Saints bretons à découvrir

Le Pape : « Notre plainte est aussi une prière »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

N’ayons pas peur de “nous plaindre devant Dieu”. La suggestion vient du Pape François qui nous rappelle que « la plainte est une prière qui vient du cœur ». Derrière les problèmes, nous fait-il remarquer, n’oublions pas que se trouvent des personnes, et évitons donc l’attitude des sadducéens qui font de tout un cas de « morale et raisonnement pur ». « Ne considérons pas les personnes, ajoute le Pape, comme des choses abstraites, évitons que la réalité ne devienne un « laboratoire ascétique ». « Je n’aime décidément pas, a poursuivi le Pape, lorsque l’on parle de ces situations difficiles de manière académique et peu humaine, parfois juste avec des statistiques ». Voilà ce que le Pape François a tenu à dire mercredi matin lors de la messe célébrée en la chapelle de la Maison Sainte Marthe, en présence de membres de la Congrégation pour le culte divin et de la Bibliothèque apostolique.

Le Pape François commentait les passages biblique de l’histoire de Tobie et Sarah, deux personnes justes qui vivent des situations dramatiques. Le premier devient aveugle malgré le fait qu’il accomplit de bonnes actions même au risque de sa vie ; la seconde épouse sept hommes qui meurent avant la nuit de noces. Tous les deux, dans leur immense douleur, implorent Dieu de les faire mourir. « Ce sont des personnes qui vivent des situations extrêmes, a souligné le Pape, des « situations dans le sous-sol de l’existence, et qui cherchent une porte de sortie. Ils se plaignent, mais ils ne blasphèment pas”. Le Pape expliquait alors que “se plaindre devant Dieu n’est pas un péché, et que c’est même une forme de prière, car le Seigneur nous entend, et écoute nos plaintes ». Et de citer alors Job et Jérémie.

“Tant de personnes vivent des situations extrêmes, a poursuivi le Pape : les enfants affamés, les réfugiés, les malades en fin de vie. » Et reprenant l’Evangile du jour, où les Sadducéens présentent à Jésus le cas désespéré de cette femme, veuve de sept maris, le Pape soulignait qu’ils n’en parlaient pas avec cœur, mais comme s’il s’agissait d’un cas de morale, de raisonnement pur ». « Non, ajoutait le Pape, dans ces cas il nous faut penser avec notre cœur, notre chair ». « On ne peut parler de ces situations dramatiques de manière académique, de manière non humaine, juste avec des statistiques ». « Dans l’Eglise, tant de personnes vivent des situations difficiles, ils doivent être une préoccupation pour moi : mon frère souffre, ma sœur souffre ». « Il faut, permettez-moi de le dire, prier avec la chair : que notre chair prie. Non pas prier avec les idées mais avec le cœur »

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Replay de la messe du 15 août 2022 depuis Sainte Anne d’Auray.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minEn ce lundi 15 août, l’Église fête l’Assomption de …

La Troménie de Marie au Pardon de Notre-Dame de Rumengol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minRumengol est un sanctuaire diocésain dédié à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.