Saints bretons à découvrir

[GUERRE 14-18] Un mémorial original dans l’église de Bourbriac

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

bourbriac.jpgOn ne connait jamais assez notre patrimoine. Le site internet de la paroisse de Saint-Briac / Bourbriac – très riche –  propose un article de 2012 que nous vous invitons à découvrir ici :

 

 

Il y a normalement un monument aux morts dans chaque commune. Ce que l’on sait moins, c’est que souvent ils furent précédés par des plaques plus modestes placées à l’intérieur de certaines églises. Parfois, comme à Coadout, l’église est seule dépositaire du mémorial. À Bourbriac, dans le bas-côté gauche de l’église, c’est tout un monument qui a été scellé dans un enfeu (ancienne niche funéraire autrefois réservée à une famille noble). Son originalité vient de la part importante qu’y prend la langue bretonne : un poème en trois strophes se déploie comme une frise au sommet des plaques, et, en bas, on peut lire une courte prière en deux vers. Seuls, vis-à-vis de cette dernière, deux vers français de Charles Péguy font allusion à la guerre : « Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles / Couchés dessus le sol à la face de Dieu 

En souvenir des valeureux Poilus, voici, suivi de sa traduction, le relevé de ce poème en breton dont l’auteur n’est pas indiqué. Il pourrait s’agir du coadoutais Erwan le Moal (Dir na Dor), lui-même rescapé de la Grande Guerre. Cependant il est plus probable que ces vers aient été signés de l’abbé Bertrand Loyer, alors vicaire, fin lettré et poète, également ancien combattant. En effet, lorsqu’il raconte la bénédiction du monument en avril 1920 par Mgr Dubois de la Villerabel, évêque d’Amiens, il ne mentionne pas ce poème ; cette discrétion pourrait avoir valeur de signature, sans autre certitude. Nous avons respecté l’orthographe du poème en breton. Les trois strophes sont lues de gauche à droite : 

 

Ar vamm
Gwir eo ’ta p’hen luskellen, bihan, en e gavel
E oa da rei da lahan e vagen ma bugel
Kaled eo ma flanedenn n’ouian ken met gouelan
Me ’garje bezan gallet rei ma buhe vitan

La mère 
Il est donc vrai que quand je le berçais, petit, dans son berceau,
C’était pour le donner à tuer que je nourrissais mon enfant.
Dur est mon destin, je ne sais plus que pleurer,
J’aurais voulu pouvoir donner ma vie pour lui.

He mab
Betek Mamm Jezuz, pignet ma mamm war ar halvar
Ganti epken ho pezo dizamm en ho klac’har
Vel neus he mab hon frenet er groaz dre e varo
Ho mab c’houi, en eur vervel zikour da zifen ar vro

Son fils 
Jusqu’à la Mère de Jésus, montez, ma mère, sur le calvaire,
Avec elle seule vous aurez un soulagement dans votre douleur.
Comme son Fils nous a rachetés sur la croix par sa mort
Votre propre fils, en mourant aide à défendre le pays.

Ar soudardet lazet
Ober kanvou zo dleet, hon Zalver a ouelas
Gant Madalen ha Marta war o breur pa varvas
Breman pedet evidomp ha roet aluzen
Vit ma vo er Purgator berroc’h hon finigen

Les soldats tués 
Il faut porter le deuil, notre Sauveur pleura
Avec Madeleine et Marthe sur leur frère quand il mourut.
À présent priez pour nous et donnez l’aumône 
Afin qu’au Purgatoire soit plus courte notre pénitence.

 

Inscription en breton au bas de la partie gauche sous les noms des soldats morts :

 

O ma Jezuz leun a Drugare
Euz an anaon bezet true

O mon Jésus plein de miséricorde
Ayez pitié des défunts

 

Découvrez la suite de cet article et les illustrations sur le site de la paroisse. 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Gouel Pantekost santel deoc’h !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min  Spered Santel, deit, ni hou ped E …

Une messe le 21 juillet pour les 15 ans de la Vallée des Saints

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLa Vallée des saints célèbre ses 15 ans …

Un commentaire

  1. Ar vamm
    Gwir eo ’ta p’hen luskellen, bihan, en e gavell
    E oa da reiñ da lazhañ e vagen ma bugel
    Kalet eo ma flanedenn n’ouzon ken met gouelañ,
    Me ’garje bezañ gallet reiñ ma buhez ’vitañ

    He mab
    Betek Mamm Jezuz, pignet ma mamm war ar c’halvar
    Ganti hepken ho pezo disamm en ho klac’har
    Vel ’n eus he mab hon frenet er groaz dre e varv
    Ho mab c’houi, en eur vervel sikour da zifenn ar vro

    Ar soudarded lazhet
    Ober kañvoù zo dleet, hon Salver a ouelas
    Gant Madalen ha Marta war o breur pa varvas
    Bremañ pedit evidomp ha roit aluzen
    ’Vit ma vo er Purgator berroc’h hon finijenn

    O ma Jezuz leun a Drugarez
    Eus an anaon bezet truez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *