Saints bretons à découvrir

LE THEATRE POPULAIRE BRETON (1)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Le son et lumière NICOLAZIC lancé cette année à Sainte Anne d’Auray rencontre un succès incontestable qui dépasse les espérances des organisateurs. Nous ne pensons pas nous tromper en disant que ce son et lumière correspond à une attente réelle, et qu’il est source d’évangélisation. Nous y reviendrons prochainement. C’est l’occasion pour nous de lancer une toute nouvelle rubrique dédiée au théâtre populaire breton, qui fut propulsé par une pièce nommée… « NICOLAZIC, drame (ou mystère) breton » ! 

Il naquit de la rencontre de deux abbés démocrates, qui ont essayé de briser le carcan d’un monde clérical pour eux trop souvent sourd aux idées de justice sociale.

nicolazig 1909.jpgCe fut naturellement et sans conteste que Sainte Anne d’Auray fut choisie par le génial abbé Job Le Bayon et le chanoine Louis-Charles Cadic, pour créer l’extraordinaire et prestigieux théâtre populaire breton, afin d’y jouer des drames en langue nationale (le breton), tel que « Nicolazig, mystère breton ».Cette idée vint d’un besoin d’apostolat, sur des thèmes religieux et historiques locaux. Aussi, grâce à eux,  l’expression de la foi bretonne a pu s’épanouir et se développer dans tout l’ouest, et même au-delà des frontières nationales. 

Sainte Anne d’Auray devint ainsi le centre religieux de la Bretagne. Auguste Brizeux, le poète, n’avait-il pas dit « N’est pas bon Breton, celui qui n’y fut pas rendu une fois dans sa vie » ?

Nous avons pu récupérer de nombreux documents d’époque, imprimés, cartes postales anciennes, photographies… relatifs à ce fameux « C’HOARIVA BREZHONEK », afin de remettre en mémoire ces deux bienfaiteurs de la jeunesse saintannoise, personnalités qui ont marqué de leur empreinte le début du 19ème siècle en oeuvrant pour la jeunesse et la culture bretonne. N’étaient-ils pas en quelque sorte les ambassadeurs de leur chère Bretagne à travers le monde ? Des Anglais, des Allemands, des Américains, des Canadiens, des Belges… assistèrent à la première de la pièce NICOLAZIG qui fut donnée le 25 juillet 1909 à Sainte Anne d’Auray. 

Ces moments furent d’extraordinaires souvenirs pour les habitants de Pluvigner, de Bignan, de Colpo, de Noyal Pontivy, nicolazig.jpgde Sainte Anne, de Plumergat, de Brec’h, etc.  Cela le sera sûrement pour les acteurs de 2013 ! 

Par cette chronique, nous allons commencer par faire connaître au public les nombreuses activités développées par l’abbé Louis Cadic, tant sur le plan social, culturel, sportif que sur le plan politique en faveur de la jeunesse saintannoise. Nous montrerons ici les qualités d’un grand metteur en scène, d’un talentueux dramaturge breton auteur de nombreuses pièces de théâtre écrites en breton : l’abbé Job le Bayon. 

Des photos parfois inédites seront publiées ici, prouvant la richesse des décors et des costumes ainsi que de très grandes qualités chez les acteurs. Et si cela peut contribuer à développer des idées… 

à suivre sur AR GEDOUR…

– photo 1 ci-dessus :  Yvon Nicolazic, joué par un acteur vannetais en 1912 – collection AR GEDOUR

– photo 2 : Découverte de la statue miraculeuse dans la pièce NICOLAZIG en 1909 – collection AR GEDOUR

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Skol Vreizh publie « Le Grand dictionnaire historique des saints et saintes de Bretagne »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minNous vous annoncions il y a quelques mois …

Alan STIVELL aux Francofolies : « Je voulais empêcher la culture bretonne de disparaître »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minAlan Stivell était invité au Francofolies de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *