Saints bretons à découvrir

Noël, époque bénie amenant à lever les yeux vers le Ciel…

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

 Nedeleg laouen.jpgIl y a bien longtemps alors que résonnait encore dans le firmament le scintillement infini, alors que flottait dans les airs un parfum d’ère que l’on croyait à jamais chassée de la Terre, s’envolait à travers l’espace un corps céleste éclatant de lumière. La musique des étoiles accompagnait le moment qui paraissait suspendu dans le temps. Faisceau de lumière diaphane se dévoilant peu à peu dans le ciel et aperçu par des mages venus d’Orient. Le cosmos s’offrait en harmonie pour chanter l’offrande absolue du Créateur à l’humanité. Comme annoncé depuis les temps anciens, un enfant naissait en terre de Judée, alors que Quirinus, gouverneur du secteur, procédait à l’important recensement voulu par l’empereur Octave Auguste. Des bergers et des anges, un berceau et des langes, et pour abri rien qu’une grange. Le souffle chaud d’un bœuf et de l’âne qui avait porté la Vierge-Mère offrait au nouveau-né la chaleur qu’il n’avait pu trouver ailleurs. L’enfant allait changer la face du monde : Jésus de Nazareth, Dieu éternel et Fils du Père éternel est né à Bethléem. Le rappel annuel de ce don divin allait devenir la fête de Noël.

Noël, moment de souvenirs joyeux et mélancoliques d’un temps passé, de la messe de minuit chantée avec ferveur dans une campagne endormie tant que brillent les guirlandes festives d’une nuit votive. En Bretagne, si Noël se dit Nedeleg, il peut aussi porter le nom de Pellgent, qui se traduirait par « Aurore », « renaissance » mais aussi « longtemps avant ». Et l’on vit ces heures de renaissance par cet enracinement initié par nos parents et les parents de nos parents… longtemps auparavant, chacun ainsi porté via une tradition bien vivante par ceux qui nous ont précédé à l’église aujourd’hui trop souvent désertée. Noël, ce jour rêvé où l’on communie en famille, à ces douces minutes que l’on goûte, que l’on chérit, et qui s’échappent en quelques instants, secondes durant lesquelles on se rappelle ceux qui sont et ceux qui ne sont plus, dans une sorte de communion des saints. Peut-être une larme peut-elle s’échapper, mais le bonheur est là, dans la reconnaissance de ce que nous offre la célébration de cette naissance.

Noël, période privilégiée – loin des bombances et d’une surabondance gargantuesque – pour penser aussi à ceux qui s’endorment affamés dans la froidure des mordants hivers, tandis que se réchauffent les foyers. Peut-être une pensée, un acte, si petits soient-ils, deviennent alors pour eux étoile de Noël ? Le bonheur est là, dans la reconnaissance de ce que nous dit la célébration de cette naissance.

Noël, époque bénie amenant à lever les yeux vers le Ciel sans omettre l’autour de soi, regarder l’autre sans oublier de nous tourner vers l’Essentiel, le Christ, l’Emmanuel. 

Nedeleg laouen deoc’h ! Pellgent laouen deoc’h ! 

Eflamm Caouissin

Illustration : Micheau-Vernez

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

La Troménie de Marie au Pardon de Notre-Dame de Rumengol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minRumengol est un sanctuaire diocésain dédié à la …

Les prochains jours au Festival Interceltique de Lorient : les moments à ne pas manquer

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minLe Festival Interceltique arrive déjà presque à sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.