Saints bretons à découvrir

Les pardons : le breton, langue de foi ou support estival ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

(Suite de notre billet d’hier)

C’est d’autre part souvent à l’occasion des pardons que sont proposées des messes en breton. Ainsi par exemple au Folgoët, lors du grand pardon consacré à la Vierge Noire, vénérée dans tout le Léon. En 2001, 2000 personnes assistaient à la messe en breton célébrée en plein air.

Autre exemple à Sainte-Anne-d’Auray où est célébrée une messe en langue bretonne une fois l’an, pour le pèlerinage en l’honneur de sainte Anne. Les exemples sont nombreux, mais l’emploi de la langue bretonne lors de ces festivités peut parfois revêtir un air folklorique, au même titre que le port du costume traditionnel.

On remarque que la période estivale apporte une floraison de messes en langue bretonne. Le mois d’août particulièrement -si l’on considère par exemple le calendrier des célébrations de l’année 2000 134 – offre maintes occasions d’assister à un office religieux en breton. Cependant elles s’inscrivent presque toujours dans le cadre d’un pardon ou d’une fête -religieuse ou profane- à caractère traditionnel et populaire. C’est effectivement la période pendant laquelle ont lieu de nombreuses festivités en Bretagne, attirant, en plus des habitants de la région, des foules de touristes. On connaît le succès de ces manifestations depuis une trentaine d’années, depuis que la culture bretonne connaît un renouveau. Le Festival Interceltique de Lorient qui propose lui-même une messe en langue bretonne en est assez représentatif.

Une enquête de 1973 menée auprès des curés-doyens et responsables de secteur du diocèse de Quimper et Léon au sujet de la liturgie en langue bretonne, notait que certains prêtres, déjà, craignaient le folklore : « Dans les rassemblements style fêtes folkloriques cela sonne faux, la majeure partie de l’auditoire étant composée d’étrangers, touristes ou autres »…

Ceci montre une fois encore que ces messes sont organisées le plus souvent dans un contexte particulier et que, de plus, le public touché lors de ces fêtes n’est pas a priori celui qui pourrait être demandeur de célébrations en langue bretonne. En dehors de ces occasions spéciales, les mêmes paroisses ne proposent pas habituellement de messes en breton à leurs fidèles. Cet aspect est révélateur et montre bien tout le chemin qui reste à parcourir dans ce domaine.

 

Source : Ofis ar brezhoneg

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Bénédiction des statues des saints Charbel et Jacques le 26 novembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIls ne sont pas saints fondateurs de la …

La Musique de la Légion Etrangère chante « Pe trouz war an douar »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minCe mardi soir, en la fête de Sainte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *