[MUSIQUE & HISTOIRE] Le groupe vannetais Dir Ha Tan

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

  • E brezhoneg
  • En français

Digoret e oa bet an hent gant Alan Stivell, Gilles Servat, Gweltaz Ar Fur ha lod-all met a-hed ar bloavezhioù 1970 eo ur bern sonerien yaouank a grog da ijinañ ur sonerezh eus o amzer. Alies en em gavont asambles e kevredigezhioù sevenadurel, gant ur sell hollek war ar sevenadur o deus c’hoant difenn, a-raok dont da vezañ gwir strolladoù sonerezh.

Dir ha Tan” a zo unan eus ar re-se. Kavout a reer er strollad micherourien, ul lisead, ur soudard, implijidi pe kelennerien. Hag holl asambles en em gavont da ganañ e-pad an dibenn-sizhun. Liammet kenañ eo ganedigezh seurt strolladoù gant berz bras ar festoù-noz, hag ar fed ma teufe ivez ur bern tud yaouank d’ar festoù-noz-se.

Klask a ra “Dir ha tan” (un anv liammet gant ar Barzaz Breizh met ivez gant labourerien govelioù an Henbont) dastum tonioù hengounel eus bro Wened ha kanañ ha seniñ anezho en ur mod a-vremañ, da lavaret eo gant gitaroù, banjo pe fleütoù. Gwelout a reer anezho o pleustriñ amañ, daoust ma vez diaes dezho d’en em gavout holl asambles, evel ma tisplegont en diell.

Mathieu Herry – Kalanna

Après les précurseurs (Alan Stivell, Gilles Servat, Gweltaz Ar Fur…), de nombreux jeunes musiciens bretons se mettent dès le début des années 1970 à inventer une musique de leur temps. Souvent, ils se retrouvent au sein d’associations culturelles, qui défendent une vision globale de la culture bretonne, et fondent ensuite des groupes musicaux.

Dir ha Tan” rassemble ainsi des ouvriers, un lycéen, un militaire, des employés et des enseignants. Ils se retrouvent pour chanter le samedi et le dimanche. La naissance de tels groupes, qui utilisent des instruments de musique contemporains, a joué un grand rôle dans la multiplication des festoù-noz et l’attrait des jeunes générations pour ces bals bretons.

Dir ha tan (littéralement “acier et feu”, un nom qui fait référence au Barzaz Breizh mais aussi aux ouvriers des forges d’Hennebont) cherche à collecter des morceaux traditionnels du pays vannetais pour les chanter de manière contemporaine, c’est à dire en s’accompagnant d’instruments liés à la musique folk comme les guitares, le banjo ou les flûtes. On les voit ici en répétition, même s’ils reconnaissent dans le document qu’il est difficile de se retrouver après le travail ou les cours quand on est musicien amateur.

Mathieu Herry – Kalanna

Notes / Notennoù
– Texte / Destenn : INA
– Evit dizoloein ar strollad / pour découvrir le groupe : Dir ha Tan

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

[LOCOAL MENDON] EVENEMENT KAN AR BOBL LE 17 février 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Venez écouter et soutenir les chanteurs et …

Gwenole Larvol (Treuzkas ar yezh) – Pennad Kaoz

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min(Br) Penaos plantañ brezhoneg er skolioù divyezhek ? …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *