Saints bretons à découvrir

Le 6 novembre, nous fêtons St Efflam, St Mélaine ou encore St Gwenneg

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min
Saint Efflam - Photo Ar Gedour (DR)
Saint Efflam – Photo Ar Gedour (DR)

Aujourd’hui, 6 novembre, nous fêtons Saint Melaine, mais aussi Saint Gwenneg et Saint Eflamm. Ce dernier prénom se décline aussi sous les formes Efflam- Efflamm – Efflama -Efflamma – Efflame.

Saint Efflam

On prête à saint Efflam une vie merveilleuse. Efflam (ou Efflamm, en breton s’écrit aujourd’hui Eflamm, prononcé [eflâm]), prince d’Hibernie, était le fils d’un roi irlandais, né en 448, marié très jeune à Enora, il fit vœu de chasteté. Un ange l’aida à résister à la tentation, et il s’enfuit en Bretagne, débarquant à Plestin, dans le Trégor. Il rencontra le roi Arthur qui poursuivait un dragon, fit jaillir une source à Saint-Efflam pour le désaltérer, puis pria devant l’antre du dragon, qui alla mourir en se précipitant dans la mer. Un dragonslayer, en quelque sorte.

Son épouse Enora le rejoignit dans un oratoire qu’il lui avait fait bâtir. Il mourut en 512.

tombeau-saint-efflamLe nom serait issu du breton flamm (brillant) ou du latin flamen (prêtre romain). En 994, on retrouva ses restes dans la chapelle Saint-Efflam à Plestin. Il devient le patron de Plestin-les-Grèves (22), où lui est érigé un gisant. Réputé soigner les brûlures (très probablement en raison d’une mauvaise compréhension du prénom semblable au feu), les douleurs oculaires, diverse tumeurs ainsi que des affections des membres, Saint Efflam reçoit en présents des clous et des pointes.

A Langoëlan, on l’invoque pour se protéger contre le feu, le tonnerre et la mort subite. La tradition rapporte qu’il est aussi le patron des conscrits et des maris jaloux :

” Ceux-ci déposent à la surface de l’eau trois morceaux de pain figurant le saint, le mari et son épouse ; lorsque le morceau du saint se rapproche des deux autres, aucune trahison n’est à redouter. ”

Il est honoré à Carhaix (Finistère), Langoëlan, Merlevenez (Morbihan), saint Efflam est le patron de Plestin-les-Grèves (Côtesd’Armor). Jadis, plusieurs chapelles lui étaient dédiées à Kervignac, Langoëlan, Saint-Gildas et Carnoet (Côtes-d’Armor) et Plestin. Les chapelles de Morlaix (Finistère) et de Pedernec (Côtes-d’Armor), fort anciennes, sont encore placées sous son vocable. Plestin conserve le tombeau du saint, datant du XVI’ siècle et plusieurs statues. Une statue du XVIII’ siècle le représente en riche costume à Trebeurden (Côtes-d’Armor). Nous trouvons encore d’autres statues qui le représentent à Morlaix, Carnoet, Plusquellec, Tonquedec, Trezeny (Côtes-d’Armor). Enfin, à la Vallée des Saints, une belle statue en granit rose le représente avec brio. Sur un côté de la statue se trouve sainte Enora.

Il existe au mois deux chants à Saint Efflam : l’un est plutôt un chant qui reprend le côté légendaire « Sant Efflam hag ar Roue Arzhur » issu du Barzaz Breiz, repris récemment par le groupe Tri Yann. Nous vous le proposons à la fin de la chronique Hentoù Breizh (cf ci-dessous) L’autre est un cantique en l’honneur de Saint Efflam, chanté à Kervignac (à retrouver sur Kan Iliz).

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

[QUIMPER] Pardon de St Corentin le 11 décembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minComme chaque année, ne manquez pas le Pardon …

Bénédiction des statues des saints Charbel et Jacques le 26 novembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIls ne sont pas saints fondateurs de la …

3 Commentaires

  1. Gouel laouen dit Eflamm !

  2. St Efflamm est patron de la frairie de Beix en Guéméné-Penfao (44290) et son nom déformé se retrouve dans le nom du village de Boudaffay. Après le traité d’Angers en 851 signé entre le roi des Francs Charles le Chauve et le roi des Bretons Erispoë reconnaissant le Conté Nantais comme terre bretonne, le roi breton fit venir des colons de toute la Basse-Bretagne pour bretonniser ce conté. Ces colons bas-bretons apportèrent avec eux le système des frairies avec leur saints patrons. Ceux qui fondèrent la frairie de Beix devaient venir du Trégor, puisque St Efflamm est un saint du Trégor ; à Blain (44130) une frairie est appelée « Eff » et celle d’à côté « Flan », c’est étrange car si on associe les deux mots on a « Efflan » proche de « Efflamm », il est possible qu’au départ il y avait une grande frairie sous le patronage de St Efflamm qui ensuite s’est partagée en deux quand le nombre des colons arrivants eut beaucoup augmenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *