Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > [NANTES] Une chapelle à vendre à 850 000€

[NANTES] Une chapelle à vendre à 850 000€

Décrite comme en produit d’exception, une chapelle est à vendre dans l’hyper centre-ville de Nantes. Positionnée dans un emplacement unique, cette chapelle du 19ème au coeur du centre ville de Nantes pourrait être un lieu missionnaire, un lieu d’évangélisation.

Mais comme de trop nombreux édifices délaissés par les congrégations, diocèses et autres propriétaires, la chapelle des Jésuites est promue depuis un bon moment à un avenir moins divin, elle qui jusqu’en 2003 était encore lieu de culte.

 

La chapelle des Jésuites

L’édifice fait partie de l’histoire de Nantes. En effet, les Jésuites se sont installés dans la ville en 1837, d’abord rue Lenôtre, puis rue de Coutances. C’est en 1841 qu’ils prennent place dans un bâtiment, situé à l’actuel n° 9 de la rue, qui avait appartenu aux religieuses bénédictines. Les Jésuites construisent d’abord la chapelle Sainte-Anne, puis une plus grande, entre 1854 et 1857, dont l’architecte est Magloire Tournesac, et qui conserve par la suite le nom de « chapelle des Jésuites ».

Les religieux quittent momentanément les lieux après la loi de séparation des églises et de l’État, en 1905, puis s’y réinstallent lors de la Première Guerre mondiale. Les locaux sont aménagés en maison de retraite pour religieux. En 1920, un institut catholique professionnel est fondé.

Dix ans plus tard, il déménage, et s’installe à Saint-Sébastien-sur-Loire pour devenir par la suite le lycée professionnel La Joliverie.

La rue est frappée lors du bombardement du 23 septembre 1943 ; les bâtiments des Jésuites sont détruits, la chapelle des Jésuites est incendiée, la toiture en est détruite. Sa reconstruction sera achevée en 1952. Les Jésuites occuperont les lieux jusqu’en 2003.

 

Sept piliers en acier de sept mètres de hauteur

Inscrite à l’inventaire des Monuments historiques, cette église du XIXe siècle de 650 m2 a été au préalable désacralisée puis vendue par la congrégation. Elle faisait partie d’un lot indivisible de plus de 2 700 m2, comprenant en outre une sacristie, une vaste cour, une habitation et une maison de retraite. Le tout a été acheté en 2006 par un promoteur nantais, Bâti-Nantes.

« Que faire d’un bâtiment comme celui-là pour qu’il soit économiquement viable sans choquer les gens ? Même désacralisé, il garde une connotation spirituelle », expliquait alors Christophe Desfossés, de Bâti-Nantes. Promoteur et architecte avaient ainsi travaillé au départ sur plusieurs idées, plus ou moins folles : « une patinoire de quartier avec une cafétéria à l’étage », « des logements en triplex » ou encore « un silo à parking de 90 places », avant d’opter pour le projet actuel. La voûte, haute de 17 mètres, a été séparée par un plancher supporté par sept piliers en acier de sept mètres de hauteur.

Partitionnée en show-room et bureaux, elle est devenue un magasin de meubles puis un commerce spécialisé dans la vente de produits biologiques, la chapelle des Jésuites devait être transformée en école de design. Mais il semble que la chapelle soit à nouveau en vente.

Dès l’entrée, les volumes, la beauté du lieu vous saisit. Un contraste résolument conservateur des lieux (parquets, pierres, voûtes, vitraux, fresques…), partiellement rénovée dans un style Indus/Urbain en fait un lieu qui pourrait être très prisé. Affaire à suivre…

 

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

[CARNAC] L’orgue et les cantiques bretons dans la messe à Saint Cornély

Retrouvez ci-dessus le reportage de France3 Bretagne en juin dernier à l’église Saint Cornély de …

Les messes en breton d’octobre 2018 (MàJ du 17/10/18)

Retrouvez ci-après les messes en breton ou avec cantiques bretons du mois d’octobre 2018. Des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *