Saints bretons à découvrir

Mon Noël (par Yvon Ollivier)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

Durant tout le mois de décembre, Ar Gedour publie chroniques et contes de Noël, avec la complicité des collaborateurs habituels d’Ar Gedour mais aussi d’auteurs connus ou moins connus, contributeurs d’un jour pour plonger dans l’univers de Noël. Nous sommes heureux de vous partager leurs contributions.

Ici, la plume est laissée à Yvon Ollivier. Magistrat, membre de l’Institut culturel de Bretagne. En poste à St Nazaire puis à Nantes depuis 2006. Il est l’auteur en 2012 d’un essai remarqué par la critique intitulé la désunion française (éditions l’Harmattan) où il explique sa vision de la République jacobine qui nie le droit à l’altérité, à la différence. En 2014, il sort un nouvel ouvrage, Gueule cassée, Lom ar geol (éditions Yoran Embanner) qui explore les diverses fractures engendrées par la « grande guerre ». Il a aussi écrit « Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne » (Le Temps Editions), « Les frères Kergueven » (Yoran Embanner) ou encore « Chroniques d’un peuple oublié » (Yoran Embanner).

 

Les crèches de Noël de Lignol. Kreier Nedeleg An Ignol.Mon Noël à moi est une charge de souvenirs. Je vois ma famille, bien sûr, la fête, les cadeaux mais encore quelque chose d’indissociable. Pas de vrai Noël sans messe de minuit en l’église un peu triste de Tourbiañ, à Coataudon, ou dans celle, plus bretonne et minérale, de Kast en pays Porzay. Même si on râle parfois pour y aller, la messe est un passage obligé, comme si la fête sans elle n’avait pas tout à fait le même goût. Noël demeure le lieu d’une rencontre entre le profane et le sacré, malgré les idées dominantes. C’est encore un lieu de partage pour la communauté. On l’oublie un peu facilement dans la société des «citoyens égaux », mais Noël nous relie à ceux qui, avant, s’asseyaient déjà sur les mêmes bancs et chantaient le plus souvent en breton.

Bon, je ne veux pas faire preuve de chauvinisme déplacé, mais quand même, nos cantiques bretons de Noël, je ne suis pas certain qu’il y en ait de plus beaux. Ma mère, aujourd’hui disparue, les chantait si bien. Moi-même, qui chante si mal, n’ai aucune hésitation à les chanter, alors que je ne chante jamais en français, la langue que je connais pourtant le mieux. Si j’avais un conseil à donner au clergé d’aujourd’hui : à chaque cérémonie religieuse en Bretagne, entonnez un cantique breton ! Les gens de la ville ne savent pas le breton ? Et nos jeunes qui n’écoutent que de l’anglais ? Vous croyez qu’ils le comprennent ?

Noël rassemble, mais il arrive encore qu’il divise. Je songe à ceux qui, au nom d’une laïcité dévoyée ou des impératifs du changement climatique, trouvent matière à en bannir les symboles de l’espace public. En réponse, il en est d’autres qui prennent plaisir à mettre en avant les symboles de cette fête chrétienne pour mieux faire comprendre à ceux qui viennent d’ailleurs, qu’ils n’ont rien à faire chez nous. Je déteste ce Noël qui divise. Pour le conjurer, je ne vois qu’une attitude digne et responsable : ne pas le mettre en avant comme l’étendard qu’il n’est pas, mais le vivre tout simplement, comme nous l’avons toujours fait, sans rien céder de nos traditions envers qui que ce soit, et en breton si possible. C’est la meilleure manière d’accueillir les gens qui viennent d’ailleurs.  Samedi prochain, nous aurons le privilège d’avoir une messe en breton, à Nantes, en la chapelle ducale de l’immaculée fondée par le duc François II. Je ne le sais pas encore, mais je crois que ce sera mon plus beau cadeau de Noël.

NANTES : overenn Nedeleg e brezhoneg penn da benn e Naoned (Chapel an Dinamm, Chapelle de l’Immaculée, straed Malherbe, ur chapel savet gant Frañsez II evit Anna Breizh), da 6e gm.

Messe totalement en breton en attendant Noël, le 19 décembre à 18h, à la chapelle de l’Immaculée. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Pour tous les horaires de messes de Noël en breton, rendez-vous sur ce lien.

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Aujourd’hui 7 Juin, nous fêtons saint MÉRIADEC, Évêque de Vannes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minNé en Armorique en 628, il était de …

1er Juin : Saint Ronan et Bienheureuse Ermengarde d’Anjou

Amzer-lenn / Temps de lecture : 7 min Aujourd’hui 1er Juin. nous fêtons deux saints …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.