[PARDONS DE BRETAGNE] Pardon de la Trinité en Lanvénégen

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

Nous avons sur Ar Gedour une rubrique mettant en avant différents pardons bretons, mais aussi pour permettre aux organisateurs d’avancer sur certains sujets. Ces articles ne seront donc pas uniquement là pour relater l’actualité des pardons mais aussi pour parler de la liturgie, proposer des points à améliorer, donner des idées de dynamisation, etc… Les comités de chapelles et animateurs se donnent souvent sans compter, mais malgré la bonne volonté, ils peuvent être démunis notamment sur l’aspect religieux. Il ne s’agit donc pas de faire ici des articles « critiques » mais constructifs, à l’adresse des comités concernés mais aussi des autres car ce qui est valable pour l’un peut aussi l’être pour un autre.. Ar Gedour est bien évidemment prêt à aider sur demande, comme c’est déjà parfois le cas.

En ce dimanche pluvieux du 12 juin 2016 avait lieu le pardon de la Trinité en Lanvénégen (Diocèse de Vannes). Ce pardon a la particularité d’être célébré entre les murs sans toit d’une  chapelle du XVIIème siècle, dont la toiture a brûlé en 1948 et n’a pas été remplacée. D’abord par manque d’argent puis actuellement par le fait d’organismes qui, sous prétexte de défendre et préserver le Pardon de la Trinité, Lanvénégenpatrimoine, font barrage à toute restauration qui n’irait pas dans leur « bon » sens, engendrant un surcoût non négligeable et impossible à absorber par les associations locales et comités de chapelle. Résultat : à l’instar d’autres chapelles, cet édifice est victime peu à peu des infiltrations et viendra un jour où tout tombera. Pour la préservation du patrimoine, on a vu mieux.

Toujours est-il que l’association locale, quant à elle, ne ménage pas sa peine pour entretenir l’intérieur et le pourtour de la chapelle, ce qui fait qu’aucun mur n’est envahi de ronces ou de lierre.

Le pardon commence par la procession de la fontaine à la chapelle, avant de continuer sur un repas festif. Plus de 150 personnes étaient présentes à la messe, malgré la pluie (la photo ci-dessous a été prise avant que tout le monde n’arrive). Sachant qu’il n’y avait pas de toit (excepté pour le célébrant, abrité par une bâche tendue), nous ne pouvons que féliciter l’assemblée qui est restée jusqu’au bout. Comme d’habitude, nous développons ici les points forts et les points à améliorer, qui peuvent servir aux locaux mais aussi à d’autres organisateurs de pardons.

POINTS FORTS : 

  • un très beau cadre, une très jolie chapelle et un pardon bien enraciné, qui perdure malgré les soucis évoqués plus haut. Le jour viendra Pardon de la Trinité, Lanvénégenoù cette chapelle sera rénovée et où l’on verra que tout ce travail pour maintenir ce pardon aura servi.
  • une messe avec cantiques en français et breton : le Da feiz hon tadoù koz et Jezuz zo dichennet ont été chantés.
  • La traduction des cantiques bretons était sur les feuilles, permettant même à ceux qui ne connaissent pas le breton de comprendre et d’apprendre.
  • un bar et un repas qui attire beaucoup de monde (plus encore qu’à la messe) et malgré un temps incertain. Ce moment convivial est essentiel pour la vie communautaire.
  • La seule messe du doyenné du Faouët avait lieu durant ce pardon. Cela a certainement drainé plus de gens et fait connaître le lieu.

POINTS A AMELIORER

  • Le Jezuz zo dichennet  n’est pas une anamnèse. Plusieurs paroisses le proposent comme tel, mais il serait souhaitable de le placer ailleurs, comme par exemple à la communion.
  • Dans un si petit édifice, il serait souhaitable de mettre en valeur et d’utiliser le maître-autel plutôt que d’ajouter une table d’appoint un peu trop basse faisant office d’autel. La liturgie de la parole peut-être faite à partir d’un bel ambon, la suite étant célébrée au maître-autel, convenablement préparé. Outre que cela prendrait tout son sens (cf propos du Cardinal Sarah sur le sujet), cela donnerait plus de place pour l’assemblée, mais permettrait aussi de mettre plus en valeur l’ensemble de l’édifice.
  • et bien évidemment, faire en sorte qu’un toit puisse enfin être posé sur la chapelle, ce qui nécessite le déblocage du dossier auprès des instances de protection du patrimoine et des collectivités locales.

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

Le Bro Gozh reconnu officiellement par la Région Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLes gazettes le soulignent aujourd’hui : l’hymne breton …

parlement de bretagne

[REFLEXION] Et si la Bretagne organisait des hommages nationaux pour les défunts bretons ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLe décès de Jean-Paul Belmondo, belle figure culturelle …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *