Saints bretons à découvrir

BRINDILLES CHAMPETRES(4) : nos antiques chapelles

ruine église bretagneCes réflexions de l’abbé Joseph Le Cornet sur nos chapelles, sont comme une suite à celles que lui ont inspirés nos églises, et qui ont fait l’objet de notre précédent article. Eglises ou chapelles, grandes ou petites, prestigieuses ou méconnues, toujours édifiés pour la gloire de Dieu, pour sa Mère, pour nos saints et nos saintes, nous ramènent toujours vers Lui, vers eux, car là est leur raison d’être. Que seraient nos villes, nos bourgs, nos villages, nos campagnes sans elles ? Et pourtant, redisons-le, certains s’emploient activement à les effacer de nos paysages.

« De tous leurs vieux murs tombent de mystérieuses fleurs, un baume fait d’encens, de prières et de fleurs ».

Vieilles chapelles aux allures si accueillantes, vous êtes un legs de nos aïeux qui nous représente un long effort d’art et de pensée chrétienne. C’est pourquoi vous nous êtes si chères, et il serait téméraire de les oublier. Salut ! Vieilles chapelles

Aujourd’hui, si trop de nos chapelles sont encore en ruines, elles sont, même restaurées, en péril. Un édifice religieux doit vivre pour ce qu’il est, c’est-à-dire vivre de la vie spirituelle qui lui est inhérente. Or, comme nos églises, nos chapelles connaissent aussi, et peut-être encore davantage, l’abandon pour cause de perte de foi, de la pratique religieuse et par défaut d’un clergé se raréfiant et surchargé. Seuls les pardons qui y sont attachés les font revivre, une fois l’an. Mais là encore attention : les générations qui les ont sauvées de la ruine matérielle, au fur et à mesure qu’elles vont s’éteindre, ne pourront les sauver de la ruine spirituelle, car nos chapelles ne parleront plus aux générations déculturées, déchristianisées. Elles ne seront plus que des monuments semblables aux ruines antiques. Le changement de destination, comme pour les églises,  les guette toutes. Les sanctuaires sont comme les traditions, comme une langue :  faute de pratiques et d’usages, ils meurent dans l’indifférence.

Soutenez la restauration des chapelles par un don à Breiz Santel

À propos du rédacteur Youenn Caouissin

Auteur de nombreux articles dans la presse bretonne, il dresse pour Ar Gedour les portraits de hauts personnages de l'histoire religieuse bretonne, ou encore des articles sur l'aspect culturel et spirituel breton.

Articles du même auteur

Il y a un an brûlait Notre-Dame de Koat-Keo

Il y a un an, le 5 juillet 2018, brûlait la jolie chapelle Notre-Dame de …

BRINDILLES CHAMPETRES (3) : nos belles églises

Nous poursuivons, grâce à l’œuvre pleine de poésie de l’abbé Joseph Le Cornet, que nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *