Saints bretons à découvrir

Les camps St Vincent Ferrier consacrés aux Coeurs unis de Jésus et de Marie

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

D’après un article lu sur le site du Diocèse de Vannes :

Une grande procession du Saint-Sacrement a eu lieu à Ploërmel, réunissant les trois camps de jeunes de l’Association des Camps St Vincent Ferrier qui ont convergé vers la maison-mère des Frères de Lamennais.

Partis de leur lieu de camp respectif, Josselin pour le camp Sainte Catherine (jeunes filles de 13 à 17 ans),  des environs de Ploërmel pour le camp Saint Guénael (garçons  et filles de 7 à 12 ans), et le camp saint Vincent Ferrier-itinérant VTT – (garçons de 12 à 17 ans), ils se sont retrouvés dans l’après-midi du mardi 11 juillet pour préparer cette grande fête de la consécration voulue par leur aumônier, l’abbé Antoine de Roeck :

« En consacrant notre Association au Cœur de Jésus, nous Lui laissons une place de Roi. Ce trône royal, nous voulons qu’il se trouve dans le cœur de chacun des enfants et jeunes qui nous sont confiés. Nous voulons qu’il règne d’abord dans le cœur des prêtres, séminaristes, religieuses et jeunes bénévoles qui donnent de leur temps pour cette œuvre d’éducation. Ainsi, il conduira toutes nos décisions et orientera nos désirs au service des plus jeunes. Nous savons aussi que c’est une grâce qui rejaillit inévitablement sur les familles amies de l’association.

L’œuvre de notre association est modeste et circonscrite, mais elle vise la plus grande ambition : le Royaume de Dieu, la sainteté des âmes et la beauté de l’Eglise. »

Plus de 130 jeunes ont donc participé à la procession, entre chants et stations devant les reposoirs décorés par les jeunes, dans le parc des Frères de Lamennais, « sous une pluie de grâces abondantes manifestées par la pluie du ciel ».

L’association des camps saint Vincent Ferrier propose des camps ouverts à tous, dans le Morbihan, pour les enfants, adolescents et jeunes. L’objectif de ces camps est d’allier détente et formation humaine et chrétienne. Ils proposent de nombreuses activités en même temps que des temps spirituels comme la messe quotidienne pour ceux qui le souhaitent, et un temps fort au milieu du camp autour du Saint-Sacrement. [Note d’Ar Gedour : il faut savoir que le carnet de chants des camps propose au répertoire des cantiques bretons, et que la dimension culturelle bretonne est prégnante, inculturant le camps via la vie des saints ou ces cantiques. Ainsi, alors même que les camps ont été consacrés aux coeurs unis de Jésus et de Marie, le Kalon sakret Jezuz est devenu le cantique phare, repris très régulièrement par les jeunes]. 

Trois prêtres sont à l’origine de l’association, née officiellement le 25 décembre 2010 ! : les pères Louis de Bronac et Julien Naturel , alors séminaristes, et le père Antoine de Roeck. Ils sont aidés de séminaristes et de jeunes formés au BAFA pour l’encadrement. Chaque année les camps accueillent de plus en plus de participants : cette année ils sont près de 230 au total, entre les trois camps étalés sur tout le mois de juillet.


Saint Vincent Ferrier était un dominicain né au 14ème siècle. Il enseignait et prêchait, exhortait à la paix, la réconciliation , mettait en garde contre le péché…. Le pape Benoît  XIII le nomme « plénipotentiaire du Seigneur » pour partir en mission dans le monde. Il vient en Bretagne pour évangéliser l’Ouest de la France, et meurt à Vannes le 5 avril 1419. Son tombeau se trouve dans la cathédrale de Vannes.

On le prie en particulier pour avoir une vie droite, véritablement chrétienne, avec laquelle on puisse paraître avec confiance devant le Seigneur lors du Jugement.

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Pardon Sainte Anne-des-Bois (Berné)

Physique cantique en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 8 min Ce n’est qu’à partir des années 60 …

Jean Picollec, profession éditeur (une chronique de Bernard Rio)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minL’éditeur Jean Picollec est passé de l’autre côté …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.