Saints bretons à découvrir

[MUSIQUE SACREE] Sean O’Riadà : Kyrie eleison

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Après vous avoir fait découvrir Irish Mass, la Messe Irlandaise de Gilles Matthieu, voici un Kyrie Eleison de Sean O’Riadà. Ce compositeur né en 1931 à Cork est notamment l’une des plus influentes figures de la renaissance de la musique traditionnelle irlandaise dans les années 60. 

 

Comme nous le soulignions précédemment, les églises de Bretagne reverront certainement revenir à elles de nombreuses personnes si elles savent s’adresser à toutes celles qui sont parties sur la pointe des pieds. Certes, la liturgie ne doit pas donner lieu à un concert donné par la chorale ou le seul animateur. Pour autant, il est nécessaire que la liturgie (et la musique en fait partie intégrante) porte non pas à une émotion momentanée mais à une certaine transcendance. Comme le dit l’Instruction Musicam Sacram (1967), « l’action liturgique revêt une forme plus noble lorsqu’elle est accomplie avec chant, que chaque ministre y remplit la fonction propre à son rang et que le peuple y participe. Sous cette forme, en effet, la prière s’exprime de façon plus pénétrante ; le mystère de la liturgie, avec ses caractères hiérarchique et communautaire, est plus ouvertement manifesté ; l’unité des coeurs est plus profondément atteinte par l’union des voix ; les esprits s’élèvent plus facilement de la beauté des choses saintes jusqu’aux réalités invisibles ; enfin la célébration tout entière préfigure plus clairement la liturgie céleste qui s’accomplit dans la nouvelle Jérusalem. »

 

La préfiguration de la liturgie céleste. Voilà donc ce que la célébration doit être. Il importe d’en prendre conscience pour préparer nos messes, veillées…

La comparaison vaut ce qu’elle vaut, mais les bandes originales de films sont parfois brillamment composées, et savent illustrer les scènes au point de nous faire rentrer totalement dans l’oeuvre. La musique sacrée doit, de même, aider à entrer dans le Saint Mystère.

Si les compositeurs sont à même de proposer des créations enracinées à la fois dans le Christ et dans la culture locale (et il en existe actuellement), et que les paroisses (les diocèses) sont prêtes à s’ouvrir et à aider à leur développement, alors peut être l’essai se transformera-t-il et fera germer des vocations missionnaires. 

 

EC