Saints bretons à découvrir

Un nouvel orgue au Pouliguen

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

C’est un événement rare que l’installation d’un nouvel orgue. La petite cité balnéaire du Pouliguen près de la Baule a fait l’acquisition d’un instrument monumental. Acquisition faite au titre culturel, pédagogique et patrimonial, mais qui fait tousser quelques laïcards, malgré le fait que son utilisation soit définie par une convention entre la Ville et le Clergé.

____________________

Ce projet a été réalisé dans le cadre du développement et du rayonnement culturel du Pouliguen, propriétaire de l’église Saint-Nicolas. En effet, l’acoustique du lieu est tel que cela en fait un endroit d’exception pour la musique, un écrin qui permet d’accueillir des rencontres musical d’un intérêt notable.

Deux ans de fabrication et des semaines d’harmonisation. C’est le facteur d’orgue Bertrand Cattiaux qui a donné vie au nouvel orgue monumental de l’église du Pouliguen. Il a été inauguré le dimanche 5 novembre avec un concert. Pour l’occasion, l’organiste de la cathédrale de Nantes et celui de Notre-Dame-de-Paris étaient aux claviers.

D’esthétique architecturale contemporaine, l’instrument construit dans les ateliers de Bertrand Cattiaux s’inspire, pour le monde sonore, des orgues flamands et français polyphoniques du 17ème siècle.
Doté de 40 registres répartis sur trois claviers de 58 notes et un pédalier de 32 notes, il sert les répertoires baroques européens, pré-romantiques et contemporains et vient en complément des instruments de la région riche en orgues romantiques, symphoniques et néo-classiques. La transmission des notes est mécanique, la transmission des registres est électrique ; l’orgue est équipé d’un combinateur.

La Bretagne a eu un certain nombre de compositeurs pour orgues, comme Charles Auguste Collin, Joseph Ropartz, Paul Ladmirault, Jean Langlais, Jef Le Penven, et bien d’autres. Sans compter la richesse des duos bombarde /orgues. L’acquisition de cet instrument saura certainement combler les organistes qui voudront sonner sous les voûtes de l’église saint-Nicolas.

 


Le Pouliguen : inauguration d’un nouvel orgue

 

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

[INGUINIEL] La chapelle de Locmaria sert pour le tournage d’un clip titré… « Jésus Chien »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minSi les chapelles sont bien souvent désertées par …

[POINT DE VUE] Langue bretonne : où est véritablement le communautarisme ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIl y a quelques jours, je me rendais …

3 Commentaires

  1. L’esthétique du buffet est discutable et son emplacement est inapproprié sur le plan architectural et liturgique. On voit bien qu’il s’agit plus d’un orgue de concert que d’un orgue au service de la liturgie En effet, les orgues, quand ils sont situés dans le choeur, doivent être le plus discret possible et se fondre dans l’architecture pour ne pas distraire de l’essentiel : l’autel du sacrifice eucharistique.
    D’ailleurs, les orgues de choeur se trouvent soit dans des églises au chevet plat ou bien s’insèrent dans une arcade. Ici, sa présence écrasante et son style tape-à-l’oeil tranchent avec l’architecture : la perspective de l’abside qui est le coeur du sanctuaire, là ou se trouve le maître-autel et le tabernacle, est totalement bouchée. Il est vrai que les réaménagements liturgiques farfelus d’autels « versus populum » ont par démagogie souvent délaissé l’abside pour approcher de plus en plus l’autel du peuple presque dans la nef, mais bon, ce n’est pas ine raison pour boucher la vue !
    Cet orgue aurait sûrement été plus à sa place en haut d’une tribune au fond de l’église

    • oui, sans doute, mais, ne pleurons pas la bouche pleine : à l’église St Louis de Lorient également un orgue positif est « posé » derrière l’autel sans que personne n’y ait trouvé à redire …. Il est vrai qu’il existe aussi un « grand » orgue, récemment restauré, en tribune !

  2. L’orgue de choeur de saint Louis/N.D de Victoire est d’une taille modeste au regard du chevet de l’église, qui de plus est un chevet plat, il se situe derrière la grille du choeur et est parfaitement discret et intégré à l’architecture de l’église, on ne le remarque presque pas, comme c’est le cas de la plupart des orgues de choeur. L’attention est surtout attirée par la fresque du couronnement de la Vierge.

    http://www.brestorguesaintlouis.com/wp-content/uploads/2016/04/Choeur-St-Louis-Lorient-
    300×199.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.