Saints bretons à découvrir

GREAD-KENSAKRADUR DA GALON DINAMM MARI / ACTE DE CONSÉCRATION AU CŒUR IMMACULÉ DE MARIE

Amzer-lenn / Temps de lecture : 10 min

Mignoned kêr, setu amañ da heul testenn ar c’hensakradur a vo distaget gant ar pab Frañsez. Goulenn a ra ouzh holl eskibien ar bed ma pedint a-unan gantañ di Gwener a zeu. Ar fideled a c’hell ober ivez eveljust (Gerioù dibaot : Lontregezh/avidité ; emgerc’herezh/égoïsme ; trabaserezh/agressivité ; kaezhnez/misère ; kanttreiñ/convertir ; deneliezh/humanité ; derc’han/nucléaire ; retvezioù ha gortozoù/nécessité et attentes ; tarlammoù/palpitations ; kefrediezh Doue/harmonie divine ; kenunaniezh/communion). Holl a-unan pedomp hor Mamm eus an Neñv !

Pennad e brezhonegArticle en français

GREAD-KENSAKRADUR DA GALON DINAMM MARI

A Vari ! Mamm Doue hag hor Mamm, en eurioù-mañ a reuz e rekouromp ouzhoc’h. Mamm ez oc’h, hor c’harout hag hon anavezout a rit : n’eus netra kuzhet evidoc’h a gement a zo prizius deomp. Mamm a drugarez, alies-mat hon eus buhezet ho ragevezh tener, ho pezañs a zegas ar peoc’h en-dro, rak hon heñchañ a rit atav war-du Jezuz, Priñs ar peoc’h.

Kollet hon eus hent ar peoc’h. Aet eo diwar hor soñj dramaoù ar c’hantved tremenet, aberzh ar milionoù a dud varv er brezelioù-bed. Aet omp a-enep an engouestloù hor boa graet e Kumuniezh ar Broadoù hag o trubardiñ emaomp huñvreoù a beoc’h ar pobloù, hag esperañsoù ar re yaouank. Klañvet hon eus el lontregezh, en em serret omp gant interestoù broadelour, disec’het omp gant an diseblanted ha seizet gant an emgerc’herezh. Gwelloc’h e oa deomp dianavezout Doue, bevañ er gaou, magañ an trabaserezh, lemel buhezioù ha berniañ armoù, en ur zisoñjal ez omp diwallerien hon nesañ hag hon ti boutin. Gant ar brezel hon eus muturniet liorzh an Douar, gant ar pec’hed hon eus gloazet kalon hon Tad a sell ouzhimp evel breudeur ha c’hoarezed. Diseblant omp deuet da vezañ ouzh an holl hag ouzh pep tra, nemet ouzhimp-ni. Ha gant mezh e lavaromp : pardonit deomp, Aotrou !

E kaezhnez ar pec’hed, en hor skuizhderioù hag hor breskterioù, e mister gwalloù an droug hag ar brezel, c’hwi, Mamm santel, a zegas deomp da soñj n’omp ket dilezet gant Doue a gendalc’h da sellout ouzhimp gant karantez, c’hoant gantañ pardoniñ deomp hag hon adsevel. Eñ eo en deus roet ac’hanoc’h deomp hag en deus graet gant ho Kalon dinamm ur goudor evit an Iliz hag an denelezh. Dre vadelezh Doue emaoc’h ganeomp hag hon heñchañ a rit gant tenerded, zoken e plegennoù strishañ an Istor.

Rekouriñ a reomp ouzhoc’h eta, skeiñ a reomp ouzh dor ho Kalon, ni, ho pugale kêr na faezhit ket e pep amzer da weladenniñ ha da gouviañ da ganttreiñ. Er mare teñval-mañ, deuit d’hor sikour ha d’hor frealziñ. Adlavarit da gement hini ac’hanomp : «Ha n’emaon ket amañ, me hag a zo da Vamm ?» Gouzout a rit penaos dizober skoulmoù hor c’halonoù hag hon amzer. Ennoc’h e lakaomp hor fiziañs. Sur omp ne zistaolit ket hon aspedennoù hag e teuit d’hor sikour, dreist-holl da vare an amprou.

Kement-se eo hoc’h eus graet e Kana Galilea, p’hoc’h eus hastet emelladenn Jezuz ha lakaet da zont e sin kentañ er bed. Pa oa deuet ar gouel da vezañ trist hoc’h eus lavaret dezhañ : « N’o deus ket ken a win « (Yann 2, 3). Hen lavarit en-dro da Zoue, a Vamm ! rak a-benn hiziv hon eus diviet gwin an esperañs, aet eo al levenez hag ar vreudeuriezh da goll. Kollet hon eus an deneliezh, koc’honet hon eus ar peoc’h. Gouest omp da ober pep feulster ha pep diskaradur. Ezhomm bras hon eus eus hoc’h emelladenn a Vamm.

Degemerit eta, a Vamm ! Hor goulenn.

C’hwi, sterenn ar mor, n’hol lezit ket da c’houelediñ e tourmant ar brezel.

C’hwi, arc’h an Emglev Nevez, enaouit raktresoù ha hentoù a adunvanidigezh.

C’hwi, «douar an Neñv», degasit en-dro ar gengarantez a Zoue er bed.

Mougit ar gasoni, distanit ar veñjañs, deskit deomp ar pardon.

Hon dilivrit diouzh ar brezel, diwallit ar bed diouzh gourdrouz an derc’han.

Rouanez ar Rozera, dihunit ennomp ezhomm ar bedenn hag ar garantez.

Rouanez tiegezh an denelezh, diskouezit d’ar pobloù hent ar vreudeuriezh. Rouanez ar peoc’h, obtenit ar peoc’h evit ar bed.

Ra deneraio ho taeroù hor c’halonoù kaledet, a Vamm ! Ra lakaio an daeroù hoc’h eus skuilhet da advleuniañ an draonienn-mañ a zo bet disec’het gant hor c’hasoni. Ha, tra ma ne baouez ket trouz an armoù, r’ hon troio d’ar peoc’h ho pedennoù. Ra flouro ho taouarn a Vamm ar re a c’houzañv hag a dec’h dindan ar bombez. Ra frealzo ho priataenn a Vamm ar re a zo rediet da guitaat o ziez hag o bro. Ra hor sacho ho Kalon c’hlac’haret d’ar gendruez, d’hol lakaat da zigeriñ an dorioù ha da brederiañ an dud gloazet ha distaolet.

Mamm santel Doue, p’edoc’h dindan ar groaz, Jezuz, o welout an diskibl en ho kichen, en deus lavaret deoc’h : « Setu ho mab » (Yann 19, 26). Evel-se eo en deus fiziet ennoc’h kement hini ac’hanomp. Goude-se, d’an diskibl, da lavaret eo da bep hini ac’hanomp, en deus lavaret : « Setu da vamm » (gwerzad 27). Mamm, fellout a ra deomp ho tegemer bremañ en hor buhez hag en hon istor. En eur-mañ, divi ha strafuilhet, emañ an denelezh ganeoc’h dindan ar groaz. Ezhomm he deus d’en em fiziout ennoc’h, d’en em gensakriñ d’ar C’hrist drezoc’h. Pobl Oukrenia ha pobl Rusia, ho kehel gant karantez, a c’houlenn rekour ouzhoc’h tra ma talm ho Kalon evito hag evit an holl bobloù rasket gant ar brezel, an naon, an direizhded hag an dienez.

Mamm Doue hag hor Mamm, war un ton meur e fiziomp ha kensakromp d’ho Kalon dinamm, ni hon-unan, an Iliz hag an denelezh a-bezh, pergen Rusia hag Oukrenia.

Degemerit ar gread-mañ a reomp gant fiziañs ha karantez, grit ma paouezo ar brezel, surait ar peoc’h d’ar bed. Ar « Ya » en doa sailhet diouzh ho Kalon en deus digoret dorioù an Istor da Briñs ar peoc’h ; esperiñ a reomp e teuio adarre ar peoc’h dre ho Kalon. Kensakrañ a reomp deoc’h dazont holl diegezh an dud, retvezioù ha gortozoù ar pobloù, ankenioù hag esperañsoù ar bed.

Ra skuilho drezoc’h Trugarez Doue war an douar ha ra grogo en-dro tarlammoù dous ar peoc’h da dalmañ hon devezhioù. Maouez ar «Ya », m’eo diskennet warnoc’h ar Spered Santel, degasit en-dro en hon touez kefrediezh Doue. Dourait krinder hor c’halonoù, c’hwi hag a zo «mammenn vev a esperañs». Gwiadet hoc’h eus deneliezh Jezuz, grit ac’hanomp artizaned a genunaniezh. Kerzhet hoc’h eus war hon hentoù, hon heñchit war hentoù ar peoc’h. Amen.

ACTE DE CONSÉCRATION AU CŒUR IMMACULÉ DE MARIE

Ô Marie, Mère de Dieu et notre Mère, en cette heure de tribulation nous avons recours à toi. Tu es Mère, tu nous aimes et tu nous connais : rien de tout ce à quoi nous tenons ne t’est caché. Mère de miséricorde, nous avons tant de fois fait l’expérience de ta tendresse providentielle, de ta présence qui ramène la paix, car tu nous guides toujours vers Jésus, Prince de la paix.

Mais nous avons perdu le chemin de la paix. Nous avons oublié la leçon des tragédies du siècle passé, le sacrifice de millions de morts des guerres mondiales. Nous avons enfreint les engagements pris en tant que Communauté des Nations et nous sommes en train de trahir les rêves de paix des peuples, et les espérances des jeunes. Nous sommes tombés malades d’avidité, nous nous sommes enfermés dans des intérêts nationalistes, nous nous sommes laissés dessécher par l’indifférence et paralyser par l’égoïsme. Nous avons préféré ignorer Dieu, vivre avec nos faussetés, nourrir l’agressivité, supprimer des vies et accumuler des armes, en oubliant que nous sommes les gardiens de notre prochain et de la maison commune. Nous avons mutilé par la guerre le jardin de la Terre, nous avons blessé par le péché le cœur de notre Père qui nous veut frères et sœurs. Nous sommes devenus indifférents à tous et à tout, sauf à nous-mêmes. Et avec honte nous disons : pardonne-nous, Seigneur !

Dans la misère du péché, dans nos fatigues et nos fragilités, dans le mystère d’iniquité du mal et de la guerre, toi, Mère sainte, tu nous rappelles que Dieu ne nous abandonne pas et qu’il continue à nous regarder avec amour, désireux de nous pardonner et de nous relever. C’est Lui qui t’a donnée à nous et qui a fait de ton Cœur immaculé un refuge pour l’Église et pour l’humanité. Par bonté divine, tu es avec nous, et tu nous conduis avec tendresse, même dans les tournants les plus resserrés de l’histoire.

Nous recourons donc à toi, nous frappons à la porte de ton Cœur, nous, tes chers enfants qu’en tout temps tu ne te lasses pas de visiter et d’inviter à la conversion. En cette heure sombre, viens nous secourir et nous consoler. Répète à chacun d’entre nous : “Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta Mère?” Tu sais comment défaire les nœuds de notre cœur et de notre temps. Nous mettons notre confiance en toi. Nous sommes certains que tu ne méprises pas nos supplications et que tu viens à notre aide, en particulier au moment de l’épreuve.

C’est ce que tu as fait à Cana de Galilée, quand tu as hâté l’heure de l’intervention de Jésus et as introduit son premier signe dans le monde. Quand la fête était devenue triste, tu lui as dit : « Ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3). Répète-le encore à Dieu, ô Mère, car aujourd’hui nous avons épuisé le vin de l’espérance, la joie s’est dissipée, la fraternité s’est édulcorée. Nous avons perdu l’humanité, nous avons gâché la paix. Nous sommes devenus capables de toute violence et de toute destruction. Nous avons un besoin urgent de ton intervention maternelle.

Reçois donc, ô Mère, notre supplique.

Toi, étoile de la mer, ne nous laisse pas sombrer dans la tempête de la guerre.

Toi, arche de la nouvelle alliance, inspire des projets et des voies de réconciliation.

Toi, “terre du Ciel”, ramène la concorde de Dieu dans le monde.

Éteins la haine, apaise la vengeance, enseigne-nous le pardon.

Libère-nous de la guerre, préserve le monde de la menace nucléaire.

Reine du Rosaire, réveille en nous le besoin de prier et d’aimer.

Reine de la famille humaine, montre aux peuples la voie de la fraternité. Reine de la paix, obtiens la paix pour le monde.

Qu’à travers toi, la Miséricorde divine se déverse sur la terre et que la douce palpitation de la paix recommence à rythmer nos journées. Femme du “oui”, sur qui l’Esprit Saint est descendu, ramène parmi nous l’harmonie de Dieu. Désaltère l’aridité de nos cœurs, toi qui es “source vive d’espérance”. Tu as tissé l’humanité de Jésus, fais de nous des artisans de communion. Tu as marché sur nos routes, guide-nous sur les chemins de la paix. Amen.

Troidigezh : EAT

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Aujourd’hui 7 Juin, nous fêtons saint MÉRIADEC, Évêque de Vannes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minNé en Armorique en 628, il était de …

1er Juin : Saint Ronan et Bienheureuse Ermengarde d’Anjou

Amzer-lenn / Temps de lecture : 7 min Aujourd’hui 1er Juin. nous fêtons deux saints …

Un commentaire

  1. .
    Ra frealzo ho priataenn a Vamm ar re a zo rediet da guitaat o ziez hag o bro. Hag o yezh.

    Que ton étreinte maternelle console ceux qui sont contraints de quitter leurs maisons et leur pays. Et leur langue.
    .
    Que l’on permette ici à un chrétien breton de faire mention de la langue – quelle qu’elle soit – , en plus de la maison et du pays. Nombre de bretons se reconnaitront, nombre de personnes déracinées, pour raison politique et/ou économique. Quelle que soit leur origine.
    .
    Merci à Ar Gedour d’avoir publié la version en breton, et de l’avoir fait en regard de la version en français (quelques paragraphes manquent en français). Ceci permet de vérifier la compréhension de tel ou tel mot ou bout de phrase. (en fonction du niveau de langue du lecteur bretonnant)
    .
    Je constate – peut-être ne suis je pas le seul? – que le breton tape très fort en profondeur. Sans commune mesure avec la langue française, qui bien que mieux maitrisée, reste superficielle lorsqu’il s’agit d’atteindre les profondeurs du coeur.
    .
    Pour le dire autrement, le texte français sur certains aspects m’avait choqué, en lisant le texte breton (en parallèle du texte en français) tout passe très bien, normalement.
    .
    Je rêve d’une Eglise qui comprenne enfin que la question des langues est importante, primordiale.
    O huñvreal emaon en un Iliz m’eo bet komprenet ganti pegen pouezus, peurbouezus eo ar yezhoù.
    .
    Heureusement, Marie est en avant sur ce chemin. Merci à elle.
    Dre chañs, emañ Mari en a-raok war an hent-mañ. Bennozh Doue dezhi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.