Saints bretons à découvrir

PRIER EN GALLO : Je vous salue Marie

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

Un certain nombre de lecteurs d’Ar Gedour nous demande : « Et le gallo ? » Voici une prière connue que les équipes liturgiques des secteurs gallésants (parlant le gallo) de Bretagne peuvent intégrer aux cérémonies religieuses. 


Je vous bonjoure Maraod, plleine de graces / Le signou ét cante vous / V’étes bénites en-mêle toutes les fanmes / e Jezus le frut de vote pire ét béni paraille / Sainte-Maraod, mére a Dieû / Periez pour nous-aotes / Paoves pechous / Mézë e a l’oure de note defuntement / Amen.


Trugarez da F. Lecuyer evit an troidigezh

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

[QUIMPER] Les Kanerion Pleuigner à la cathédrale le 26 mai 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minConcert à la Cathédrale Saint-Corentin de Quimper, le …

Gouel Pantekost santel deoc’h !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min  Spered Santel, deit, ni hou ped E …

5 Commentaires

  1. Ceci est parfaitement ridicule.
    1- on n’a jamais prié en gallo ;
    2- ce Monsieur Lecuyer est bien connu dans la revue Ya et sur son blog pour être un parfait anti catholiques qu’il ne se prive pas de censurer (par exemple au sujet de Kristian Brisson dont l’identité catholique est pourtant centrale),
    3 Il répond par là à une serie d’arguments publiés dans la revue Kannadig Imbourc’h contre les parlers gallos que l’on ne doit pas comparer au breton, article où justement l’argument selon lequel ces parlers ne sont pas utilisés dans la liturgie a été noté pour la première fois…
    4 Dans le dernier numéro de YA il donne aussi un Notre Père TRONQUé ! Cela montre que le vrai objectif est subversif. Il n’y a auccun catholique parmi ces gens là : AUCUN.
    5 Le cheval de Troie du « gallo » vise à diminuer la vocation de la langue bretonne à concurencer le frnaçais en Bretagne voire à le remplaçer, en la ramenant à un simple ramassis de patois sans vocation nationale. Il faut soutenir que le breton a une vocation nationale.

    Aujourd’hui à Santez Anna Ar Palud nous étions 10.000 à chanter les cantiques en breton et encore une fois on a pu vérifier que non seulement on prie en breton depuis toujours mais qu’en plsu DA FEIZ HON TADOU KOZH est le seul hymne national qui tienne.

  2. Bonjour,

    Nous vous remercions d’intervenir sur notre blog. Nous aurions apprécié que pour une première intervention vous auriez aussi pu souligner un soutien au travail que nous faisons sur AR GEDOUR, plutôt que sur une unique critique d’un billet qui ne vous convient pas. Toutefois, nous sommes ouverts au débat. Vous soulevez certaines questions, et pour répondre à vos remarques, sachez que nous ne mentionnions pas le gallo jusqu’à présent car certains d’entre nous pensent aussi que l’intérêt pour le gallo est aussi facteur de division bretonne. Si nous ne sommes déjà pas d’accord entre nous sur la langue bretonne, pourquoi nous rajouter des soucis avec brezhoneg versus gallo ?

    Mais si AR GEDOUR est clairement pour l’usage de la langue bretonne en tout lieu et particulièrement dans l’Eglise, il s’avère que certains de nos lecteurs sont gallésants : en proposant cette prière, il s’agit d’une ouverture vers ceux qui sont parfois loin de l’Eglise mais voient ce qui existe, y compris en gallo.

    A titre informatif, sachez qu’Alan J. Raude, l’un de nos collaborateurs occasionnels, est un des plus farouches défenseurs de la langue bretonne.
    C’est pourtant lui qui a créé l’écriture normalisée du gallo. Comme quoi les deux postures ne sont pas antinomiques.

    Il ne s’agit pas tant de se rejeter entre gallésants et bretonnants que de tenter de se rejoindre par divers biais. La publication de cette prière en est une. Quant au fait qu’on ait jamais prier en gallo, nous ne saurions le dire. Tout au moins, à titre individuel, il est peu probable que cela ne soit jamais arrivé.

    – Sur les querelles éventuelles entre personnes ou mouvements, nous préférons nous abstenir de commentaires ou de nous immiscer dans une discussion qui pourrait s’avérer stérile. Trop souvent des actions pour la Bretagne ont été avortées ou sont restées confidentielles pour ces raisons, faisant le lit des adversaires de la Bretagne.

    EAT (puisque vous mentionnez l’Emglev dans votre signature) fait de l’excellent travail, notamment dans les documents liturgiques (nous le pensons réellement, et nos relations avec certains des membres en témoignent). Mais il y a aussi d’autres terreaux propices à un travail de fond pour la Foi et la Bretagne. Il nous importe donc de trouver une sorte de consensus différencié entre les tendances bretonnes (incluant la frange gallo), pour enfin essayer d’avancer dans un travail concret de grande ampleur, incluant la sensibilisation à la langue même auprès de ceux qui ne la connaissent pas ou peu. Les querelles ne font qu’avorter, alors que la dynamique portée par chacun peut grandir en communion fraternelle.

    Nous sommes prêts à publier un débat cordial sur le gallo sur notre blog, si vous le souhaitez, en laissant la place aux deux tendances (pro et contre).

    Quant à Santez Anna ar Palud, nous y étions ce dimanche, et ce de manière active. Comprenez bien que ce que vous soulignez fait partie de ce qui nous tiens à coeur. Oui, nous chantons encore en breton là-bas, ce depuis toujours, mais à nous de faire en sorte que ce ne soit pas juste un « depuis toujours » mais aussi « à l’avenir ». Et à propos du DA FEIZ HON TADOU KOZH, nous vous proposons de lire l’article suivant : http://www.ar-gedour-mag.com/archive/2012/08/19/da-feiz-hon-tadou-koz.html

  3. N’oublions pas de prier, chanter, …, …, …, aussi en latin !!! !!! !!!

  4. Il n’y a que comme ça que le gallo rentrera dans l’Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *