Saints bretons à découvrir

LE CANON DE SAINT PATRICK / Lúireach Phádraig

Amzer-lenn / Temps de lecture : 6 min

Bonne Fête de la Saint Patrick !

Lá fhéile naomh Pádraig sona dhuit !

Gouel Zant Badrig vat deoc’h holl !

Selon la tradition, Saint Patrick – que nous fêtons ce 17 mars- écrivit une très belle prière, connue sous le nom de « Canon de Saint Patrick ». Cette prière avait été magnifiquement reprise dans  « The Pilgrim », de Shaun Davey :

 

L’habitude s’est prise de la dire au début de la journée, il est utile de la dire au moment de partir en voyage, avant de rencontrer un ennemi du Christ, chaque fois qu’il y a lieu de penser que le diable est en train d’agir dans notre maison ou autour de nous. Nous vous la proposons en gaélique et en français.

TEXTE DU CANON :

Saint Patrick a composé cette hymne au temps de Loegaire Mac Néill. Tout homme qui le chantera chaque jour en méditant pieusement devant Dieu, les démons ne pourront se maintenir devant sa face.
Cette prière lui sera une défense contre tout poison et envie, elle lui sera une sauvegarde contre la mort subite. Elle sera une cuirasse pour son âme après la mort.
Saint Patrick chanta ce canon quand des embûches étaient dressées contre Lui par le roi Lœgaire pour l’empêcher de semer la foi à Tara en Irlande. Ceux qui l’attendaient pour lui nuire crurent voir des daims avec, derrière eux, un faon. Voilà pourquoi la tradition celtique irlandaise nomme cette prière « Fáeth Fiada », c’est-à-dire « Cri du Cerf ».
La même tradition nous présente ce texte comme cuirasse de la foi, pour protéger le corps et l’âme contre les démons, et les hommes, et les vices.

 

Atomriug indiu
niurt tréun:
togairm Trindóit
faístin Oendatad,
i nDúlemon dáil.

Atomriug indiu
niurt gene Críst cona bathius,
niurt a chrochtho cona adnacul,
niurt a essérgi cona fhresgabáil,
niurt a thoíniudo fri brithemnas mbrátho.

Atomriug indiu
niurt gráid hiruphin,
i n-aurlataid aingel,
i frestul inna n-archaingel,
i freiscisin esséirgi
ar chiunn fochraicce,
i n-ernaigthib uasalathrach,
i tairchetlaib fáithe,
i preceptaib apstal,
i n-iresaib foísmedach,
i n-enccai noebingen,
i ngnímaib fer firén.

Atomriug indiu
niurt nime,
soilsi gréne,
étrochtai éscai,
áni thened,
déni lóchet,
luaithi gaíthe,
fudomnai mara,
tairismigi thalman,
cobsaidi ailech.

Atomriug indiu
niurt Dé dom luamairecht.
Cumachtae nDé dom chumgabáil,
ciall Dé dom inthús,
rose nDé dom remcisiu,
cluas Dé dom étsecht,
briathar Dé dom erlabrai,
lám Dé dom imdegail,
intech Dé dom remthechtas,
sciath Dé dom imdítin,
sochraite Dé dom anacul
ar intledaib demnae,
ar aslagib dualche,
ar forimthechtaib aicnid,
ar cech duine mídúthrastar dam,
i céin ocus i n-ocus, 
i n’uathud ocus i sochaidi.

Tocuiriur etrum indiu inna uili nert-so
fri cech nert n-amnas n-étrocar frista-i dom churp ocus dom anmain,
fri tinchetla sa-ibfh-aithe,
fri dubrechtu gentliuchtae,
fri saíbrechtu heretecdae,
fri imchellacht n-ídlachtae,
fri brichtu ban ocus goban ocus druad,
fri cech fiss arachuille corp ocus anmain duini.

Crist dom imdegail indiu
ar neim, ar loscud, ar bádud, ar guin,
condom-thair ilar fochraicce.< /span>
Críst limm, Críst reum, Críst im degaid,
Críst indium, Críst ísum, Críst uasum,
Críst desum, Críst tuathum,
Críst i llius, Críst i sius, Críst i n-erus,
Críst i cridiu cech duini immumrorda,
Críst i ngin cech oín rodom-labrathar,
Críst i cech rusc nonom-dercathar,
Críst i cech cluais rodom-chloathar.

Atomriug indiu
niurt tréun:
togairm Trindóit,
cretim Treodatad,
faístin Oendatad,
i nDúlemon dáil.

Domini est salus,
Domini est salus,
Christi est salusñ
salus tua, Domine, sit semper nobiscum.

Je me lève aujourd’hui
par une force puissante,
l’invocation de la Trinité,
la croyance à la Trinité,
la confession de l’Unité du Créateur du monde.

Je me lève aujourd’hui par
la force de la naissance du Christ et de Son Baptême,
la force de Sa Crucifixion et de Sa mise au tombeau,
la force de Sa Résurrection et de Son Ascension,
la force de Sa Venue au jour du Jugement.

Je me lève aujourd’hui,
par la force des ordres des Chérubins,
dans l’obéissance des Anges,
dans le service des Archanges,
dans l’espoir de la Résurrection,
dans les prières des Patriarches,
dans les prédications des Prophètes,
dans les prédications des Apôtres,
dans les fidélités des Confesseurs,
dans l’innocence des Vierges Saintes,
dans les actions des Hommes Justes.

Je me lève aujourd’hui
par la force du Ciel,
lumière du Ciel,
lumière du Soleil,
éclat de la Lune,
splendeur du Feu,
vitesse de l’éclair,
rapidité du vent,
profondeur de la mer,
stabilité de la terre,
solidité de la pierre.

Je me lève aujourd’hui,
par la force de Dieu pour me guider,
puissance de Dieu pour me soutenir,
intelligence de Dieu pour me conduire,
œil de Dieu pour regarder devant moi,
oreille de Dieu pour m’entendre
parole de Dieu pour parler pour moi,
main de Dieu pour me garder,
chemin de Dieu pour me précéder,
bouclier de Dieu pour me protéger,
armée de Dieu pour me sauver,
des filets des démons,
des séductions des vices,
des inclinations de la nature,
de tous les hommes qui me désirent du mal,
de loin et de près,
dans la solitude et dans une multitude.

J’appelle aujourd’hui toutes ces forces
entre moi et le mal,
contre toute force cruelle impitoyable
qui attaque mon corps et mon âme,
contre les incantations des faux prophètes,
contre les lois noires du paganisme,
contre les lois fausses des hérétiques,
contre la puissance de l’idolâtrie,
contre les charmes des sorciers,
contre toute science qui souille
le corps et l’âme de l’homme.

Que le Christ me protège aujourd’hui
contre le poison, contre le feu,
contre la noyade, contre la blessure,
pour qu’il me vienne une foule de récompenses,
le Christ avec moi,
le Christ devant moi,
le Christ derrière moi,
le Christ en moi,
le Christ au-dessus de moi,
le Christ au-dessous de moi,
le Christ à ma droite,
le Christ à ma gauche,
le Christ en largeur,
le Christ en longueur,
le Christ en hauteur,
le Christ dans le cœur
de tout homme qui pense à moi,
le Christ dans tout œil qui me voit,
le Christ dans toute oreille qui m’écoute.

Je me lève aujourd’hui
par une force puissante
l’invocation à la Trinité,
la croyance à la Trinité,
la confession de l’unité
du Créateur du monde.

Au Seigneur est le salut,
au Christ est le salut.

Que Ton salut Seigneur soit toujours avec nous.

Amen !

Tropaire : Comme docteur et pasteur suprême, Saint Patrick, tu as montré le chemin qui mène vers la vie ; et, comme chef d’Eglise, tu as illuminé ta patrie ; l’ayant fait renaître par l’Esprit-Saint, tel un olivier au paradis spirituel, en Sainteté tu as fait croître tes enfants ; c’est pourquoi, te vénérant comme le compagnon des Apôtres et des Pontifes Saints, nous te prions d’intercéder auprès du Christ Dieu pour qu’il accorde à nos âmes la grâce du salut.

  • Découvrez notre étude sur le lieu d’origine de Saint Patrick en cliquant ici.
  • Voici un cantique en breton dédié à St Patrick : cliquez ici

 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

15 a viz Ebrel : SANT PADERN, ESKOB

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Sant Padern a seblant bezañ bet ganet, …

[KERANNA] 400 personnes au pèlerinage des Bretonnants

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minCe dimanche 7 avril, venus des cinq départements, …

2 Commentaires

  1. LORICA (Hobregon) SANT PADRIG
    En em staga a ran hirio
    ouz galloud nerzuz ar bedenn d’an Dreinded,
    ouz ar feiz en Dreinded hag en he Unanded,
    ouz Krouer an holl draoù.
    En em staga aran hirio
    ouz galloud Inkarnadur ar Hrist hag e vadeziant,
    ouz galloud e varo war ar groaz hag e sebeliadur,
    ouz galloud e Adsav hag e Bignadenn d’an neñv,
    ouz galloud ar varnedigezh da zond.
    En em staga a ran hirio
    ouz galloud karantez ar Serafined,
    ouz sentidigezh an êlez,
    ouz esperañs an Adsav,
    ouz pedennoù an tadoù sante!,
    ouz diouganoù ar brofeded,
    ouz prezegennoù an ebestel,
    ouz feiZ ar gonvesourien,
    ouz glanded ar gwerc’hezed sante!,
    ouz oberoù an dud eeun.
    En em staga a ran hirio
    ouz galloud an neñvou,
    ouz sklerijenn an heol,
    ouz kannded an erc’h,
    ouz nerz an tan,
    ouz sked al luhed,
    ouz tiz an avel,
    ouz donded ar mor,
    ouz stabilded an douar,
    ouz kaleted ar reier.
    En em staga a ran hirio
    ouz galloud Doue
    ouz nerz Doue
    ouz furnez Doue
    ouz lagad Doue
    ouz skouarn Doue
    ouz komz Doue
    ouz dorn Doue
    ouz hent Doue
    ouz skoed Doue
    ouz poblad-tud Doue
    ‘vid heñcha ahanon,
    ‘vid va diwall,
    ‘vid kelenn ahanon,
    ‘vid eveshaat warnon,
    ‘vid selaou ahanon,
    ‘vid va lezel da gomz,
    ‘vid va gwarezi,
    ‘vid kemenn din,
    ‘vid va goudori,
    ‘vid difenn ahanon.

    a·eneb stignoù an diaouled,
    a-eneb tentadurioù an techou fall,
    a·eneb c’hoantegezhioù an natur,
    a·eneb kement den a fell dezhañ ober droug din,
    pe ‘ve pell, pe ‘ve tost,
    gand nebeud, pe gand kalz a dud.
    Lakaet ‘m-eus endro din an holl galloudoù-ze,
    a-eneb kement galloud fall ha noazus
    troet eneb va horv ha va ene;
    a-eneb hudoù ar falz brofeded,
    a-eneb lezennoù du ar bed payan,
    a-eneb lezennoù-faoz ar falz kredennoù,
    a-eneb touelladennoù ar falz-Doueoù,
    a-eneb strobinelloù ar merhed, ar varichaled hag an drouized,
    a-eneb kement gouiziegez a lak ene an den da veza dall.
    Krist, diwall ahanon hirio
    da veza kontammet, da veza devet,
    da veza beuzet, da veza gloazet
    ma resevin eur rekompañs fonnus.
    Krist ganin, Krist dirazon, Krist a-dreñv din, Krist ennon, Krist din-
    dannon, Krist a-zehou din, Krist a-gleiz din, Krister gêr
    Krist war an hent (war ar skabell), Krist er vag.
    Krist e kalon kement den a soñj ennon,
    Krist e genou kement den a gomz ganin,
    Krist e lagad kement den a zell ouzin,
    Krist e kement skouarn a glev ahanon.
    En em staga a ran hirio
    ouz galloud nerzuz ar bedenn d’an Dreinded,
    ouz ar feiz en Dreinded hag en he Unanded,
    ouz Krouer an oll draou.
    Silvidigezh eo an Aotrou, silvidigezh eo an Aotrou, silvidigezh eo ar Hrist
    Da silvidigezh, Aotrou, ra vo bepred ganeomp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *