Saints bretons à découvrir

MUSIQUE BRETONNE : Ar Re Yaouank

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

A plus d’un titre, le groupe Ar re Yaouank a révolutionné la musique bretonne. Le groupe se constitue en 1986, à l’initiative des frères Guichen, Jean-Charles et Frédéric, respectivement guitariste et accordéoniste. Ils sont rapidement rejoints par Gaël Nicol au biniou et David Pasquet à la bombarde. Puis, en 1990, par Stéphane De Vito à la basse électrique. C’est là que le groupe prend sa pleine mesure.

Ar re Yaouank revisite de façon spectaculaire la musique traditionnelle bretonne et en particulier la musique à danser qui est si prisée en fest-noz. En effet, grâce à l’apport d’une basse électrique et d’un son résolument rock, ils réussissent à attirer un public jeune au fest-noz et à le faire danser des airs traditionnels qui étaient tombés en désuétude. Le nom du groupe, qui veut dire « Les Jeunes », prend alors tout son sens.

L’utilisation de la guitare folk faite par Jean-Charles Guichen avec l’utilisation d’une méthode d’accord dite de l’ « open tuning » , les phrasés de bombarde de David Pasquet s’éloignant parfois du thème pour des riffs ravageurs, et plus largement l’osmose entre les musiciens, constituent ce cocktail vivifiant du fest noz des années 90.

Au-delà du succès que le groupe connaît sur scène, il faut aussi noter la qualité musicale des musiciens et de leurs compositions. Tout en respectant la rythmique traditionnelle, l’énergie qu’ils apportent aux « an-dro » ou autres « plinn » a quelque chose de transcendant.

Le groupe sortira trois disques et trois live avant de se séparer, en 1998. Mais son influence a été telle que l’année suivante, un festival de musique bretonne est créé et dont le nom, « Yaouank » est autant un clin-d’œil qu’un hommage.

Depuis, chacun des membres de Ar re Yaouank mène une carrière de son côté, mais il n’est pas rare que sur leurs disques ou en concert, ils reprennent un titre joué avec leur ancienne formation.

Ils se reforment pour un concert au Festival des vieilles charrues 2011.

(NDLR : ils se reformeront en novembre prochain pour les Yaouank. Plus d’infos ici )

Youenn Chapalain via INA

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Téléchargez KELEIER BREIZ SANTEL d’août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minComme tous les mois, retrouvez en téléchargement le …

Le Pardon de Kergoat, c’est ce dimanche 21 août 2022 !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minSi le Pardon de Notre-Dame des Portes a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.