Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > [Saint Pol-de-Léon ] Chapelle de Saint-Joseph : le clocher vient des… Ursulines !

[Saint Pol-de-Léon ] Chapelle de Saint-Joseph : le clocher vient des… Ursulines !

Lu dans le Télégramme de Saint Pol-de-Léon ce 28/08/2017, un article sur l’une des chapelles de l’oeuvre de Saint-Joseph dont nous relayons régulièrement les informations. 

 

Photo P. Abjean – Le Télégramme

Familier des Saint-Politains quand ils se rendent notamment aux spectacles du Théâtre Sainte-Thérèse, le clocher de la chapelle Saint-Joseph, haut de 33 mètres, possède une histoire insolite. Peu savent que ce clocher, le quatrième de la ville après ceux de la cathédrale et de la chapelle du Kreisker, est celui de l’ancien couvent des Ursulines qui était situé, avant la Révolution, rue « des Vieilles Ursulines ». Le domaine couvrait 14 hectares et de beaux pans de mur enserrent encore aujourd’hui la Cité Bellevue.

 

Un clocher de couvent

Établies à Saint-Pol en 1629, d’abord dans une maison prébendale, les Ursulines acquièrent en 1644 le manoir noble du Ruroux, à proximité immédiate de la cathédrale, pour y édifier leur couvent. La première pierre de la chapelle sera posée le 17 février 1652 par Mgr Henri de Laval de Bois-Dauphin, suivant le plan dressé par un religieux, Frère Pierre de Saint-Thomas. Le chantier mobilise 80 ouvriers par jour. Il faut construire le corps de logis principal, le cloître, le pensionnat avec tous ses services : dortoirs, cuisine, réfectoire, draperie, parloirs…

 Il faut attendre 1713-1716 pour voir la fin des travaux, notamment la tour de l’église du couvent. Lors de la tourmente révolutionnaire, le 9 mars 1792, 300 soldats franchissent la clôture et somment les 50 religieuses de quitter le monastère. Elles sont dispersées. Le domaine, devenu bien national, sera vendu aux enchères l’année suivante et morcelé. Une partie sera acquise par le marquis de Lescoët. C’est lui qui cèdera le clocher de l’ancien couvent à la Maison Saint-Joseph, fondée en 1844, rue de la Rive, pour accueillir les prêtres âgés du diocèse.

 

Une nouvelle cloche

La donation sera faite par acte du 1e r novembre 1844 « à M. Bohic, Supérieur de la Maison de Retraite, à condition que la tour soit de même forme et de même hauteur que l’ancienne ». Le vieux clocher sera donc démonté rue des Ursulines puis remonté, rue de la Rive, la Maison Saint-Joseph fournissant un cheval et un tombereau pour le transport. On y mettra deux cloches qui seront en service jusque dans les années 1970 avant d’être descendues. Muet pendant un demi-siècle, le clocher retrouve à nouveau la voix puisqu’une nouvelle cloche y a pris demeure voici quelques mois pour annoncer les deux messes hebdomadaires, mercredi et dimanche.

 

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

portrait-abbe-perrot

Les bonnes feuilles de “J’ai tant pleuré sur la Bretagne” (I)

Retrouvez régulièrement dès aujourd’hui quelques “bonnes feuilles” du livre-événement de Youenn Caouissin “j’ai tant pleuré …

Père Ivan Brient : “La liturgie en breton permet de toucher des personnes qui ne viendraient pas forcément à la messe autrement”

Le magazine du Diocèse de Vannes “Chrétiens en Morbihan”  a publié dernièrement une interview des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *