Saints bretons à découvrir

Le Père Ivan Brient renonce à sa mission d’évêque auxiliaire de Rennes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 6 min

Coup de tonnerre sur les diocèses de Rennes et de Vannes : le pape François a accepté la renonciation du Père Ivan Brient de sa mission d’évêque auxiliaire de Rennes, qui avait été annoncée le 7 octobre dernier. L’annonce a été officialisée ce jour.

Vicaire général du Diocèse de Vannes et prêtre accompagnateur de la pastorale en langue bretonne, il devait être ordonné le 4 décembre prochain, mais la mission qui lui avait été confiée semblait bien lourde.

« La charge me paraissait trop lourde et je ne voulais pas prendre le risque de devoir abandonner en cours de route, ni de ne pas pouvoir accomplir correctement cette mission d’évêque auxiliaire » a-t-il confié.

C’est donc avec humilité qu’il publie une lettre diffusée sur le site du Diocèse de Rennes, courrier que le Père Ivan Brient a envoyé aujourd’hui aux prêtres, diacres, responsables des services diocésains, supérieurs majeurs des communautés religieuses, vierges consacrées du diocèse de Rennes.

Nous ne pouvons que l’assurer de notre soutien et de notre prière pour un bon rétablissement, en espérant le revoir au plus vite sur le Diocèse de Vannes pour continuer ce travail d’évangélisation en langue bretonne.

Vannes, le 16 novembre 2022

Lettre aux prêtres, diacres, responsables des services diocésains, supérieurs majeurs des communautés religieuses, vierges consacrées,

Frères et sœurs du diocèse de Rennes,

Le 7 octobre dernier était publié officiellement que le pape François me nommait évêque auxiliaire de Rennes. Effectivement, le 2 octobre, j’avais répondu favorablement à cet appel dans un esprit de service, heureux de pouvoir contribuer dans cette nouvelle mission à ce que notre Église soit toujours davantage fidèle à l’Évangile du Christ.

Dans les jours qui ont suivi, l’organisation des préparatifs de l’ordination et la réflexion sur ma future mission ont été travaillés avec Mgr d’Ornellas et les équipes diocésaines. Je me préparais à entrer dans la démarche pastorale de cette année et à apporter ma pierre pour qu’ensemble, nous puissions nourrir notre foi selon l’orientation de fond donnée par l’Archevêque. Je consonnais à la belle pensée de saint Paul dans sa Lettre aux Colossiens 3,12-17, pour que nous en vivions tous ensemble. J’étais heureux à l’idée de vous servir dans l’esprit de la parole de saint Paul, désireux de le faire avec un cœur revêtu « de tendresse et de bonté, d’humilité, de douceur et de patience » (Col 4,12) pour qu’ensemble nous ne formions qu’un seul corps (Col 4,15).

Mais, quelques jours après, des problèmes de santé m’ont mis en alerte et m’ont invité à regarder cet engagement de plus près. Après avoir consulté, des signes alarmants de début de burn out ont été clairement diagnostiqués. Ces signes m’ont permis de comprendre que j’étais d’une part, fatigué, et que, d’autre part, j’appréhendais les tensions que cette mission allait susciter en moi et que j’aurais des difficultés à les affronter. Deux médecins m’ont vivement conseillé d’arrêter tout de suite, sous peine d’entrer dans le burn out. J’en ai parlé avec le Nonce et avec Mgr d’Ornellas que je remercie pour leur écoute fraternelle et leur aide.

Après avoir discerné, il m’a paru plus sage de ne pas aller plus avant dans cette mission qui m’était confiée. La charge me paraissait trop lourde et je ne voulais pas prendre le risque de devoir abandonner en cours de route, ni de ne pas pouvoir accomplir correctement cette mission d’évêque auxiliaire.

C’est donc avec regret, mais dans la paix, que j’ai pris la décision de renoncer à cette mission, comme je l’ai écrit au Pape François le 28 octobre dernier pour le lui signifier.

Avec regret, car j’ai le sentiment de vous abandonner avant même d’avoir servi votre belle Église diocésaine ; de faire demi-tour avant même de vous connaître.

Dans la paix, car je sais que le Seigneur sait toujours ouvrir des chemins nouveaux alors même que nous pensons nous trouver dans une impasse.

Aujourd’hui je reçois la réponse du Pape François qui accepte ma renonciation.

A vous tous, je demande pardon pour ce contretemps qui pourra vous surprendre. J’ai commis l’erreur de répondre oui au Saint-Père sans avoir suffisamment mesuré ma fatigue. En vous écrivant, je me présente à vous en toute vérité et simplicité avec mes limites de santé. De ce fait, j’ai préféré ne pas rejoindre l’Assemblée des évêques à Lourdes, afin de prendre un temps de repos.

Pour ma part, je resterai prêtre du diocèse de Vannes, disponible à la nouvelle mission que Mgr Centène voudra bien me confier.

Prions pour nos frères, les évêques dans leur mission de servir l’Église du Christ à la suite des Apôtres. Prions les uns pour les autres, afin que nous puissions toujours discerner la volonté de Dieu sur chacun de nous et sur son Église. Une Église belle, en constante conversion, toujours plus fraternelle, et cherchant à vivre au plus près de l’Évangile du Christ, dans la joie comme dans les épreuves. C’est cela notre Espérance.

Bien fraternellement,

Père Ivan Brient

ADD du 18/11/2022 : dans un communiqué publié hier, Mgr Centène, évêque de Vannes a annoncé que, après un temps de repos nécessaire, le Père Ivan Brient retrouvera sa fonction de vicaire général du Diocèse de Vannes et lui renouvelle sa confiance.

« Avec Monseigneur CENTENE, les prêtres du conseil presbytéral, au nom de tous les prêtres du diocèse et de ses fidèles, veulent dire au Père BRIENT leur soutien fraternel et leur respect profond quant à son choix et aux raisons qui l’y ont conduit. Ils assurent aussi le Père BRIENT de toute leur affection et lui disent leur joie de pouvoir à nouveau travailler à ses côtés, pour l’annonce incessante de l’Évangile de Jésus-Christ dans un esprit de service.

Monseigneur CENTENE a annoncé en cette occasion que le Père BRIENT, après un temps de repos nécessaire, retrouvera sa fonction de vicaire général pour le diocèse de Vannes. Il a aussi exprimé sa volonté que les prêtres de son diocèse puissent exercer la grande diversité de leurs missions dans des conditions leur assurant le meilleur équilibre de vie possible. L’évêque et l’ensemble des prêtres du diocèse de Vannes portent ce choix dans la confiance et la prière. »

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

[QUIMPER] Pardon de St Corentin le 11 décembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minComme chaque année, ne manquez pas le Pardon …

Bénédiction des statues des saints Charbel et Jacques le 26 novembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIls ne sont pas saints fondateurs de la …

Un commentaire

  1. On entend souvent parler de burn-out dans notre société contemporaine. Le terme semble parfois avoir supplanté celui de « dépresison » voire de « déprime » dans l’esprit du public ou des médias.
    .
    Or le véritable burn-out est quelque chose de très grave qui, me dit un jour un médecin, conduit à la mort par destruction des cellules nerveuses. Au passage, en m’avertissant et m’expliquant clairement les risques inéluctables auxquels j’étais exposé, en me fournissant un traitement approprié aussi, j’estime aujourd’hui que ce médecin m’a très certainement sauvé la vie.
    .
    Le P Ivan Brient, écoutant des avis médicaux, a très certainement – j’en suis convaincu en lisant sa lettre – pris la bonne décision.
    .
    Par ailleurs, ayant eu l’occasion d’écouter un jour une de ses homélies en excellent breton, je serais ravi à l’occasion de l’entendre ici ou là. Et d’autres chrétiens bretonnants aussi, c’est évident.
    .
    Bon repos à vous. Un diskuizh mat a souhetan deoc’h Ao Ivan Brient. Laouen e vin ouzh ho selaou m’a ‘z’eus tro evidon, lec’h pe lec’h, deiz pe zeiz. C’hoarvezet eo bet da Jezuz e-unan bezañ skuizh kenañ (tro-dro da puñs ar Samaritanez). Setu unan eus pajennadoù an Aviel a lennan bewech gant kalz a vromadenn….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *