Saints bretons à découvrir

A Ploemeur, succès inédit pour la messe de Noël en breton

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Cet article vous est proposé par Loeiz Robig, lecteur d’Ar Gedour

Cette année, la messe de Noël  en breton pour le pays de Lorient a eu un succès inédit puisque pas loin de 450 fidèles y ont assisté.

Cette messe de Noël  en breton vannetais est célébrée dans le pays de Lorient depuis une vingtaine d’années. Après avoir été célébrée à Lorient ou Lanester dans diverses églises ou chapelles, elle est dite depuis quatre ans dans l’église de Ploemeur, d’abord par l’abbé Brient, ancien recteur et curé-doyen de la paroisse,  puis cette année par son successeur  l’abbé Armel de La Monneraye,

La régularité, une bonne promotion médiatique et la qualité tant sur le plan de la liturgie très soignée, que sur le plan de la musique et du chant font que l’assemblée est composée aussi bien d’habitués depuis de longues années, que de paroissiens de Ploemeur de plus en plus nombreux et de nouveaux fidèles venus soit du pays de Lorient, voire de plus loin. Une bonne partie de l’assemblée n’est d’ailleurs pas ou peu bretonnante, mais cela ne pose pas de problème : le livret bilingue breton-français permet aux non-bretonnants qui viennent écouter la musique de nos chants et celle de la langue de s’y retrouver ; en outre,  l’homélie est résumée en français.

Les cantiques de Noël  les plus célèbres du pays vannetais y sont chantés : Kanamp Noel, Péh trouz zo ar en douar, Jézuz krouédur, Petra’zo hénoah  a newé, (cette année chanté dans sa vieille version d’origine provençale) ainsi que des classiques universels de Noël transcrits en breton : le martyrologe, Minuit chrétiens, Puer natus in Bethlehem, sans oublier le Kyrie des Anges .

Les chants sont joliment accompagnés à l’orgue et par des sonneurs. Cette année, ce sont des sonneurs de bombarde du bagad de Ploemeur qui ont apporté leur concours. À noter aussi que depuis quelques années, un groupe de paroissiens de Ploemeur se réunit pour répéter les cantiques plusieurs mois à l’avance.

Le succès de ces messes en breton qui attirent une assemblée très nombreuse devrait poser question aux équipes d’animation liturgique, et leur prouver que si l’on prend en compte la dimension culturelle bretonne, il n’y a aucun doute pour que reviennent bien des gens et que revivent nos paroisses. Un prélude à nos cantiques bretons repris chaque dimanche à la messe dans nos églises bretonnes ?

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Pardon Sainte Anne-des-Bois (Berné)

Physique cantique en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 8 min Ce n’est qu’à partir des années 60 …

Jean Picollec, profession éditeur (une chronique de Bernard Rio)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minL’éditeur Jean Picollec est passé de l’autre côté …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.