Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Musique / musik > “Salver an eneanoù / Sauveur des âmes” par le Trio Hervieux / Mahé

“Salver an eneanoù / Sauveur des âmes” par le Trio Hervieux / Mahé

Il y a peu, j’ai découvert un album bien prometteur qu’il me fallait écouter et réécouter. “Salver an eneanoù / sauveur des âmes” est un disque alliant bombarde, biniou kozh, orgue et voix, oeuvre proposée par le trio Hervieux / Mahé. Ce qu’il raconte nous vient du fond de la mémoire collective du terroir du Morbihan, autrement nommé vannetais gallo et bretonnant, transmis par des musiciens de talent.

Cet opus regroupant des titres collectés puis arrangés par Gilbert HERVIEUX, Dominig MAHE et Wenceslas HERVIEUX tient ses promesses. En effet, la puissance de l’orgue alliée au dynamisme et à la délicate puissance des bombardes et biniou-kozh donnent un magnifique rendu qui, loin d’un simple album de collectage offrant au public un terroir oublié à découvrir, nous mène vers une certaine transcendance, même si ce n’est pas forcément cela qui transparaît au premier abord.

A l’instar des thèmes de pibroc’h pour l’Ecosse, les morceaux interprétés ici content chacun une histoire, un moment de vie, comme cette rencontre en se rendant à la grand’messe, un regard croisé avec une jeune fille au visage aussi beau qu’un diamant et qui ne restera qu’un souvenir pour celui qui deviendra prêtre ( Ketan’m es groeit el léz). Comme ces Grâces composées par un abbé de Ruffiac en 1905  chantant  que soit “Béni soit le sauveur des âmes, Jésus votre divin enfant !” A l’époque, toute la noce se devait d’entonner ce cantique en fin de repas, avant les danses.

Le trio continue sur un chant de quête, chant de remerciement pour les bonnes récoltes de pommes et de découronnement de la mariée (car à l’époque la mariée était couronnée).

Puis se déroulent ces fresques de vie comme une danse macabre s’offrant à nos yeux sur les murs d’une église dans laquelle on entendrait encore l’orgue se déployer pour nous accueillir… et nous avertir. Voici qu’est chanté “crime et châtiment”, relatant le désarroi de cette fille de quinze ans portant un enfant et condamnée au châtiment (titre qui avait été interprété par les Kistinidiz dans un de leurs disques, le second si je ne m’abuse). Ou encore “Venez chrétiens fidèles”, ce titre retraçant le tourbillon infernal dans lequel s’enferment quatre jeunes filles préférant la belle vie à l’adoration et à la confession, malgré l’exhortation de leur pasteur. Sans omettre ce “bal du démon” exposant l’avenir damné de cette fille éloignée des sacrements, goûtant le jeu en abondance et passant sa vie dans la danse en profitant de ses beaux jours. Les envolées musicales illustrent à merveille ces instants de bals et de rondes effrénées, calmées par un petit moment de prière posé comme un silence qui enrichit une portée de notes et la sublime. Comment ne pas évoquer ici le Hon tad a zo én nean, ce Notre Père, paraphrase de la version liturgique pcalquée sur le célèbre air de Sylvestrig issu du Barzaz Breiz, qui s’insère dans cette ébauche d’existence humaine si brillamment transmise par le collectage et la superbe interprétation qu’en offrent ces artistes du pays de Redon.

Ne nous leurrons pas : la damnation n’est pas le message de cet album. Car dans ce 11 titres, le trio nous livre l’histoire du bien et du mal, des complaintes de jeunesse comme de vieil âge, de plaisir et de regret, d’anges et du diable, un répertoire qui nous enseigne les conduites à tenir pour éviter d’être pendus au petit matin, une morale de la tradition populaire bretonne transmise par le chant, la bombarde et le biniou (qui furent pendant longtemps considérés comme instruments du diable), accompagnés de l’orgue, rencontre d’instruments pour la fête et pour la liturgie autour d’un organe universel : la voix.

Dans une belle analyse, Gérard Simon termine ainsi sur son site Culture & Celtie :

« Le sauveur des âmes » est un album brillant, tant pour le fond que pour la forme. Remarquablement joué, arrangé, chanté… interprété, il dépasse le cadre, plus habituel, du « bombarde et orgue » que nous apprécions, déjà, beaucoup grâce, notamment, qu’ils soient présents ou disparus, aux talabarders et organistes Jean-Claude JEGAT et Louis IHUEL, Christophe CARON et Hervé RIVIERE, André LE MEUT et Philippe BATAILLE, Michel AVIGNON et Pierre ROBLIN, Erwan HAMON et Wenceslas HERVIEUX (Notre chronique), pour ne citer que ces Maîtres en la matière.
En sus de ce familier duo instrumental, Gilbert, Dominig et Wenceslas ont su introduire, avec efficience le biniou et le chant, ce qui génère pour ce disque, pratiquement,« live », une avidité de découverte, au fil des plages, pour l’auditeur, toujours aiguisée. C’est une très belle fusion instrumentale qui ne peut que servir la pérennité de la tradition populaire bretonne issue de la mémoire collective, ici, celle du terroir du Morbihan, du vannetais.

Amis de la belle et bonne musique bretonne et de la tradition respectueusement revisitée, « Le sauveur des âmes » est un album original et nécessaire qui manque, sans aucun doute, à votre discothèque. Ne laissez pas persister cette carence.

 

Les titres du CD “Le sauveur des âmes” – (Salver an eneanoù).

01 – Ketan ‘m es groeit el léz – chant sonné – 02:11.
02 – Les Grâces – cantique de fin de repas – 04:09.
03 – Joli mois de mai – chanson de la quête de l’oeuf – 02:45.
04 – Crime et châtiment – mélodie – 08:14.
05 – Venez chrétiens fidèles – complainte – 02:23.
06 – Rossi Rossi Rossignolet – suite de chants sonnés – 06:27.
07 – Hon Tad e zo én nean – notre père qui êtes aux cieux – 05:08.
08 – Le bal du démon – complainte – 02:25.
09 – Seih ré boteù – chanson – 03:30.
10 – Profitons de nos beaux jours – complainte – 05:30.
11 – Jolie Flamande – mélodie, marche, rond de St-Vincent – 04:29.

 

CD “Le sauveur des âmes” – (Salver an eneanoù) :
Parution : 17 mars 2017
Edité chez : COOP BREIZH – www.coop-breizh.fr
Réf : 4016148

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

tableronde07

[TRIBUNE LIBRE] A quand un Puy du Fou breton ?

Du Puy du Fou à un  Puy du Faou, il n’y a qu’un pas… et une …

Le bagad Tri Bleiz et les Scouts d’Europe

A l’occasion du rassemblement des scouts et guides d’Europe qui aura lieu le 8 octobre …

Un commentaire

  1. Pas grand chose d’autre à ajouter, tout y est dit et bien dit! Il faut maintenant acheter le CD et réclamer au trio d’en refaire vite un autre du même acabit !

    Dès sa sortie j’ai foncé pour l’acheter, le découvrir et c’est un ravissement pour les oreilles !! Un bon moyen en plus pour l’apprentissage à l’oreille : les mélodies sont faciles à retenir ! Trugarez braz d’an tri kanerion ha Sonerien évit musik-man brav!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *