Saints bretons à découvrir

Ahez & Alvan emportent le maout vers l’Eurovision

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Nous vous en parlions il y a quelques jours : un groupe breton baptisé Ahez & Alvan était pressenti pour représenter la France à l’Eurovision… avec un titre breton. « Fulenn », la chanson choisie se base sur la légende de Katell Gollet, une légende dont parle aussi Anatole Le Braz ou qui apparait encore sur les calvaires de Guimiliau et de Plougastel-Daoulas… sauf qu’en lieu et place d’un appel à la rédemption, sa proximité avec le diable devient en quelque sorte un hymne au féminisme.

Le titre au son inclassable alliant électro et trad étant assez envoûtant, l’énergie déployée et la mise en scène adaptée ont offert le maout au groupe, les sélectionnant pour représenter la France en avril prochain à Turin, vingt-six ans après la participation de Dan ar Braz à la même scène européenne en 1996. A l’époque, Dan ar Braz a concouru avec le titre Diwanit Bugale, qui signifie « Que naissent/que germent les enfants » en breton » . Plus de vingt ans après, les enfants issus de Diwan emboitent les pas de Dan ar Braz.

A noter l’originalité des costumes. Exit les marinières couplées aux capes sombres pour une tenue moderne aux rappels bigoudens qui n’est pas sans rappeler le travail de Pascal Jaouen ou de Matthias Ouvrard.

Alvan & Ahez est composé du producteur et musicien rennais Alexis Morvan (Alvan) et du trio de chanteuses bretonnes Ahez (Marine Lavigne, Sterenn Diridollou et Sterenn Le Guillou sévissant notamment au sein d’Eben). Les talentueux artistes interprétant ici le titre électro-house et très hypnotique Fulenn composé pour l’occasion. En breton, «fulenn» signifie à la fois «étincelles» et «jeune fille».

Une question se pose à la découverte des textes : doit-on risquer notre âme pour atteindre un paradis ?

 

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

portrait-abbe-perrot

Messe anniversaire pour l’assassinat de l’abbé Perrot le 10 décembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minCette année 2022, l’hommage à l’abbé Yann-Vari Perrot …

Photo P. Abjean (DR)

La cathédrale de St Pol-de-Léon a échappé au pire

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minEn fin d’après-midi, ce jeudi 17 novembre 2022, …

5 Commentaires

  1. il y a une référence sataniste « : Dañsal a ran gant an Diaoul »/Je danse avec le Diable, cette chanson est inspirée de Katell Gollet, une fille de rien qui va en enfer. Les valeurs sont clairement inversées, mais on vous dira que c’est pas grave : même un bretonnant averti ne comprend pas les paroles masquées par la musique. Cela me fait penser aussi au récent mouvement féministe qui veut « réhabiliter » les sorcières…

  2. « Si le diable permet au breton de (re)venir sur le devant de la scène …  » Dommage. Il y a tant de belles choses à raconter, tant de belles valeurs à diffuser, tant à partager qui réchauffe les coeurs. Les artistes et la production sont talentueux et intéressants, retenons donc cela et souhaitons leurs de beaux projets.

  3. Kerouanton Gilbert

    Ces 3 chanteuses sont de talentueuses chanteuses de festoù-noz.
    Leur chanson raconte la triste histoire de la fille du roi Gradlon qui, trompée par le démon, ouvrit toutes grandes les portes de la ville d’Is.
    Leur chanson ne fait que raconter l’histoire selon la légende , qu’on ne peut pas transformer en une histoire de « belle au bois dormant ».

    Il n’y a rien dans leur parcours artistique qui permette de dire qu’elles adhèrent à tel ou tel mouvement sombre et …diabolique !
    A noter que certains chanteurs traditionnels leur reprochent aussi d’avoir quitté le chant style fest-noz pour un remake « eurovision ».

    Je crois que ces jeunes ont surtout voulu s’amuser…

    • Désolé mais c’est un peu facile, Satan a toujours été une figure revendiquée par les libéraux et cette référence quelque peu ringarde a été ressortie du placard par les mouvements féministes contemporains qui se fantasment héritières des sorcières.

      Il y a une différence entre chanter qqch et s’en revendiquer/l’incarner

  4. Un peu de connaissance et d’histoire sur les noms bretons. Quand on se nomme Diridollou, on ne peut être que du canton de Bourbriac. Si Georges et Etienne avaient été aujourd’hui des nôtres, la suite de l’Eurovision se serait passé au Danouet, et nous aurions tous dansés. ..avec Katell Kollet en tête……pour aller jusqu’en enfer. Trugaré d’eoc’h ha chans vad. a galon. Jean -Briac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *