Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Plantes médicinales de Bretagne : la camomille noble (en breton “Abrent-wenn”)

Plantes médicinales de Bretagne : la camomille noble (en breton “Abrent-wenn”)

Une nouvelle rubrique voit le jour sur Ar Gedour grâce à l’arrivée d’un nouveau venu dans l’équipe, qui nous fera découvrir les plantes médicinales que l’on peut retrouver en Bretagne. Les conseils contenus dans cet article sont purement informatifs et ne se substituent pas à l’avis d’un professionnel de santé pour toute pathologie ou symptôme manifeste et ne sauraient engager son auteur ni la rédaction d’Ar Gedour pour tout retard de diagnostic médical ou d’effet indésirable.

Pour débuter ma nouvelle collaboration avec Ar Gedour, je vous propose de découvrir ma plante chouchoute, celle que j’utilise en première intention et qui me suit partout dans son petit flacon d’huile essentielle : la Camomille noble ou Camomille romaine.

De son nom latin Chamaemelum nobile, elle fait partie de la famille des astéracées tout comme la camomille matricaire (ou allemande) et la grande camomille qui sont de proches parentes. C’est la plante des systèmes nerveux et digestif, du sommeil, de la peau et des yeux.

 

Description.

C’est une herbacée vivace héliophile, qui ne dépasse pas les 30cm et que l’on trouve un peu partout en Europe occidentale. Ses fleurs odorantes, que l’on nomme capitule, se reconnaissent à leur cœur jaune entouré de pétales blancs retournés vers le bas. Elle fleuri de juin à septembre et ses capitules sont récoltés en plein été.

 

Origine.

Dioscoride (milieu du 1er siècle de notre ère), médecin, pharmacologue et botaniste grec, l’employait contre les accès de fièvre. Un siècle plus tard, Galien (129-216), médecin grec, nous rapporte que les sages égyptiens dédiaient cette plante au dieu Soleil et la réservaient déjà pour soigner la fièvre.

 

Propriétés.

Cette plante, très aromatique et donc très riche en huiles essentielles, possède de nombreuses propriétés médicinales.

Elle est antalgique (calme la douleur), antibactérienne, anti-inflammatoire, antipyrétique (calme la fièvre), antispasmodique (calme les spasmes musculaires), carminative (favorise l’expulsion des gaz intestinaux), eupeptique et stomachique (facilite la digestion et soulage les maux d’estomac), vulnéraire (favorise la cicatrisation des plaies et la disparition des contusions), sédative et tranquillisante.

Une bonne à tout faire et un précieux allié dans notre santé au naturel !

 

Indications.

Elle est indiquée dans les cas de fièvre légère, d’insuffisance digestive, de spasme gastrique, de migraine digestive, d’aérophagie ou de gaz intestinaux, d’anxiété ou de stress, d’endormissement difficile, de névralgies, de menstruations douloureuses, de gingivite. Elle possède une activité curative de l’épiderme et accélère la cicatrisation. Elle est utilisée également contre les douleurs musculaires et l’inflammation des paupières.

 

Utilisation.

La camomille noble s’utilise sous différentes formes : en tisane avec des capitules séchés, en bain de bouche, en compresses imbibées sur la peau ou les paupières, sur les cheveux pour les éclaircir, sous forme d’hydrolat ou d’huile essentielle.

 

Précautions d’emploi.

La camomille noble est contre-indiquée aux personnes allergiques aux pollens, asthmatiques et aux femmes enceintes de moins de 3 mois. Elle peut être vomitive à dose très concentrée.

 

Huile essentielle (H.E.).

L’H.E. de camomille noble sera utilisée principalement par voie cutanée sur le plexus cardiaque (diluée dans une huile végétale) ou en olfaction (quelques secondes) pour ses propriétés calmante du système nerveux central : anxiété, nervosité, crise d’angoisse ou de nerfs, claustrophobie, troubles de l’endormissement ; localement sur le ventre ou un membre pour ses propriétés antispasmodique : coliques, crampes ; et aussi pour ses propriétés antiprurigineuses : eczéma, psoriasis, peau réactives, irritations et rougeurs.

 

Précaution d’emploi de l’H.E.

Elle est mal adaptée à la diffusion dans l’atmosphère, la prise par voie interne n’est pas recommandée ; ne pas utiliser : chez la femme enceinte, chez l’enfant de moins de 3 ans, en cas d’épilepsie, en cas d’allergie à l’un des composants ; utiliser sur avis d’un praticien pour les enfants entre 3 et 7 ans et en cas d’asthme.

Pour des conseils d’utilisation précis et individualisé je vous recommande de consulter un praticien de santé naturelle. Je suis certain que tout comme moi, vous tomberez sous le charme de cette plante si apaisante.

À propos du rédacteur Bertrand Guérin

Quarantenaire et fervent catholique, Bertrand Guérin est un officier à la retraite qui s’est reconverti dans les pratiques de santé naturelle. Titulaire d’un diplôme de naturopathie obtenu à la faculté libre de naturopathie de Dijon, il se spécialise dans les plantes médicinales. Il exerce au cabinet « la boite à aider » à Pontivy, plus particulièrement auprès des sportifs et des personnes en surmenage professionnel.

Articles du même auteur

Quelles plantes utiliser contre les moustiques et autres insectes ?

C’est l’été et on est content. Le soleil est au beau fixe et que vivent …

[PLANTES DE BRETAGNE] Les menthes

La menthe est tellement prolifique qu’elle ne se raconte qu’au pluriel. Pensez-vous, elles se croisent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *