[GUINGAMP] Une manifestation pour la langue bretonne ce samedi 29 mai

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

La loi Molac n’en finit plus de faire couler de l’encre. Votée à la majorité, la loi pour la promotion des langues régionales portée par le député breton Paul Molac avait été portée devant le Conseil Constitutionnel, après une saisine par des députés LREM,  pointant notamment du doigt l’instauration d’un forfait scolaire obligatoire.

Ceux qui sont surnommés « les Sages » ont censuré l’enseignement immersif de ces langues et l’utilisation de signes diacritiques comme le tildé (cf affaire Fañch) dans les actes de l’état civil. Si la plupart des dispositions ont été validées (et notamment le forfait scolaire) par le Conseil constitutionnel, l’incompréhension est grande car après l’échec de signature de convention Etat-Région, la stigmatisation de l’enseignement immersif, qui a pourtant fait ses preuves depuis cinquante ans en fournissant les meilleurs résultats scolaires, passe très mal. Ajoutons à cela le rejet des signes diacritiques, et la coupe déborde pour beaucoup.

Tandis que les campagnes pour les régionales battent leur plein, le sujet risque de mettre à mal un certain nombre de candidats. Le président Emmanuel Macron est donc sorti de sa réserve ce jour :

Le 21 mai a justement débuté la Redadeg, course-relais permettant de soutenir la langue bretonne par l’achat de kilomètres. Cette occasion tombe à pic pour les défenseurs d’une langue qui disparait peu à peu et se fait encore piétiner. Un appel à manifester a donc été lancé ce samedi 29 mai 2021 à 14 h, devant la gare de Guingamp, où a lieu l’arrivée de la course. Nul doute que cet événement drainera une large fréquentation et obligera les candidats à se positionner clairement sur la politique linguistique à venir.

 

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

parlement de bretagne

[REFLEXION] Et si la Bretagne organisait des hommages nationaux pour les défunts bretons ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLe décès de Jean-Paul Belmondo, belle figure culturelle …

Mont d'Arrée. Photo Ar Gedour 2015

Ar chas doñv yelo da ouez (Alan Stivell)

Brevet dindan yev an dud uhel Leun a fae hag a lorc'hentez Hon eus bevet lent hag uvel E pad kantvedoù a vezh

4 Commentaires

  1. Je ne comprends pas la revendication des manifestants. L’enseignement immersif est contre la constitution. Il faut obéir aux lois de la République ou changer de constitutions.

  2. Marze eo al lezenn zo a-enep ar c’helenn mod-soubidigezh ?????….

  3. Bonjour de Barmon.

    La revendication des manifestants est tout simplement de pouvoir transmettre leur langue de la meilleure manière possible. Il n’y a rien d’incompréhensible à cela. Serait-ce incompréhensible que vous vouliez transmettre la langue Française de la meilleure manière à vos enfants en France? Non!!! A moins d’être dénué de bon sens….Il en est de même pour la langue Bretonne. Nous voulons la transmettre à nos enfants, de la meilleure manière possible, en Bretagne…
    Vous dites: il faut changer la constitution. OUi!!! Car on érige ce texte en idole, texte écrit par des humains. Un texte peut être changé s’il est contraire aux droits les plus élémentaires de l’être humain. Car un peuple a le droit de parler sa langue sur son propre sol. Ou alors, ceux qui interdisent cela ne sont ni plus ni moins que des colonisateurs. Est-ce ainsi que nos gouvernants souhaitent que nous, Bretons, occitans, Basques et autres peuples de l’hexagone considérions l’Etat Français?
    Vous dites « obéir aux lois de la république »: mais quelle république? celle qui, tout en prétendant être garante des droits de l’homme, a continué les massacres perpétrés par certains rois de France à notre encontre, tel Louis XIV et ses centaines de milliers de Bretons assassinés? Une république qui a commencé par les génocides vendéens et bretons, allant jusqu’à créer des tanneries de peaux humaines? Une république héritière aussi d’autres régimes, tel le second Empire pendant lequel Gambetta, couvert par Napoléon III a fait mourir de faim 70 000 Bretons au camp de concentration de Conlie en Mayenne? Une république qui n’ a eu de cesse, qu’elle soit première, deuxième, troisième,; quatrième ou cinquième, qui a voulu toujours faire disparaître notre langue? Encore aujourd’hui, la France qui se targue d’être le défenseur des opprimés et de donner des leçons à la terre entière sur la défense des langues et peuples menacés, détruit la richesse de son propre territoire.
    Que dirions nous si, au Canada, il était dit: pour l’unité linguistique du Canada, le Français doit disparaître? On entendrait que, pour sauver la langue Française, le Quebec doit être libre.
    Alors je le dis ici haut et fort: l’idéal démocratique serait une France fédérale dans une Europe fédérale. Car on peut se sentir Breton, Français et Européen. Mais si la France s’obstine à nous faire la guerre, alors que dire si ce n’est: osons prendre notre indépendance!!!! Est-ce cela que la France veut? La Bretagne lui a tout donné: le deuxième territoire maritime au monde. Car ce sont bien des marins Bretons qui ont parcouru le globe. la Bretagne lui fourni un PIB qui est un des plus fort de l’Union Européenne, et seule des miettes lui reviennent….Alors cette fois-ci, stop!!!! Halte au racisme anti-Breton. Halte à la discrimination à notre encontre. Et que la France répare les dégâts qu’elle a occasionné ici pendant des siècles. Alors, nous pourrons dire: oui!!! J’aime la France et je défend les lois de la république française car elle respecte et garantit nos droits. Mais aujourd’hui, que penser? je vous en laisse seul juge…
    Je terminerai en disant qu’en droit international, seul le traité entre Anne de Bretagne et Louis XII, qu’elle a réellement aimé, est valable juridiquement. Tout le reste est illégal en droit international si on en juge par les études de Louis Melennec.

  4. A : de Bourmon

    Savez vous que dans tous les instituts de la francophonie répartis dans le monde , l » apprentissage du français se fait par la méthode immersive ? Ces instituts ne suivent donc pas « les lois d e la République ».

    Par ailleurs si on se réfère au tout récent et « vibrant » appel de Macron en faveur des écoles Seaska, Diwan, , Calendreta, il faut donc en conclure qu’il dêsavoue complètement son ministre Blanquer dont on nous dit qu’il est l’un des « poids lourds: de son gouvernement
    Quel double langage, quelle hypocrisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *