Une confession online, c’est maintenant possible !

Molteni Giuseppe, La confessione

Se confesser, c’est se mettre en vérité face à Dieu et lui demander de nous montrer ce qui fait obstacle à l’amour en nous puis de rencontrer un prêtre.

En cette période de confinement, il est difficile de trouver un prêtre pour se confesser. Alors que la Semaine Sainte et Pâques approche, comment s’y prendre ?

Une initiative est parue en cette première journée d’avril, avec cette possibilité d’une confession online, à l’adresse de tous les pêcheurs.

Un lien à retenir aujourd’hui, et à mettre dans vos favoris :  https://jemeconfesseonline.wixsite.com/maconfession

Et sinon, nous vous rappelons la possibilité d’une confession de désir, comme l’a récemment rappelé le Pape François. « Si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu » a expliqué le pontife, précisant la nécessité d’aller tout de même se confesser plus tard..  Toutes les infos sont à revoir sur notre article de la semaine passée “[COVID-19] Peut-on aller se confesser, aller à l’église prier, comment faire ses Pâques… : éléments de réponses

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Retrouvez notre agenda des messes en breton ou avec cantiques bretons

Mis plus ou moins en sommeil durant la période de confinement, même si nous listions …

skol ar pardonioù

Découvrez SOS PARDONS / SKOL AR PARDONIOU

Une page facebook pour aider les organisateurs de pardons à maintenir ces événements vient de …

8 Commentaires

  1. Poisson d’avril !!

  2. Hi hi je me suis faite piégée avec le poisson d’avril.
    Excellent !
    Bon dimanche des Rameaux.

  3. Bonjour, moi aussi je me suis faite prendre mais, en fait, alors que j’ai du mal avec la confession (sans doute comme pas mal d’entre nous) justement, je n’ai pas ri. J’essayais de faire une démarche qui m’engage quand meme un peu. Pour me retrouver devant ce poisson qui avance masqué ! Humour, oui, certes mais à propos d’un sacrement ? Je sais, Charlie Hebdo réclame aussi le droit… à quoi déjà ? Mais Ar Gedour n’est pas CH, d’habitude ? Bref, je n’ai pas eu envie d’avoir de l’humour. Ce sera pour la prochaine fois, sans nul doute ! À méditer tranquillement Matthieu 18/15. Bien fraternellement, donc. Laetitia

  4. Jean Marie Guernalec

    Un poisson d’avril qui n’en est pas vraiment un, puisque cette pseudo confession a déjà été mise en ligne aux Etats-Unis évidemment…Et comment va t’on faire la procession des Rameaux ? En ligne avec du laurier virtuel? Et les églises vides le jour de Pâques? Faudra t’il désormais vivre un Samedi Saint perpetuel?

  5. Oui malheureusement, ce n’est que la moitié d’un poisson d’avril, puisque le monsignor de Corse a même mis en ligne une bénédiction des rameaux virtuelle par onde (micro onde ?) comme la bénédiction faite par le Pape URBI ET ORBI !!! et ce n’est pas un poisson d’avril croyez-moi. hélas beaucoup de chrétiens le feront croyant bien faire… Comme ceux qui trempent leurs rameaux dans les bénitiers, croyant que c’est la même chose que la bénédiction faite par un Prêtre… beaucoup d’ignorance qui s’apparente à une hérésie…

    • Jean Marie Guernalec

      J’ai pris l’initiative d’aller ce matin déposer quelques rameaux de buis et de laurier dans la chapelle jouxtant notre église paroissiale. Ils seront virtuellement bénis peut-être; Mais il s’agit de manifester une forme de résistance bien modeste à la dictature sanitaire imposée par la peur, qui nous prive de notre droit le plus essentiel et vital, celui de pratiquer notre religion.

    • Jean Marie Guernalec

      C’est vrai que ce poisson d’avril est un peu limite…
      Aujourd’hui, jour des Rameaux (Sul al Lore) j’ai pris l’initiative de déposer dans la chapelle (vide) proche de notre église paroissiale (fermée) quelques branches de buis et de laurier, qui seront peut-être virtuellement bénis… Acte de résistance bien modeste face à la dictature sanitaire imposée par la peur et qui nous prive du droit le plus essentiel et vital, celui de pratiquer effectivement notre religion.

  6. Et bien moi j’ai trouvé ça drôle. N’importe quel chrétien c’est que la confession on-line, c’est pas autorisé. En plus dans l’article ils ont laissé un lien vers un texte écrit la semaine passée qui reprend ce que dit le concile de Trente sur le sujet.
    Sans oublier la conclusion qui montre bien un rappel, au-delà du poisson d’avril : la nécessité d’aller se confesser au plus tôt quand ce sera possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *