Saints bretons à découvrir

Saint Donatien et Saint Rogatien prendront place à la Vallée des Saints

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

La réunification de la Bretagne peine certainement à voir le jour. Mais ce qui est certain, c’est que ce sont des saints issus des 5 diocèses bretons qui peupleront la Vallée des Saints. En effet, quand les Nantais se mobilisent pour leurs Saints Bretons, les compteurs explosent !

Les « enfants Nantais », les frères jumeaux Donatien et Rogatien, seront donc sculptés en 2017, le financement venant de dépasser largement le seuil des 13000 euros (128% à ce jour, confie Sébastien Minguy, responsable administratif et financier de la Vallée des Saints).

Saint Donatien et Saint Rogatien, que l’on appelle les ‘enfants Nantais’, martyrisés au IVème siècle (peut-être en 304), sont les premiers chrétiens connus et de fait patrons de la ville et du diocèse de Nantes.

Donatien, converti à la foi chrétienne par Similien, était baptisé et Rogatien n’était que catéchumène. Arrêtés comme chrétiens, ils furent soumis aux tortures du chevalet, passèrent leur dernière nuit à prier ensemble et eurent la tête tranchée au matin de leur vie et c’est ainsi qu’ils entrèrent dans la gloire céleste. Dans leur dernier combat, Donatien embrassa son frère et pria Dieu, puisque Rogatien n’avait pas été plongé dans le bain sacré, qu’il puisse être lavé dans le flot de son sang.

Leur culte se répandit dans toute la vallée de la Loire, jusqu’à Orléans quand leurs reliques furent déplacées à cause des invasions normandes.

« Nantes et Rezé constituent à cette époque les deux foyers du christianisme. Le martyre des frères Saint-Donatien et Saint-Rogatien, fils d’un magistrat de la ville, marquera l’arrivée du christianisme dans l’aristocratie namnète et constituera une forme de catalyseur. Saint Donatien et Saint Rogatien, que l’on appelle les ‘enfants Nantais’, martyrisés au IVe, sont les premiers chrétiens connus et de fait patrons de la ville et du diocèse de Nantes. » (Une histoire riche – Église catholique en Loire Atlantique)

Les chrétiens enterrèrent les corps des saints martyrs non loin du lieu où ils avaient souffert la mort pour Notre-Seigneur Jésus-Christ. Quand la liberté fut assurée à la religion chrétienne, ils élevèrent en cet endroit un tombeau, et plus tard une église, qui existait déjà au cinquième siècle, et qui, plusieurs fois restaurée ou reconstruite, est devenue aujourd’hui l’église paroissiale de Saint-Donatien. Les reliques des saints martyrs furent solennellement transportées dans l’église cathédrale, au onzième siècle. Nous trouvons mentionnés, dans un catalogue des Reliques de la cathédrale, dressé à la fin du siècle dernier, le chef de saint Donatien et le bras droit de saint Rogatien. Ce qui a pu être sauvé de ces restes sacrés, pendant la Révolution, est conservé aujourd’hui dans deux châsses d’argent, à l’église de Saint-Donatien. Quelques fragments sont aussi conservés à la cathédrale, dans la châsse de bronze doré où sont déposées les reliques de saint Emilien, évêque de Nantes, et de saint Hermeland, abbé du monastère d’Indre. Deux croix placées dans la rue Saint-Donatien, indiquent l’emplacement où les Enfants Nantais souffrirent le martyre. Ces croix existaient déjà au dix-septième siècle et sont mentionnées par les Bollandistes comme des monuments de la tradition nantaise, sur le lieu du supplice de nos martyrs.

La basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien, qui a été récemment l’objet d’un violent incendie, est  de style néo-roman. Datant du XIXe siècle, le bâtiment est dédié à saint Donatien de Nantes et à son frère saint Rogatien, premiers chrétiens nantais, martyrisés dans la ville à la fin du IIIe siècle.

De temps immémorial, saint Donatien et saint Rogatien sont honorés comme les patrons de la ville et du diocèse de Nantes. Jusqu’à la Révolution, leur fête était chômée dans tout le diocèse. Leur titre de Patrons a été de nouveau reconnu et confirmé par le Souverain Pontife, en 1857, quand l’Eglise de Nantes a repris la liturgie romaine (Mgr. Richard).

Ils seront désormais présents à la Vallée des Saints… à partir de l’an prochain ! Normalement, plus d’une quinzaine de sculptures devraient y être érigées en 2017.

Source concernant l’histoire des 2 saints.

Info Bretagne, Nominis & Wikipédia

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[PATRIMOINE] Les splendides bannières LE MINOR

L’histoire entre la maison LE MINOR et les bannières de procession est une histoire qui dure depuis plus de 60 ans. En effet, c’est en 1953 que...

Les messes en breton ou avec cantiques bretons pour le week-end des 16, 17 et 18 septembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minVous ne savez pas encore où aller à …

Un commentaire

  1. pour l’association les chemins du tro breiz le diocèse de Nantes est bien en Bretagne
    en 2000, il a été organisé une marche de Nantes vers Saint Patern à Vannes
    et en 2010, nous sommes partis de Ste Anne d’Auray vers Nantes,
    nous avons le fanion des frères Saint Rogatien et Saint Donatien
    depuis 2016, il y une fraternité Saint Donatien St Rogation, elle organise des tro breiz d’un jouir comme les autres fraternités, à voir sur se site du tro breiz trobreiz.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.