Saints bretons à découvrir

Homélie du dimanche : « Celui qui a fait preuve de bonté »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Nous connaissons tous la parabole du Bon Samaritain. Elle répond parfaitement à la question du docteur de la Loi : « que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? ». Le sens profond de notre nature humaine est cette quête sans du bonheur. Du Bonheur sous toutes ces formes. C’est d’ailleurs, souligne st Grégoire le signe de notre éternité. Et il ajoute même dans le péché, il y a comme caché une recherche de bonheur (mais faussée). C’est la première vérité de cet Evangile.

La deuxième vérité que découvre ce docteur est la manière d’atteindre ce bonheur : dans l’amour de Dieu et de son prochain, comme l’on s’aime soi-même. Cette réponse n’est pas banale, comme le souligne Aristote, le païen, tous les hommes s’accordent pour reconnaitre que la recherche du bonheur est la quête fondamentale de tout homme, mais que ces derniers ne sont pas d’accord pour dire où le trouver. Est-ce dans le plaisir, l’amitié, la gloire ou la contemplation ?

Dans cet Evangile, Jésus répond clairement, le bonheur n’est pas une idéologie mais se rencontre dans l’amour de quelqu’un : Dieu et le prochain. C’est une réponse nette face à toutes les formes de philosophie qui cherchent le bonheur de tant de manières. Pour être heureux, il faut aimer quelqu’un ! D’abord Dieu et le prochain. Et non pas quelque chose ou quelques idées ou commandements… Mais qui est ce prochain ? C’est celui que Dieu met sur notre route et que l’on voit ! Car Dieu peut mettre sur notre route beaucoup de prochain sans que nous les considérions ! Il suffit de constater le nombre de personnes qui nécessiteraient d’un geste d’amour, de tendresse, de générosité et qui ne le recevront pas. Non pas parce qu’ils sont loin de nous mais parce que nous ne les voyons pas ou plus. Remarquons simplement que le Bon Samaritain est un étranger, un homme de passage : quelqu’un donc qui n’est pas englué dans les conventions, les préjugés de ce pays.

La réponse du docteur à la question de Jésus est simple, mais aussi si tranchante et si forte pour chacune de nos consciences : lequel a été le prochain ? « Celui qui a fait preuve de bonté. » puissions-nous entendre (c’est-à-dire vivre cette réponse) : faire preuve d’une bonté sans mesure, sans calcul auprès de tous ceux que Dieu mettre sur notre route aujourd’hui.

À propos du rédacteur Père Philippe

Le Père Philippe est un prêtre breton qui a été missionnaire pendant de nombreuses années en Amérique du Sud. Il rédige régulièrement des homélies du dimanche, ou des articles posant question au lecteur sur des sujets religieux.

Articles du même auteur

Trinité_Rumengol

La Sainte Trinité révélée aux tout-petits.

Nous fêtons ce dimanche la très Sainte Trinité. Le secret le plus intime du cœur de Dieu. Peut-être cela ne représente-t-il pas grand-chose pour nous ? Cela peut nous sembler lointain, inaccessible voire obscur !

Que signifie la Pentecôte pour nous aujourd’hui ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min   « L’Esprit Saint que le Père …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.