Scaër : Une icône qui gêne !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

marieQuand la minorité fait la loi. Voici une information publiée par Ouest-France ce jour : 

« La « Vierge et l’enfant » a quitté samedi la maison de retraite, où la famille d’un résidant n’acceptait pas sa présence.

Une maison de retraite dans le Finistère, à Scaër, a choisi de se séparer d’une mosaïque représentant une « Vierge et l’enfant » et trônant dans le hall d’accueil, car elle déplaisait à la famille d’un résidant qui a fait valoir le principe de la laïcité. La mosaïque avait été offerte en 2005 par un des membres d’une fanfare allemande à une association qui les accueille à l’occasion de la Cavalcade, un rendez-vous biennal avec défilé de chars de carnaval dans cette commune bretonne. Elle avait été placée, avec l’accord de tous, dans le hall d’accueil de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes de Scaër. La mosaïque a donc été restituée samedi à l’association propriétaire qui l’a finalement confiée au Comité de sauvegarde d’une chapelle de la commune, la chapelle de Plascaër. »

Ben voyons… Bientôt on nous enlèvera aussi de nos musées toutes les oeuvres d’art à connotation religieuse (même si au final il ne restera plus grand chose ! )… pour ne pas choquer les visiteurs : adieu Michel-Ange, Fra Angelico, Caravage, De la Tour, etc… 

Puis par la suite, on bannira aussi les oeuvres musicales trop marqués religieusement : adieu Lully, Gounod, Schubert, Gregorio Allegri, Mozart, Fauré et Duruflé, Yann Ber Calloc’h ou Xavier Grall… 

Tiens… et j’y pense : et les calvaires qui ornent nos routes  ? Certains s’en chargent déjà, vous me direz… 

Bienvenue dans ce monde dit de tolérance ! Au passage, je me pose aussi la question suivante : au-delà de l’aspect religieux, est-ce si choquant que cela que de voir une maman câliner son Fils ? 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Rendez-vous au Breizh a gan le 5/12

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

LES PIERRES PARLENT de Dominique de Lafforest

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Un « beau livre » de dessins …

2 Commentaires

  1. Ce qui est rassurant, dans un sens, c’est de lire les commentaires liés à l’article sur OuestFrance : tous ont du mal à comprendre cette demande formulée par « la famille d’un résident ». Beaucoup d’incompréhension devant tant d’intolérance.

    L’article ne précise pas si le résident en question est du même avis que sa famille… Il ne parle pas non plus de la position des autres résidents.
    Devrais-je retirer les crucifix qui sont chez moi lorsque je reçois des amis athées ?

    Avant d’enlever cette mosaïque qui n’a absolument rien de choquant (comme pourrait l’être un crucifix, si l’on omet la Résurrection et l’acte d’amour qu’il symbolise), il me semble que la direction de la maison de retraite aurait pu demander leur avis aux résidents.

  2. Skeudenn ar Werc’hez Santel, a-gevret gant ar Mabig Jezuz, zo ur frealz evit al lod vrasañ eus hon tud kozh. Ur vezh eo skarzhañ un dra hag a zegas soñj dezho eus promesaoù ar Baradoz, pezh ho laka da chom leun a fiziañs hag a c’hoanag.

    Skarzhet kement goanag eus o c’halon e vint prest da vout lazhet gant an dehandizh dre zizesper. Setu pal diaoulek ar gevredigezh-mañ, marteze.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *