Revivez la messe de ce dimanche à Sainte Anne d’Auray.

Revivez ici (écran ci-dessus) la messe célébrée par Mgr Centène ce matin à Sainte Anne d’Auray et retransmise en direct sur la chaîne Youtube du diocèse de Vannes et sur RCF Bretagne Sud. Encore aujourd’hui, la Bretagne est au pied de sainte Anne, patronne des Bretons, un phare éclairant les nations, à la proue de l’Europe.

Lors de cette messe trilingue (quadrilingue si on y inclut la langue des signes), la langue bretonne a été évidemment présente, et nous ne pouvons que remercier les acteurs de cet office, qui a été suivi par près de 10 000 personnes. Nous vous invitons fortement à écouter l’homélie de l’évêque de Vannes (à lire ici aussi). Vous pouvez retrouver la prière faite à Dieu par Mgr Centène à la fin de la messe, demandant l’intercession de sainte Anne, de saint Joachim et de la Vierge Marie en français et en breton, sur ce lien.

Laissez un cierge à Sainte Anne en cliquant ici

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Retrouvez notre agenda des messes en breton ou avec cantiques bretons

Mis plus ou moins en sommeil durant la période de confinement, même si nous listions …

skol ar pardonioù

Découvrez SOS PARDONS / SKOL AR PARDONIOU

Une page facebook pour aider les organisateurs de pardons à maintenir ces événements vient de …

2 Commentaires

  1. Un splendide “Kalon sakret Jesus” qui a résonné. Merci à vous, Monseigneur Centène pour cela, ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe présente. Belle Messe, priante, et c’est l’essentiel.
    Seuls bémols:
    – pourquoi traduire le chant à sainte Anne en Français? Le laisser dans sa langue d’origine lui confère une âme plus forte et l’équilibre Français Latin Breton aurait été meilleur.
    Les mélodies comme une langue sont composées et formée en fonction de l’âme d’un peuple. Traduire un chant dans une autre langue reste une amputation.
    – Il aurait été bon d’appeler à une consécration officielle de la Bretagne au Sacré Coeur en faisant résonner ce chant….La prochaine fois?

  2. Ce cantique à sainte Anne fut transcrit en français dès son époque de composition (fin du XIXème siècle) par l’abbé François Falquérho (1854-1917) natif de Kervignac et recteur de Ploeren.
    A cette époque, nombre de cantiques bretons furent transcrits en français pour l’usage des francophones du diocèse de Vannes et d’ailleurs. L’air lui-même n’est pas un air breton, mais un air de vènerie (trompe de chasse)
    Mais il est devenu tellemnt populaire qu’on le croit breton depuis des siècles.
    Ce n’est donc pas dérangeant d’en avoir une version française ( la version bretonne n’est pas non plus d’une grande richesse littéraire). Ce qu’il y a de plus problématique, c’est que, les paroles ont été modifiées pour évacuer la dimension bretonne du pèlerinage de Sainte-Anne : “Bénis tes Bretons devenant : “bénis tes enfants”, comme si on avait honte d’être Bretons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *