Saints bretons à découvrir

Lors Landat et la Sixième Triade.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Lors.jpgLe festival Taol Kurun se déroule du 9 au 24 janvier dans les salles du pays de Quimperlé pour faire vivre la culture bretonne. Le festival a accueilli le 12 janvier dernier,  au Coat-Kaër, pour l’un des points forts de cette manifestation culturelle, une création musicale, « la sixième triade ». La formation de huit musiciens de la région ou de différentes provinces de France, accompagne un chanteur atypique et multilingue, Lors Landat.

Lors Landat, un nom du sud-ouest fleurant bon les Pyrénées, est en fait un « Ch’ti » de 41 ans, Breton de coeur depuis de très longues années. Il vit à Clohars et enseigne le breton qu’il a appris au Canada, à l’école Diwan de Vannes. Depuis tout jeune, il chante. Débutant sa carrière dans les cercles celtiques, il la poursuit avec divers groupes comme, Alambic, Kaouad et sa Sixième Triade.

Pour cette création, Lors Landat s’est inventé un personnage, Martial Grésillon. Cette appellation est la contraction des noms de deux de ses arrière-grands-pères, qui ont fait le «tour de France» en tant que journaliers agricoles. Et Lors Landat lui a dessiné une existence à travers la Bretagne qui s’achève en Pays Bigouden. Restait à illustrer par la musique et par le chant, mais aussi par la voix d’un récitant qui fait le liant, cet humble parcours d’un être humain que Lors Landat décline par «triades»: trois sentiments, trois états d’âme,etc. D’où le titre de cette création. Un premier essai, plutôt concluant, avait été tenté lors du festival Roué Waroch de Plescop en février 2009.

Mais pour Taol Kurun, Lors Landat s’est remis à l’ouvrage pour approfondir notablement sa démarche. Démarche tout aussi concluante, faisant voyager à travers l’espace, le temps, les couleurs, les cultures, pour cette occasion, alors qu’il était accompagné d’excellents musiciens :  Franck Guyader à l’accordéon diatonique ; Tibo Niobé, l’Angevin à la guitare électrique ; Didier Dréo, à la guitare ; Stéfan Duffleit, à la clarinette ; Lanig Loubidan au Oua, et les frères Primius, Julien aux percussions et Mickaël à la basse ; Matéus Baudoin, violon et chant.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à visionner l’émission ABP-TV ci contre qui lui est consacrée.

Sources : Le Télégramme, Ouest-france. Photo : Ouest-France

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

JEU D’ETE AR GEDOUR 2022 : tentez de remporter des places au son & lumière « 1625… le mystère de Sainte Anne » (MàJ du 10/08/2022)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minComme depuis plusieurs années, Ar Gedour et les …

[INTERCELTIQUE] Le Bagad de Lann-Bihoué a soufflé ses 70 bougies

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLe bagad de Lann-Bihoué, que l’on ne présente …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.