Saints bretons à découvrir

[DISCOGRAPHIE] Kalon ar Bed, de l’Ensemble choral du Bout du Monde

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

kalon.jpgLorsque KALON AR BED (Le coeur du Monde) a été enregistré, AR GEDOUR n’existait pas. D’où le retard… qui plus est car nous n’avons que récemment découvert cet opus de l’Ensemble Choral du Bout du Monde dont la captation a eu lieu le 26 décembre 1999 en live la cathédrale de Quimper, pour l’ouverture du Jubilé. Certains disques mériteraient d’être plus connus et celui-ci en fait partie.

Les textes du Père Job an Irien, magnifiés par la musique de René Abjean et de Christian Desbordes, racontent l’histoire de notre foi depuis Jérusalem jusqu’à notre Basse-Bretagne, en passant par la Grande-Bretagne, une histoire tissée par les siècles et éclairée d’innombrables témoins parfois oubliés.

 

Cette cantate -nous osons le terme- pose au fil de l’écoute les pierres d’une cathédrale en l’honneur de ces saints, de Pol-Aurelien à Tudual, de Saint Gwenolé à Saint Corentin, de Saint Yves à Santig Du, de Salaün ar Foll à Mikael Le Nobletz… mais aussi comme témoignage actuel pour les générations à venir. Ces saints que nous voyons (pour certains) se dresser sur la Tossen de Carnoët (Vallée des Saints) nous ont transmis un héritage, héritage que nous ressentons dans les notes envolées et les paroles de cet album. Ecouter ce disque, c’est prendre un instant pour déposer entre les bras de ces saints nos heures de dur labeur et nos soirs de désespoir mais aussi ces jours instants d’amour, nous confier à eux et par-là la Bretagne elle-même. 

Certains titres pourraient même avoir leur place à la messe, et particulièrement alors que nous entrons dans l’année de la Miséricorde : 

‘Lec’h ar c’hleze, ar peoc’h ; 

‘Lec’h an droug, ar vadelez ; 

‘Lec’h an drougrañs, ‘trezoc’h

hadit ‘ta an drugarez. 

(Au lieu de l’épée, la paix ; au lieu du mal, la bonté ; au lieu des rancunes entre vous, semez donc la miséricorde)

 

Klevit ar c’heloù (dont est tiré l’extrait ci-dessus) nous invite à écouter LA Nouvelle portée depuis des siècles. La musique porte à la contemplation (notons un très bel Ave Maria en hommage à Salaün ar Foll) autant qu’elle emporte dans son dynamique sillage pour aller évangéliser. Le dernier titre Daou Vil Vloaz tombe à merveille comme un chant d’envoi rythmé rappelant que du Christ rayonne la grâce, et qu’en le suivant à jamais nous seront vivants, rappelant que notre enracinement ancien de 2000 ans nous porte tous vers un avenir radieux si nous tenons compte de cette semence fertile de l’Evangile… 

Un album que l’on peut trouver au Minihi Levenez.  

Eflamm Caouissin

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

La Troménie de Marie au Pardon de Notre-Dame de Rumengol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minRumengol est un sanctuaire diocésain dédié à la …

Les prochains jours au Festival Interceltique de Lorient : les moments à ne pas manquer

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minLe Festival Interceltique arrive déjà presque à sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.