Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Chronique des Saints > A propos de Saint Eneour

A propos de Saint Eneour

Vitrail de l’église Saint-Pierre de Plounéour-Trez : saint Enéour est représenté au centre.

Eneour est l’ éponyme de trois plous : Plonéour-Lanvern, Plounéour-Menez et Plounéour-Trêz.

Dans ces deux dernières paroisses il a été remplacé comme patron d’obédience romano-tourangelle,-romain respectivement par saint Yves et par Pierre Apôtre.

A Plounéour-Ménez sa statue le représente en évêque. Il avait aussi en Quéménéven une chapelle où sa statue le représentait en abbé mitré. Il est donc vraisemblable qu’il fut successeur de saint Tudi comme abbé de Loctudy, et comme tel de la congrégation de saint Bodvael – Beuzec. De fait Plonéour est à 11km de Loctudy et Beuzec-Cap-Caval est à 6km de Plonéour et 10km de Loctudy.

Eneour est invoqué dans la Litanie du Missel de Saint-Vougay (11ème siècle) sous le nom de Eneuer et nous avons en Briec un Lann-Enever.

Le nom de Eneour est écrit Eneuur au 10. et au 11. siècles; au 12. siècle on a Plebs Enemori (à lire sans doute * Enewori) et Plebs sancti Eneguori ; au 13ème s. Ploeneor; au 14ème s.Ploeneour, Ploenevour.

Au Pays de Galles une inscription non datée se lit Eneuiri (NSB 38). Ces graphies s’ accordent avec un étymon vieux-breton *Enem-wor, donc un proto-celte dont les racines sont *Anaman (homme) *wiros (âme).

On pense naturellement aussitôt au nom vieux gaélique anam-chare « ami de l’âme », nom que donnaient les chrétiens celtes au guide spirituel. En gallois ce guide a été appelé periglor, du latin periculum « danger » et « épreuve »; une prière en moyen-breton dit : ouz pep pirill mir ma eneff, « de toute épreuve protège mon âme ».

Il est donc plus que vraisemblable que Eneñvour est le nom armoricain du guide spirituel. Mais de ce fait c’ est d’ abord un nom de fonction qui peut avoir été donné à plusieurs personnages différents..

Note de Stéphane Torquéau pour Ar Gedour :

La racine *anaman est la même en latin “anima” et en sanskrit “atman” (le t de l’indo-européen a disparu en proto-celte comme en latin). Ces mots signifient “souffle de vie”

À propos du rédacteur Alan Joseph Raude

Linguiste, historien et hagiographe, il a notamment publié des ouvrages sur l'origine géographique des Bretons armoricains et sur l'histoire linguistique de la Bretagne.

Articles du même auteur

saint fiacre

SAINT FIOG, SAINT FIACRE ET SAINT BEI

Le 30 août, nous fêtons Saint Fiacre. L’occasion d’en savoir plus sur le patron des …

Klervi

Santez Klerwi – Sainte Klervi

Sainte Klerwi fait partie des mystères de Landevennec. L’hagiographe de Gwennolé, Gwordistein, abbé uniate de …

Un commentaire

  1. Dudius ha deskus evel bepred.
    Da vout reizhet :
    *Anaman (homme) *wiros (âme).

    Eilpennet eo bet, anat deoc’h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *