyptien des Ponts et Chaussées, ministre de la reine de Madagascar, fondateur de Dakar, Libreville, Saint-Joseph du Missouri, Saint-Louis du Maranhao et de plusieurs grandes villes du monde… Je rêve aussi d’un Paradis des Saints bretons, canonisés par le peuple pour le cas où ils ne le seraient pas par Rome : car je veux m’entretenir avec avec Saint Yves, Santig Dù, Yvon Nicolazic, Pierre Le Gouvello de Kériolet, Julien Maunoir, Michel Le Nobletz, Jeanne Jugan, Lamennais, Marie-Amice Picard… Et je ne doute pas que ce rêve sera partagé par nos compatriotes.

 

À propos du rédacteur Philippe Abjean

Souhaitant redonner à la Bretagne une nouvelle dimension spirituelle et culturelle, Philippe Abjean a remis à l'honneur le pèlerinage du Tro Breizh (Tour de Bretagne), fondé la Vallée des Saints et l'Oeuvre de St Joseph. Ancien professeur de philosophie, il a publié plusieurs ouvrages, retraçant ses intuitions et ses engagements (que vous pouvez retrouver sur Ar Gedour).

Articles du même auteur

[LA CHRONIQUE DE PHILIPPE ABJEAN] Le Tro Breiz devra se réinventer

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minAprès deux années d’interruption du Tro Breiz, Philippe …

calvaire finistère

[LE BILLET DE PHILIPPE ABJEAN] Un peuple mémoire …

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min« Vivons-nous aujourd’hui dans un monde sans prophètes ? …

Un commentaire

  1. Trugarez braz Monsieur Abjean pour ce bel article. Nous avons tant de richesses culturelles en Bretagne, il ne faut pas perdre cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *