Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Salaün ar Foll sera à la Vallée des Saints

Salaün ar Foll sera à la Vallée des Saints

Photo du film "Le mystère du Folgoët" - Archives AR GEDOUR

C’est avec joie que nous vous annonçons que Salaün ar Foll aura sans doute sa statue à la Vallée des Saints. Louis Plouidy, un Roscovite passionné par cette aventure, vient de lancer une 8e souscription. Cette fois-ci, c’est pour Salaün ar Foll, et Ar Gedour se fait volontiers le relais de cette initiative.

 

Après saint Idy, saint Miliau, sainte Gwen, saint Jacut, saint Fragant, sainte Nonne, saint Ninien, une souscription pour une statue de Salaün ar Foll vient d’être lancée. Comme beaucoup de Léonards, il a fait le pèlerinage du Folgoët dans sa jeunesse. Et c’est donc une démarche de fidélité pour ne pas oublier que nos anciens ont honoré Salaün depuis des siècles. Et aussi parce que “Salaün, humble parmi les humbles, a toute sa place dans la Vallée des Saints” nous a-t-il confié.

Ce dernier n’est pas saint (excepté par la vox populi), mais il va retrouver les gens humbles comme Yvon Nicolazic, Pierre de Keriolet, Santig Du, modèles de foi et exemples pour les visiteurs de ce haut-lieu culturel breton.

Plusieurs personnes depuis quelques années nous avaient signalé vouloir financer une statue de Salaün ar Foll. C’est donc désormais possible.

 

Salaün ar Foll, cet humble de coeur

Salaün ar Foll est considéré, nous l’avons vu, comme simple d’esprit par ses contemporains, mendiant son pain de ferme en ferme en répétant inlassablement « Ave Mariaitroun guerhès Maria (Oh! madame Vierge Marie!) ». Il vit dans une clairière de la forêt près de Lesneven. Il est appelé « Le fou du bois » (Fol ar c’hoad) dans la forêt. Il passe toutes ses journées à mendier, après avoir assisté à la messe du matin. Salaün ar Fol meurt dans l’indifférence en 1358. Peu après, on découvre sur sa tombe un lys sur lequel est écrit en lettres d’or : « Ave Maria ». En ouvrant sa tombe, on constate que le lys prend racine dans sa bouche. Le miracle (que l’on tente de minimiser ou de considérer comme une légende) attire rapidement les foules. On bâtit une chapelle basilique Notre-Dame du Folgoët au lieu désormais appelé Le Folgoët, qui sera érigée en collégiale par le duc Jean V en 1423. En 1505, Anne de Bretagne est venue au Folgoët, dans le cadre de son Tro Breizh.

 

Un film : “Le mystère du Folgoët”

En 1952, un film sur l’histoire du Folgoët fut réalisé par les frères Herri, Perig, et Ronan Caouissin, fondateurs de Brittia Films. L’histoire retrace la vie, la mort, l’éternité de Salaün ar Fol qui mendiait au nom de la Vierge. Les trois frères se partagent la tâche. Ronan assure la régie et la production. Perrig est l’opérateur, Herri qui a été le collaborateur de Jean Delannoy pour Dieu à besoin des hommes, s’occupe de la mise en scène.

« Ce film est avant tout un acte de foi, déclarait alors Ronan Caouissin. Une caméra 16 mm, un faible capital, et notre foi bretonne, mes frères et moi soutenus par des amis celtisants qui leur ont prêté cent mille anciens francs. » Avec les moyens du bord, la fratrie s’était lancée dans l’aventure, sublimant la basilique et la région, embarquant les habitants dans ce qui deviendra une oeuvre majeure du cinéma breton, drainant un million d’entrées, dont une partie des bénéfices servira à la reconstruction de l’abbaye de Landevennec.

“Ce cinéma breton “pen kil ha troad” (des pieds à la tête) était en communion totale avec le public breton car il était le reflet de ses visions intérieures, l’écho sonore qui faisait vibrer son âme. Nous avions gagné la partie ! Mieux : notre film dépassa les frontières du Couësnon. L’accueil qu’il obtint des étrangers nous surprit encore plus : un public qui n’était pas breton découvrait là un nouveau cinéma exotique, qui avait une langue et une âme…” se souvient Herri Caouissin.

 

Une occasion de faire connaître Salaün ar Foll

Aujourd’hui, la figure de Salaün ar Foll n’est pas très connu de la population bretonne. En posant la statue dans ce livre à ciel ouvert qu’est la Vallée des Saints, nul doute que les 300 000 visiteurs annuels découvriront encore plus l’un de ceux qui ont marqué durablement l’histoire de la Bretagne.

La Vallée des Saints est ce projet fou qui a vu le jour à Saint-Pol-de-Léon en 2008. Elle espère accueillir 1 000 statues géantes en granit représentant les saints bretons. Elle a pour but de réveiller tout un pan de l’histoire et de la culture bretonne. En juillet, la Vallée des Saints inaugurera Saint Piran, la 100e statue posée sur le site de Carnoët près de Carhaix. Ce sera aussi le dixième anniversaire de l’association.

 

Comment participer ?

Pour que Salaün puisse intégrer ce site prestigieux, il faut 15 000 €. Les dons sont à envoyer par chèque à l’association. Les lecteurs d’Ar Gedour peuvent envoyer directement leur don à l’adresse ci-dessous ou régler en ligne en cliquant ici.

S’agissant d’un projet culturel chaque don permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % de son montant pour lequel un reçu fiscal sera fourni par l’association.

Pour financer la statue de Salaün ar Foll :
  • Don en ligne en cliquant ici
  • Par voie postale en libellant votre chèque à l’ordre de LA VALLEE DES SAINTS que vous envoyez à l’adresse  :

AR GEDOUR / OPERATION “SALAUN AR FOLL”

2 Lann Tremeler

56300  NEULLIAC

Contacts : Louis Plouidy (02 98 61 12 70) ou la Vallée des Saints, Quénéquillec 22 160 Carnoët (02 96 91 62 26). Internet : lavalleedessaints.com

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[ARRADON] Découvrez les mardis de l’UCO BS à partir de ce 16/10/18

Le département de théologie de Université Catholique de l’Ouest à Arradon, lance cette année “Les …

anniversaire minihi levenez

Gouel er Minihi, sadorn 20 Here / Samedi 20 octobre : Fête du Minihi

Un événement à ne pas manquer ! 

Un commentaire

  1. Très belle initiative que l’installation de la statue de Saint Salaün à la vallée des Saints !! Burzhudus eo!

    Trugarez Efflam pour cet article retraçant sa vie et l’origine de ce pèlerinage breton. En complément de votre écrit je signale le très bon livre d’Henri Queffelec ” Le Folgoët ou le lys aux lettres d’or”.

    Dans la lignée de votre article j’évoquerai prochainement l’explication du cantique ” Itron Varia ar Folgoat”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *