Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > [TRIBUNE LIBRE] LA BRETAGNE A DES ENNEMIS

[TRIBUNE LIBRE] LA BRETAGNE A DES ENNEMIS

Cette tribune libre est proposée par l’un de nos lecteurs. Les propos tenus par les auteurs des tribunes libres dans nos colonnes leur appartiennent et n’engagent en rien notre rédaction.

Bécassine ressort au cinéma cette semaine. Elle que l’on croyait morte et enterrée! Qui donc a eu cette idée ingénue de la sortir du placard à balais, de la remettre en scène et d’en faire une vraie héroïne, “un personnage poétique” plein de saveur naïve et de fraîcheur nature?

 Qui va croire à cette fable qui voudrait faire de ce film un éloge de la B.D. et de son histoire alors que le feuilleton Bécassine n’est même pas une Bande Dessinée?

 Il n’est pas besoin d’être un “nationaliste breton” pour être choqué par une aussi malfaisante initiative. Etre simplement breton suffira amplement. Mais surtout être simplement bretonne! car n’est-ce pas avant tout la femme de Bretagne qui est ici explicitement ciblée?

 Aux femmes de Bretagne de hausser le ton et de porter la voix face à ce qui s’apparente à un véritable scandale.

 Car en effet, si l’on tient tant à ressortir ce qui sent à plein nez, (au moins) la naphtaline, pourquoi ne pas faire des films aussi sur les Noirs, eux aussi grimés en “bons négros” style “Y’a bon Banania”? Serait-on si sûr de s’en tirer au nom de l’humour? Un humour mal placé et douteux, parce qu’il n’en est pas un.

 Les réalisateurs de Bécassine entendent viser la Bretagne d’aujourd’hui  (et de demain) et surtout le revival de sa langue et de sa culture et cette effervescence qui se confirme d’une année sur l’autre. Une effervescence qui les vexe et plus encore, qui les agresse.

 A eux de faire un minimum d’autocritique sur ce racisme culturel qui ne veut pas dire son nom.

  A nous de montrer par tous les moyens – et les meilleurs! – que NON la Bretagne n’a pas encore dit son dernier mot.

CG

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Yann Talbot, beleg ha stourmer / Yann Talbot, prêtre et homme de conviction

Article bilingue brossant le portrait du Père Yann Talbot, prêtre et homme de conviction, pour qui Dieu et la Bretagne étaient deux éléments indissociables de sa vie et de son engagement. Il est décédé récemment.

croix celtique

Aet eo an Tad Arzhur ar Barz gant an Anaon

L’abbé Arthur Le Bars, du Diocèse de Saint-Brieuc & Tréguier, s’est éteint jeudi dernier à …

2 Commentaires

  1. Je partage le jugement de M.G.G sur la sortie de ce film inutile sur Bécassine. Quelle honte ça recommence, Bécassine n’est ni picarde ni savoyarde, elle est bretonne, allons-y. Que ce film soit réalisé par un réalisateur appartenant à la gauche bien-pensante parisienne et bobo proche de l’ancien pensionnaire de l’Elysée en dit long sur les idées reçues d’une certaine “élite”. et oui s’il s’était agi d’une personne de couleur victime du colonialisme français celui que l’on combat tous les jours au nom de l’anti-tout, alors là il y aurait eu des émeutes et des broncas; le colonialisme de la république qui a éradiqué une partie de la culture bretonne lui ne suscite aucune réaction. Il faut lancer une large campagne de boycott, que font les médias locaux?.

  2. Louis-Marie SALAÜN

    Il me semble important de préciser certaines choses afin d’éviter de tomber dans le panneau ou dans un piège tellement bien ficelé et facile : celui de la provocation et de l’enchaînement des réactions du coté des moqués comme des moqueurs. Je m’explique : on peut aisément comprendre le raz-le-bol des Bretons d’être ainsi moqué d’autant qu’on ressort des vieux clichés qu’on pensait enterrés depuis le temps.
    Certains diront que face à ce genre d’attitude il faut monter au créneau, il faut réagir, ne pas se laisser faire, défendre l’honneur de la Bretagne, des femmes bretonnes. Oui sauf que, réagir ainsi serait il me semble jouer le jeu des provocateurs et ainsi leur accorder une importance qu’ils n’ont pas. Ceux d’en face n’attendent que ça: que les Bretons répondent, ainsi ça fera le buzz sur internet, les moqueurs en rajouteront une couche (en sachant qu’il ne seront nullement impressionnés par les réactions de mécontentement des bretons, ils s’en tireront avec un “ah non ce n’était pas du tout notre intention de nous moquer des bretons”) et ça n’en finira pas. Bref les moqueurs auront en quelque sorte gagnés la partie et on aura pas avancé d’un poil pour défendre l’honneur des Bretons.

    Même si c’est difficile, il vaut mieux dans ce cas faire preuve d’une certaine sagesse (faire preuve de sagesse ne voulant pas dire qu’on cautionne les moqueries envers les Bretons) et jouer le jeu de l’indifférence en appliquant ce proverbe “les chiens hurlent, la caravane passe”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *