Saints bretons à découvrir

Donatien Laurent met ses archives sonores en ligne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Décidément, des pans de notre patrimoine sont mis à la disposition du public grâce à un travail acharné de passionnés et aux possibilités qu’offre Internet. Ainsi, Ouest-France nous rapporte que Dastum a mis en ligne les archives sonores de l’ethnologue Donatien Laurent recueillies entre 1950 et la fin des années 70. Un pan de la culture bretonne devient accessible.

 
Pourquoi ? Comment ?

Qui est Donatien Laurent ?

Directeur de recherche au CNRS de 1960 à 1995, cet ethnologue a été l’un des premiers à analyser la culture orale et la tradition chantée en Bretagne. Donatien Laurent a été aussi directeur du Centre de recherche bretonne et celtique (Université de Bretagne Occidentale de Brest) durant une douzaine d’années. Chercheur reconnu pour ses travaux sur les chants du Barzaz-Breiz de Théodore Hersart de La Villemarqué, il est aussi une référence sur les gwerzioù et toute la palette de la chanson de tradition orale bretonne : sonioù et chants d’amour, berceuses, chants humoristiques ou satiriques, chansons à danser…

 

Comment a-t-il collecté la culture orale bretonne ?

Du milieu des années cinquante à la fin des années 70, muni d’un appareil d’enregistrement Nagra, l’ethnologue a arpenté la campagne bretonne. Son étude a porté principalement sur la Basse-Bretagne (Finistère et Morbihan) et autour de Baud, sa région de coeur. Il y a saisi des bribes de vie, dans les cafés, dans les fermes, auprès de chanteurs connus, de conteurs… Il a réalisé 136 enquêtes, soit plus de 1 800 enregistrements. En tout 300 heures de bandes-son rassemblées dans des archives qui portent son nom.

 

Quel est l’intérêt d’une telle collecte ?

« Il est inestimable, commente Ronan Guéblez, président de Dastum, association dont la mission est justement de collecter, sauvegarder et diffuser le patrimoine oral de la Bretagne historique.C’est la rencontre entre un homme à la mémoire prodigieuse et une époque où la civilisation rurale bretonne jetait ses derniers feux. » Grâce à ces enregistrements sonores, « c’est toute une époque qui ressurgit. »

 

Comment pourra-t-on consulter ce fonds ?

Il est accessible dès à présent à partir du réseau Dastum ou bien à domicile pour les gens qui ont un code de consultant individuel annuel, moyennant une redevance annuelle très modique. La volonté des concepteurs est d’ouvrir ce fonds au plus grand nombre.

 

Est-ce que toutes les archives seront accessibles ?

À terme, oui. Donatien Laurent a voulu compléter son travail en détaillant l’environnement de chaque prise sonore. « Je n’ai pas simplement enregistré un chant. J’ai saisi l’ambiance, les rires, les fautes, les explications, toute la vie qui les accompagne », explique l’ethnologue âgé aujourd’hui de 80 ans. Ce projet d’équipe entre le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC), Dastum, le conservatoire de musique et de danse de Brest est soutenu par la Région. En cinq ans, la moitié des 300 heures d’enregistrement ont été numérisées et sont déjà consultables. La suite sera mise en ligne au fur et à mesure de l’avancée des travaux.

 

ADD : 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

[KERANNA] Oferenn e brezhoneg d’ar 5/02/23- Messe en breton (+ feuille téléchargeable)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Disul, d’ar 5 a viz C’hwevrer 2023 …

Bilan 2022 des actions d’Ar Gedour et projets 2023

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minAr Gedour fête cette année ses douze ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *