Saints bretons à découvrir

[LE GUENROUET] Procession du 15 Août à Notre-Dame de Grâce

Ce samedi 15 Août 2020, fête de l’Assomption, l’église de Notre-Dame de Grâce (commune de Guenrouët en Loire-Atlantique) était pleine pour célébrer cette grande fête mariale. Cette paroisse du pays nantais fut créé en 1845 par ordonance de Louis-Philippe, notifié par l’évêque de Nantes, Mgr de Hercé.

Notre-Dame de Grâce est célèbre pour ses pèlerinages à la fontaine de Riavaux. Au IXème siècle, la Sainte Vierge apparue à des enfants. L’histoire de ces apparitions dit que « la Vierge a ri à Vau, tout près la butte du Val » d’où l’origine du nom de ce lieu-dit.

La messe fut célébrée par le Père Mickaël Bretéché, curé de l’ensemble paroissial Saint Gildas des Bois, Dréfféac, Notre-Dame de Grâce et Guenrouët, en pays gallo. À l’issue de la messe, une belle et fervente procession s’élança au chant de « Chez nous soyez Reine » repris en chœur par la foule des fidèles.

En tête de procession, la statue si belle et si touchante de Notre-Dame de Grâce était portée par quatre hommes de la paroisse. Suivaient la Croix, les enfants de chœur et le clergé. Deux des enfants de chœur portaient de belles bannières : l’une à l’effigie de la Sainte Vierge, surmontée d’une croix celtique, l’autre à l’éfigie de la Sainte Vierge selon la fresque du chœur de l’église (œuvre du chanoine Pierre Bouchaud, elle représente la Sainte Vierge en habit de paysanne recevant des enfants les fruits de la terre et leur donnant en retour des grâces sous forme de fleurs), également surmontée d’une croix celtique et bordée en sa base d’un rang d’hermines.

La procession chemina sur plusieurs mètres jusqu’à l’oratoire de Riavaux. La récitation de quelques dizaines de chapelet fut entrecoupée de cantiques en l’honneur de Notre-Dame.

Arrivés à l’oratoire, la statue de Notre-Dame y fut solennellement déposée par le Père Bretéché. Cet oratoire fut construit en 1921 par des paroissiens.

Pour terminer, on récita la prière à Notre-Dame de Riavaux et on chanta son cantique.

Après la bénédiction finale, sur l’invitation du curé, chacun put vénérer un instant la statue de la Sainte Vierge et lui déposer ses intentions de prières. Les enfants lui adressaient parfois un baiser.

Enfin, chacun regagna son foyer, heureux d’avoir, par une belle journée d’été, honoré comme il se doit notre Mère du Ciel.

Nous ne pouvons que féliciter le Père Bretéché de maintenir chaque année cette belle tradition de la procession mariale en la fête de l’Assomption, témoignage touchant de la piété populaire des gens du pays, hommage de toute une paroisse à sa protectrice, sa mère et sa reine.

C’est un encouragement et une invitation, pour ceux qui auraient rompu avec cette tradition, à remettre à l’honneur les processions dans toutes les paroisses des cinq départements bretons, spécialement pour honorer la Sainte Vierge, Itron Gwerc’hez Vari, dont les sanctuaires dédiés à son nom ne manquent pas en Bretagne y compris en pays nantais.

Prière à Notre-Dame de Riavaux

Bénis, ô Mère, tes enfants qui vers Toi viennent confiants.

Bénis leurs champs et leurs demeures.

Pour eux, sois bonne aux sombres heures.

Conduis-nous, dès cette vie, sur le Chemin de ton Fils, jusqu’en la Joie éternelle.

Éclaire de sa grâce chaque jour qui passe, ô Notre-Dame.

Que déjà, nous connaissions cette Joie que le monde ne peut donner et dont vous êtes comblée.

Près de Toi, Mère de tendresse, que notre cœur trouve le réconfort.

Donne-nous aussi ta force d’âme, et ton Espérance car nous en avons besoin.

Sois pour nous cette fontaine qui nous désaltère, nous lave de tout mal

et qui nous vivifie. À Riavaux, Tu viens nous visiter : que ton sourire éclaire ce jour ! Nous reviendrons y puiser encore le secret de ton amour pour tes enfants. Amen.

À propos du rédacteur Louis-Marie Salaün

D'origine bretonne,né en 1982 petit-fils d'écrivain catholique il est sensibilisé depuis l'enfance à la musique sacrée, la transmission et la défense de la foi. Il découvre tout jeune les cantiques bretons par le biais du duo bombarde et orgue (qu'il pratique aujourd'hui avec son beau-frère). Devenu sonneur de bombarde à l'âge de 26 ans il exerce en parallèle la fonction de chantre dans sa paroisse de 2003 à 2010, puis chef de chœur de 2 chorales paroissiales (ND de la Trinité à Blois en 2012-2013 et le Chœur St Nicolas à Troyes depuis 2015).

Articles du même auteur

Composition d’une MESSE BRETONNE EN L’HONNEUR DE SAINTE ANNE ET SAINT YVES

MESSE BRETONNE EN L’HONNEUR DE SAINTE ANNE ET SAINT YVES Oferenn breizhek en énor da …

quistinic ar gedour noel

EXPLICATION D’UN CANTIQUE BRETON : Diskennet eus an Nenvoù (Descendez des Cieux)

Le cantique dont nous allons parler dans cet article est sans doute l’un des moins …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *