Saints bretons à découvrir

[LITURGIE] Le texte du CREDO est immuable

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Régulièrement, nous pouvons entendre à la messe des CREDO / JE CROIS EN DIEU qui n’en sont pas. De Je crois en Dieu qui chante à Je crois au Dieu vivant en passant par Je crois en Dieu qui donne vie ou Je crois Seigneur, tu es source de vie etc…  Il est fréquent de trouver aussi le texte découpé dans lequel on a inséré des refrains. Même en breton, nous retrouvons parfois des “Credo” similaires qui n’ont pas lieu d’être dans la liturgie. Nous rappelons ici les normes liturgiques  issues de la Présentation Générale du Missel Romain que tout animateur paroissial devrait lire : ce ne sont pas uniquement des normes mais des exigences essentielles car leur non-respect participe à l’altération de la foi. Comme le rappelle l’instruction Redemptionis Sacramentum “les paroles des chants préservent et alimentent, comme il convient, la foi des fidèles” (2004). C’est pourquoi il a été clairement spécifié dans les textes l’immuabilité des textes chantés (Credo, Gloria, Notre Père…)

Le Symbole, ou profession de foi, vise à ce que tout le peuple rassemblé réponde à la parole de Dieu annoncée dans les lectures de la sainte Écriture et expliquée dans l’homélie, et, en professant la règle de foi selon une formulation approuvée pour l’usage liturgique, se rappelle et professe les grands mystères de la foi avant que ne commence leur célébration dans l’Eucharistie. (PGMR N°67)

Le Symbole est chanté ou dit par le prêtre avec le peuple le dimanche et aux solennités ; on peut aussi le dire aux célébrations particulières faites avec solennité.
S’il est chanté, il est entonné par le prêtre ou, selon l’opportunité, par le chantre ou par la schola, puis il est chanté soit par tous ensemble soit par le peuple en alternance avec la schola.
S’il n’est pas chanté, il est récité par tous ensemble ou par deux chœurs qui se répondent en alternance. ( PGMR N°68)

Les seuls textes approuvés pour l’usage liturgique concernant le Credo sont « Le Symbole des Apôtres », « Le Credo de Nicée-Constantinople » et éventuellement la « Profession de Foi baptismale » (pour les occasions prévues). Il est important de garder le texte sans modifications, rappelant à chacun les grands mystères de la foi, sans altération. Pour un Credo en breton, rendez-vous ici

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Les saints qui guérissent en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minDepuis des centaines d’années, des dizaines de générations …

[ROME] Messe à St Yves des Bretons ce jeudi 22 février 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minSi vous êtes à Rome en ce moment, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *