Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > HERMINES 2013 : Martial Ménard, linguiste breton

HERMINES 2013 : Martial Ménard, linguiste breton

 

Son parcours scolaire se conclut en 1969 sur deux CAP de cuisinier et de pâtissier. Après quelques années professionnelles à Paris, il décide de s’établir en Bretagne, non sans avoir d’abord appris le breton, ce qu’il fait en 9 mois. A Quimper, il rejoint Skol an Emsav, puis les militants du FLB-ARB, ce qui lui vaudra d’être incarcéré deux ans à Fleury-Mérogis et à Fresnes. Il met à profit cette incarcération pour étudier à fond la langue bretonne et l’enseigner à ses co-détenus politiques bretons.

Martial Ménard, né en 1951 à Paris de parents bretons, est un linguiste, lexicographe, éditeur et chroniqueur à Ouest-France dimanche, considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la langue bretonne.

Amnistié en 1981 par F. Mitterrand, il se consacre désormais uniquement à l’action culturelle la plus positive et constructive qui soit. Il vit ainsi plusieurs vies successives à l’impact croissant.

 

Enseignant

Instituteur dans une école Diwan à Plomelin et à Quimper.

 

Editeur

Il fonde en 1983 et dirige jusqu’en 2005 An Here, maison d’édition spécialisée dans les livres de jeunesse en breton. Avec Jean-Yves Lagadec, il codirige en 1995 l’édition par An Here du premier dictionnaire monolingue breton, Geriadur brezhoneg, monument de 1 232 pages. Il publie en 1998 Mémoires d’un paysan bas-breton de Jean-Marie Déguignet, succès de librairie inattendu. Si les éditions An Here ont disparu en novembre 2005 malgré une diversification vers l’édition en français pour les adultes, le fonds des éditions Al Liamm qu’elles géraient a été repris par celles-ci.

 

Comme directeur et rédacteur de l’hebdomadaire Bretagne Info (Breizh-Info), il est le premier à révéler la mainmise d’un membre du bureau du Front National, Fernand Le Rachinel, sur l’imprimerie briochine Les Presses bretonnes, où ce dernier imprimait Révision, revue négationniste d’Alain Guionnet. Cela lui vaut un procès gagné à l’audience du 26 juin 1997 du tribunal correctionnel de Saint-Brieuc.

 

Depuis septembre 1998, il tient dans Ouest-France dimanche la rubrique A la petite école du breton d’initiation à la langue bretonne par une approche simple et concrète. Il a été vice-président de l’Association des éditeurs bretons et président de la section Langue et linguistique de l’Institut culturel de Bretagne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la langue bretonne.

 

 

Lexicographe de la langue bretonne

Depuis plus de 30 ans il collecte les mots, locutions et autres proverbes et expressions dans tout ce qui a été publié en breton. Il collecte également sur le terrain. C’est ainsi des milliers de pages de termes qui sont classés sur le modèle du Dictionnaire historique du breton de Roparz Hemon (Geriadur istorel ar brezhoneg). Grâce à ce travail, il est devenu l’un des meilleurs lexicographes de la langue bretonne.

 

Parallèlement à la coordination et à la rédaction des deux premiers dictionnaires monolingues (1995, réédité 2001 avec plus de 20 000 entrées), il publie des guides d’initiation, des florilèges d’expressions populaires et explore des domaines linguistiques moins étudiés comme ceux du sexe (Alc’hwez bras ar baradoz vihan) et des injures. Il est aussi, avec Herve Le Bihan et Gwendal Denez, l’auteur du Breton pour les nuls et a publié un dictionnaire pour la jeunesse (Mon premier dictionnaire breton-français) aux éditions Coop Breizh.

 

Il publie aux éditions Palantines en 2012, un dictionnaire français-breton de plus de 48 500 entrées qui est le second dans l’histoire de cette catégorie après l’ouvrage de François Vallée, le Grand dictionnaire français-breton, paru en 1931.

 

Dans son avant-propos, Martial place son travail dans l’esprit des travaux de François Vallée et de Roparz Hemon : proposer un dictionnaire adapté aux besoins d’aujourd’hui et de demain. Une langue qui ne crée pas, dit-il, est une langue qui meurt. Une place importante a donc été donnée aux nombreux néologismescréés depuis une cinquantaine d’années pour refléter les nouveaux champs techniques et scientifiques. Les termes internationaux y ont également toute leur place. Par ailleurs, les noms d’animaux et de plantes y sont normalisés à partir des listes publiées par l’Office public de la langue bretonne, de même que la nomenclature bilingue des communes bretonnes. Cet ouvrage se révèle d’ores et déjà de la plus grande utilité !

 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[PONTIVY] Retrouvez la BD “Keranna” au marché de Noël les 15 et 16/12

A l’occasion du marché de Noël de Pontivy les 15 et 16 décembre 2018, la …

concert de noel Pleyben

[PLEYBEN] Concert de Noël “bombarde & orgue” le 16 décembre 2018

Le dimanche 16 décembre prochain aura lieu à l’église de Pleyben un concert de Noël …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *