Un jour historique pour nos langues dites régionales

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min
Photo : XIIIfromTOKYO

Les médias mainstream n’en parlent pas ce soir. Ecoutez France Info par exemple : ils préfèrent parler de la fin annoncée de l’ENA que de cette nouvelle pourtant historique.

La proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues dites régionales et à leur promotion, portée par le député breton Paul Molac a en effet été adoptée définitivement à une très large majorité ce jeudi 8 avril à l’Assemblée nationale, au bout de plusieurs heures de débats. Il faut savoir qu’en Bretagne, plusieurs députés – Yannick Kerlogot, Marc Le Fur et Ronan Dantec – ont travaillé avec ténacité à la cause au-delà des clivages. Il en a été de même sur l’ensemble de la France. Ceux qui ont visionné le débat à l’Assemblée Nationale ont pu voir une certaine unanimité, les amendements étant retirés les uns après les autres pour permettre au rapporteur (Paul Molac) de faire voter conforme sa proposition de loi.

L’ensemble des représentants culturels bretons se réjouissent de cette avancée significative, comme Fulup Kakez, directeur de l’Office Public de la langue bretonne : “Gourc’hemennoù da Paul Molac en deus gounezet e blas hiziv en istor Breizh”.

Il s’agit, dit le député sur son blog, de la première loi consacrée aux langues régionales définitivement adoptée sous la Vè République. Cette victoire historique est due à la mobilisation sans précédent des associations, des réseaux d’enseignements et des milliers de bénévoles dans tous nos territoires qui ont à cœur de préserver cette richesse qui appartient à l’ensemble de l’Humanité. La détermination des députés sur l’ensemble des bancs, et notamment de la majorité, à adopter conforme cette proposition de loi telle qu’issue du Sénat est le symbole de la large prise de conscience sur la nécessité de sauver ces langues régionales en danger d’extinction.

La frilosité de certains députés soumis à leurs propres peurs a provoqué quelques abstentions et oppositions, mais à 247 voix pour et 76  contre, la proposition de loi a été adoptée à la majorité absolue. Elle a pour but de rehausser la protection, l’accessibilité et la visibilité des langues dites régionales dans trois domaines, explicités ici par Paul Molac :

  • Dans le patrimoine tout d’abord, en reconnaissant l’appartenance des langues régionales au patrimoine immatériel de la France pour mieux pouvoir les protéger.
  • Dans la vie publique ensuite, en sécurisant juridiquement l’affichage de traductions en langue régionale sur les inscriptions et les signalétiques publiques, ainsi que l’utilisation des signes diacritiques des langues régionales dans les actes d’état civil. On se rappelle tous de l’histoire de ce bébé breton prénommé Fañch, qui a dû aller jusqu’à la Cour de cassation pour avoir le droit de garder son tildé sur la lettre N.
  • Enfin, dans l’enseignement, où des avancées importantes ont été obtenues, et notamment pour la reconnaissance de l’enseignement par immersion en langue régionale à l’école publique, ainsi que pour rendre effectif le versement du forfait scolaire pour les écoles associatives telles que Diwan. De même, cette loi permettra l’extension des possibilités d’offre d’enseignement des langues régionales à l’école publique, pour que le plus grand nombre d’établissements puissent proposer cet enseignement.

“Le 8 avril est un jour historique pour les défenseurs des langues régionales et je l’espère un tournant dans la relation entre la République et sa diversité linguistique” conclut le député qui aura réussi ce coup de force de transcender les clivages pour arriver à ce résultat.

 

Sur le même thème, lire aussi cet article de Gaid Evenou : «Préserver les langues régionales est un enjeu de biodiversité et de sauvegarde du patrimoine de l’Humanité»

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

Pourquoi parler de langue régionale ou minoritaire peut être problématique

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minEn 2016, j’écrivais que dans un pays qui …

UNIS POUR LA LANGUE BRETONNE : manifestation le 13 mars 2021 à Quimper

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minUne manifestation pour défendre la langue bretonne est …

2 Commentaires

  1. Etant de cultures corse et bretonne, combien ceci m’intéresse au plus haut point …. à part vous BREIZH INFO et évidemment CORSE.NET.INFO… nos cultures nos langues font partie intégrante de notre cher patrimoine….

  2. Al lezenn Molac nevez votet, e-keñver ar pezh oa en e sav e Bro Korsika a fed deskiñ korseg…?…
    Heñvel tra ? Gwelloc’h bras ? Bruzhunoù ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *