Saints bretons à découvrir

Ca s’est passé un 12 décembre en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

Le 12 décembre, c’est la fête de l’un des 7 saint fondateurs de la Bretagne : saint Corentin. 

Il fait partie des “Sept-Saints” qui évangélisèrent la Bretagne et qui ont nom: saint Tugdual de Tréguier, saint Paterne de Vannes, saint Samson de Dol, saint Pol de Léon, saint Malo et saint Brieuc. Il est certain que saint Corentin a existé et qu’il a assuré l’implantation de l’Église de Cornouailles. Il participa au concile d’Angers en 453. Mais il est le seul des sept à ne pas avoir une localité pour conserver sa pieuse mémoire en Bretagne (On oublie souvent le vrai nom de Quimper: Quimper-Corentin). Par contre le village de Cury en Cornouailles britannique ne l’a pas oublié. Cependant de très nombreuses églises et chapelles se sont placées sous son vocable dans le Finistère et les Côtes d’Armor.

“Patron principal du diocèse de Quimper. Né en Armorique, Corentin vécut pendant plusieurs années la vie érémitique, dans les bois qui couvraient le versant sud du Ménez-Hom, en Plomodiern. Réclamé comme évêque par le roi Gradlon et son peuple, il partagea dès lors son temps entre sa tâche épiscopale à Quimper et la vie érémitique à laquelle il restait fidèle. L’époque où il vécut ne peut être précisée; un manuscrit d’Angers, daté de 897, place un saint Corentin au calendrier le 1er mai. Les reliques du saint, dispersées lors des invasions normandes (Marmoutier – Abinbdon, Waltham et Glastonbury en G.-B.), furent partiellement restituées à la cathédrale de Quimper en 1623, où elles furent longtemps en honneur.” (diocèse de Quimper et Léon)

Roit, Aotrou, puill ha nerzuz, donezonou ho kras, evid na vanko ket deom, da geñver gouel sant Kaourantin, kement a zo talvoudeg evit buez ar bed-mañ hag evid hini ar bed da zond. Dre or Zalver Jezuz-Krist, ho Mab hag…

  • Le 12 décembre 1773 : naissance de Robert Surcouf, le corsaire breton, à Saint-Malo.
  • Le 12 décembre 1781 : victoire britannique, à la bataille d’Ouessant, au large de la pointe occidentale de la Bretagne, pendant la Guerre franco-anglaise de 1778-1783.
  • Le 12 décembre 1943 : le prêtre Yann-Vari Perrot meurt assassiné en revenant de la messe dite à la chapelle de St Corentin, en Toul ar Groaz (Scrignac-29). Voici le texte (original latin-breton) qu’a écrit son secrétaire Herry Caouissin le 12 décembre 1944, pour l’anniversaire de l’assassinat : « Ecce Sacerdos Magnus » (Voici le grand prêtre). S’inspirant de «  l’Introïbo », il nous fait partager l’intimité de l’âme du prêtre qui souffre et se confie à son Seigneur :

    « Pour la dernière fois, le Maître célèbre la messe dans une petite chapelle silencieuse des campagnes de Bretagne – Dans cette maisonnette de prière, élevée à Messire Corentin, que le prêtre vaillant avait arraché aux mains impies, il y a treize ans !

    – Une fois encore, il chanta l’office du Patron de la Cornouaille.

    – En présence de sept fidèles seulement, le pauvre prêtre monta à l’autel le cœur affligé :

    Pourquoi suis-je dans la tristesse, opprimé par mon ennemi ? Pourquoi êtes- vous triste mon âme ? – Pourquoi me donnez-vous de l’angoisse ?. Il était très angoissé ce jour-là, en vérité. Mais son coeur trouvait encore la force de chanter avec ardeur : Je chanterai votre louange sur la harpe, mon Dieu !

    Et avec force il loua Messire Corentin, lumière de la foi en Cornouaille. Voici le grand prêtre qui plût à Dieu toute sa vie. Avec des larmes dans les yeux, comme St Yves jadis, il offrit l’Hostie, la Victime. Combien de fois durant son dur sacerdoce n’avait-il pas porté à ses lèvres saintes le calice sacré, et but avec délice le sang divin !…

    Calice de réconfort, de force nouvelle pour lui, lui qui devait boire chaque jour un autre plein de fiel, jusqu’à la dernière goutte !

    Puis de son verbe fort, il chanta le Pater, suppliant et résigné, comme son Maître, Messire Christ, il prononça ces mots : « Fiat voluntas tua » ; c’était sa dernière messe.

    Pour lire la suite, rendez-vous sur ce lien.ou commandez aussi l’ouvrage de Youenn Caouissin “J’ai tant pleuré sur la Bretagne / Vie de l’abbé Perrot”.

Une messe anniversaire pour l’abbé Yann-Vari Perrot sera célébrée en breton le dimanche 20 décembre à 10h30 en l’église de Scrignac par le Père Peter Breton. C’est une messe ouverte au plus grand nombre dans un esprit de partage des valeurs  chrétiennes et bretonnes.

 

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

chapelle saint leonard ploemeur

[PLOEMEUR] Messe en breton le 15 janvier 2021

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min La messe en langue bretonne célébrée habituellement …

[MONTFORT-SUR-MEU] L’Oeuvre St Joseph recherche 15 000€ pour débuter la sauvegarde d’une abbatiale du XIIème

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minL’Oeuvre de St Joseph, dont l’objectif est de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *