Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > [REVUE DE PRESSE] Pourquoi les pardons ont résisté (in Ouest-France)

[REVUE DE PRESSE] Pourquoi les pardons ont résisté (in Ouest-France)

Photo H. Barazer - DR Ar Gedour

En Bretagne, les pardons font partie du paysage estival. À la rencontre du sacré et du profane, des plus modestes aux plus importants, ils rassemblent des centaines ou des milliers de participants. Pierre-Yves Le Priol, auteur du livre La foi de mes pères (éditions Salvator), explique cette singularité bretonne.

En Bretagne, les pardons sont donc toujours là ?

On estime, en effet, qu’il y en a environ 1 200 par an. Et l’été, c’est la période la plus dense. C’est certainement une spécificité bretonne même s’il existe aussi dans d’autres régions des fêtes votives (fête attachée à un saint patron). En Bretagne, le pardon est attaché à une chapelle et ce rendez-vous, c’est l’occasion de l’ouvrir, et parfois même la seule fois de l’année. Des pardons attirent beaucoup de monde et de nouveaux ont vu le jour, comme celui des motards à Porcaro (Morbihan). Mais il ne faut pas, non plus, enjoliver la situation. Il y a aussi des pardons qui souffrent, où il n’y a plus grand monde à la messe du matin. C’est notamment le cas dans les secteurs les moins peuplés, comme le Centre-Bretagne, avec une démographie qui baisse, une population âgée et un manque de prêtres. Parfois, le pardon peut se résumer à une simple messe et une petite procession. Alors qu’autrefois, c’était une messe solennelle, l’angélus que l’on chantait ensemble, les vêpres l’après-midi.

 

En dépit de ces difficultés, comment expliquer alors l’attrait des pardons en Bretagne ?

Les gens sont toujours attachés à leur chapelle, et même si on ne va pas à la messe, on y tient. Le pardon est toujours lié à une chapelle, et il y a un attachement à cette fête du saint dont la chapelle porte le nom. On estime à 3 000 le nombre de chapelles en Bretagne.

Lire la suite de l’article

 

(Photo Ar Gedour – DR)

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

[SAINT POL DE LEON] Magnific’art présent un trésor sacré ce dimanche.

Anne Dumas sera ce week-end à la cathédrale dans le cadre de Magnific’Art, une initiative …

[Plouégat-Guérand] Un appel aux dons pour restaurer les retables de l’église

La commune de Plouégat-Guérand lance une souscription avec la Fondation pour la sauvegarde de l’art …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *