Saints bretons à découvrir

Pape François : Le Seigneur ne se lasse jamais de pardonner

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

301499_516516178391571_806983630_n.jpgAn aotrou ar Pab Frañsez e parrez Santez-Anna, e Keoded ar Vatikan : « An Arloz ne vez morse skuizh o pardoniñ, ni ar re a skuizh gant goulenn pardon gantañ… »

A l’homélie, il a commenté l’épisode de la femme adultère, rappelant qu’auparavant Jésus s’était retiré sur une montagne en solitude pour prier, puis s’était rendu au Temple. Alors que les pharisiens voulaient la lapider parce qu’elle était de ces êtres méprisables, il s’écarta pour parler à cette femme: « La solitude de Jésus est féconde. C’est la solitude de la prière avec le Père, la prière si belle que constitue le message évangélique de cet épisode de miséricorde envers l’adultère. La miséricorde doit être le message quotidien de l’Eglise… Il y avait une division au sein du peuple. D’un côté ceux qui venaient l’écouter et au milieu desquels il s’asseyait, des gens désireux d’entendre sa parole, ouverts à la Parole de Dieu. De l’autre, on avait des personnes sourdes, qui ne voulaient rien entendre, qui voulaient seulement condamner à mort cette femme. Nous aussi, nous sommes ce peuple divisé, entre qui veut entendre Jésus et qui veut user du bâton, condamner l’autre. Or Jésus n’est pas venu pour les justes qui se justifient d’eux mêmes, mais pour les pécheurs. Son message est celui de la miséricorde ».

 

« En pensant aux ragots qui suivirent la vocation du publicain Mathieu, qui osait s’afficher avec les pécheurs, reconnaissons que nous sommes pécheurs. Si face à l’autel nous sommes comme ce pharisien, si nous remercions le Seigneur de ne pas être comme le publicain, nous ignorons le coeur du Seigneur. Et ainsi nous n’aurons jamais la joie de connaître sa miséricorde. Certes il n’est pas aisé de s’en remettre à la miséricorde de Dieu. C’est un abysse impossible à comprendre. Mais nous devons le faire! Mon père, si vous saviez! Qu’as-tu fait? Des choses très graves. Parfait, c’est mieux! Va à Jésus qui t’écoutera avec grande attention. Raconte-lui tout. Il sait tout oublier, tout effacer. Il t’embrassera en te disant qu’il ne te condamne pas. Va, te dira-t-il, et ne pèche plus. Un simple conseil. Et si un mois plus tard tu es au même pont, reviens vers lui et recommence. Le Seigneur ne se lasse jamais de pardonner. Demandons la grâce de ne jamais nous lasser de demander pardon. Lui ne se lasse jamais d’accorder sa miséricorde! »


Source : VIS 17/03/2013

Crédit Photo : Mgr Georg Gänswein – Traduction bretonne : Imbourc’h

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

« Traou Kozh », ou à la découverte des curiosités populaires de la Bretagne ancienne (de Korantin Denis)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIl y a quelques semaines, Korantin Denis, avec …

« Kas », le nouveau CD du Bagad Kemper

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Nous en avions rapidement parlé cet été. …

Un commentaire

  1. Fabrig Coupechoux

    Brav-tre e kavan frazenn Hon Tad Santel. Edo ar wirionez gant an hini a lavaras e vefe ar an aotrou ar pab Frañsez hini ar Garitez da ‘m soñj. Pedomp evitañ rak e enebourion a sav seulabred !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *