Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Chronique des Saints > Légende, légendaire : un traître mot

Légende, légendaire : un traître mot

saint reconnu par rome
Photo V. Charbey / Ar Gedour 2017

Si souvent, on nous rapporte que nos saints bretons sont légendaires. Mais que veut dire ce traitre mot qui recouvre aujourd’hui plusieurs réalités ?

A l’origine, « Legenda », en latin, désigne “les choses à lire”. De quoi s’agissait-il ?

Il s’agissait de Passions, c’est à dire l’épopée d’un martyr, le récit de ses exploits et de recueils de miracles. Le miracle manifestant la puissance surnaturelle (guérisons {thaumaturgique}, victoire sur les démons {exorcisme} ou domination de monstres et forces obscures {saint saurochtone}) était la preuve que le martyr ou le saint est vraiment l’ami de Dieu. On faisait ces lectures durant les célébrations de la fête du saint afin d’entretenir la mémoire et garantir la persistance du culte.

Lorsque le culte des martyrs céda la place à la reconnaissance comme saints aux ascètes et évêques, la vie des saints remplaça les Passions. Grégoire de Tours en expose la logique interne : « Personne ne peut douter des vertus pratiquées par les saints pendant leurs vie, quand on peut constater « les signes » qui s’opèrent auprès de leurs tombes : les boiteux marchent, les aveugles voient, les démons sont chassés, en un mot, toutes les maladies sont guéries. » (PL71,911).

Hagiographiques et apologétiques, ces récits ne sont donc en rien historisants. ils sont des oeuvres littéraires sans rapport avec les préoccupations critiques nées de l’humanisme érudit du XVIème siècle qu’on appellera l’Histoire. Cette nouvelle discipline dénigra souvent ces legenda en les confondant avec les récits mythologiques et imaginaires.

Les Légendes des saints, qu’elles soient dorées ou pour prier, sont d’une autre utilité qu’il convient d’étudier spirituellement tout en laissant, par ailleurs, la rigueur historique enseigner ce qui la concerne.

À propos du rédacteur Tad Kristof

Tad Kristof a été ordonné prêtre en juin 2000. Il a exercé notamment en Afrique où il a créé "Tud a Vreizh" à Libreville. Passionné par la Bretagne, il contribuera à la dimension spirituelle d'Ar Gedour en répondant aux questions qui lui seront posées.

Articles du même auteur

Un prêtre vous répond : “Comment doit-on célébrer si l’on est face à Dieu ?”

Tad Kristof, discutant avec un pardonneur à l'occasion du pardon de la petite chapelle près de chez moi, je m'étonnais qu'il ait préféré célébrer la messe sur une petite table de camping, bloquant ainsi le choeur coincé entre la table de communion et le maître-autel de pierre massif, encore doté de sa pierre, et surmonté d'un plaisant vitrail. 

eucharistie

Un prêtre vous répond : “Des amis ont communié sans avoir été baptisés…”

"Je suis allé à la messe avec des amis non-baptisés. Souhaitant leur faire découvrir la messe, je n'ai pas pensé leur dire de ne pas aller communier, et mes amis y sont allés. Qu'est-ce que je dois leur dire, sachant qu'ils n'auraient pas dû communier ?" - Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *