Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Pardons et Pèlerinages > Le pardon de sainte Eliboubane

Le pardon de sainte Eliboubane

eliboubane.jpg

Extrait de ‘La Bretagne qui croit’, Thiercelin, Louis, Paris : Alphonse Lemerle, éditeur, 1894.

Le pardon de sainte Eliboubane, dans les Côtes d’Armor (Plougrescant – Canton de Tréguier) se déroulait autrefois le lundi des Rogations, le 25 juillet. Il a cessé dans les dernières années du 20ème siècle.

A la fin du 19ème siècle, les jeunes filles, vêtues de blanc, avec un ruban bleu sur la poitrine, portant la grande coiffe à deux larges cornets de dentelles, forment la procession, accompagnées des petits choristes, du prêtre, des moines, du maire et de son conseil et de la foule des fidèles. Les barques des marins pêcheurs transportent les pavillons, portés par les hommes. la statue de sainte Eliboubane est portée par des femmes vêtues de noir. Elles sont une trentaine à se relayer pour ce pieux devoir, faisant une garde d’honneur à la sainte, qui va rendre visite à son fils saint Gonéri en la chapelle de Plougrescant. Le lundi 25 juillet, la statue s’en retourne dans son île, accompagnée par la statue de saint Gonéri et des paroissiens. La statue de la sainte est conduite vers son oratoire, bâti de l’autre côté de l’île, au Nord, à cinquante pas de l’ancienne chapelle (en ruines vers 1890 et reconstruite plus tard). A droite, s’élève le rocher qui sert d’autel aux rogations. Les porteurs de bannières grimpent au sommet du rocher, d’autres l’entourent ; un des moines adresse quelques paroles aux fidèles, et la sainte qui attendait à la porte de son oratoire, la franchit. On la replace sur son autel.

Si la tempête ou quelque fête plus grande empêchent cette visite annuelle du saint à sa mère, sainte Eliboubane, suivant les uns, saint Gonéri, suivant les autres, à la nuit, feront seuls le voyage ; mais malheur aux bateaux rencontrés par la barque mystérieuse ; ils sont impitoyablement chavirés.

Plus d’informations ici.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Ce week-end, le grand pardon de Sainte Anne-la-Palud

Dans le Diocèse de Quimper & Léon, il existe de très nombreux pardons. Il en …

[BRETAGNE EN 3D] Le sanctuaire de Querrien en 360°

Le Sanctuaire Notre-Dame de Toute Aide se trouve à Querrien dans les Côtes d’Armor. C’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *